Egypte : quand un coup d’Etat protège la démocratie

Publié le 5 juillet 2013 - par - 828 vues
Share

Ce sont des choses qui arrivent et nous ne ferons pas la fine bouche !

Mais pas d’angélisme inutile. Si l’armée égyptienne a mis le pied sur la tête de Morsi et de son troupeau intolérant, c’est qu’elle voyait ses propres intérêts prendre du plomb dans l’aile.

Une bonne partie de l’économie égyptienne est aux mains de l’armée. Elle a compris que le bateau commençait à couler et qu’elle pouvait couler avec. Il n’y a pas à dire : toute la science contenue dans certains livres n’a jamais empêché le moindre naufrage.

Le plus intéressant dans cette histoire se trouve du coté de l’Occident, dont les gouvernants se retrouvent particulièrement morveux devant les évènements du Caire.

En effet, la grande baffe est enfin tombée sur les politiques qui tentaient la plus grande escroquerie intellectuelle, au détriment des peuples dont ils prétendent préparer l’avenir avec sagesse.

La vérité est là, dans toute sa splendide nudité. Et rien à faire, impossible de la cacher sous le tapis.

Il y a un an, le peuple égyptien avait démocratiquement voté, certes, mais pour amener une dictature. Applaudi, l’air neu neu, par tous nos dirigeants.

Ce même peuple, qui en avait tout aussi certainement marre de la dictature MOUBARAK, s’était jeté aveuglement dans une élection démocratique, sans même avoir une idée précise de ce qu’est la Démocratie. Pour beaucoup, car n’oublions pas que les Frères Musulmans sont arrivés au pouvoir en EGYPTE notamment grâce au vote des fellahs.

De braves gens sans doute, mais pas forcément les plus cultivés et à même de voir plus loin que le bout de leur imam. Cette population souvent limite de l’analphabétisme est ultra conservatrice, comme les populations rurales  qui soutiennent ERDOGAN en TURQUIE (on comprend d’ailleurs pourquoi ce dernier digère mal les évènements du CAIRE).

Nos inénarrables dirigeants sont donc confrontés à la dure réalité qu’ils essayaient de nier avec toute la grâce d’une autruche pratiquant le yoga !

Les populations islamistes européennes ne voteront pas pour eux très longtemps. Donc, le cœur brûlant du problème est là, tel un fer rouge : Démocratie et Islam sont incompatibles, tant que l’Islam prétend s’occuper des affaires mondaines (et même demi-mondaines !) et régie la totalité de la vie des sociétés.

Il existe des franges extrêmement cultivées et laïques en EGYPTE, qui sans renier les aspects les meilleurs de l’Islam, veulent juste les confiner au périmètre de la vie privée de chacun.

Eux, ils ont compris ce que nos ahuris de droite comme de gauche, se refusent à affronter.

L’ISLAM doit rester comme les autres religions, une affaire de convictions intimes.

Si quelqu’un veut mener une vie honnête et digne en se référant à l’Islam, grand bien lui fasse, d’autres peuvent mener une vie aussi digne et honnête en étant croyants ou non. Il faudra bien que cela rentre.

Si les Egyptiens se sont réveillés avec la gueule de bois, c’est qu’ils ont compris en moins d’un an, chapeau ! Prenez-en de la graine, intellos-pipeaux) que leur vote démocratique avait amené une dictature qui allait être encore moins marrante que celle de Tonton Moubarak.

Le grand et vrai enseignement à tirer de tout cela, c’est que la Démocratie n’est pas une idée momifiée, qui se réduirait à penser le politique en terme de « majoritarisme ».

Ou bien, qui serait assez sotte pour se limiter à produire ce qui la détruirait.

Nous devons penser la prochaine évolution de la Démocratie, pour en développer le coté participatif et réduire le pouvoir du seul « représentatif ».

La Démocratie dont nous avons tous besoin est celle qui éduque les enfants à la tolérance et sort tout le monde des carcans religieux, tout en respectant les convictions de chacun dans le cadre privé.

La Démocratie dont le monde a besoin est celle qui va à la rencontre des enfants dans les écoles, et des citoyens de tous bords dans la cité, afin qu’ils apprennent que personne ne détient une hypothétique vérité révélée par des entités parfaitement hypothétiques.

Nous allons devoir affronter un challenge sans précédent, car il y a des musulmans dans nos sociétés. C’est à nous de les éduquer à la Démocratie, et pas celle qui sert juste de trépied à la dictature.

Ceux qui refusent cette ouverture VRAIE à la vie et les autres, pourront toujours retourner dans des pays qui conviennent à leurs aspirations. Mais il semble que quand les peuples se réveillent vraiment en Orient, après avoir goûté au charme d’un peu de liberté, ils soient moins sensibles aux joies de la Charia.

A titre informatif, MORSI avait fait venir plusieurs milliers de jihadistes bien installés dans le Sinaï, au cas où….Et les chrétiens du Sinaï faisaient largement les frais de cette implantation.

Ne nous réjouissons donc pas trop vite de l’éviction de MORSI et des Frères Musulmans, ils ont une assise réelle dans la société égyptienne, et le noyau dur de cet Islam là est celui qui se nourrit de la soi-disant mystique liée au terrorisme.

Plus que jamais faisons avancer la Démocratie, maintenant. Réclamons le référendum d’initiative populaire, car si nous commettons une fois de plus l’erreur de croire que les partis politiques actuels protégeront la Démocratie et la République, ce sera peut-être une des dernières fois.

Après, tout deviendra TRES dur.

Il n’y a pas d’armée assez puissante pour remettre les pendules à l’heure en France.

Comptez sur vous seuls !

A bon électeur, salut !

Lucie Clavijo

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.