1

Ehpad : au nom du vivre ensemble, ils imposent des clandos à nos vieux !

Pendant que les « infaux » font la part belle au Covid, que l’enfermement des Français se profile à nouveau, les migrants s’engouffrent toujours par régiments entiers dans notre pays aux frontières réduites à néant.

Mais ces migrants, il faut les loger, les nourrir, les habiller, les soigner… 50 000 € annuels par migrant supposé « mineur non accompagné »,  financés par nos impôts, la dette de nos enfants…

Le Val-de-Marne montre l’exemple : « les maisons de retraite seront bientôt ouvertes… aux mineurs isolés » (qui pour la plupart ne sont pas mineurs mais généralement des délinquants multirécidivistes qui font régner la terreur là où ils exercent leurs talents. NDLR).

« Pour lutter contre le vieillissement de la population et l’isolement des personnes âgées, le département du Val-de-Marne s’apprête en effet à créer de nouveaux types de maisons de retraite. Celles-ci seraient notamment ouvertes aux travailleurs en difficulté de logement, aux étudiants… et aux mineurs non accompagnés ! »

Ne doutons pas que cette cohabitation mettra une ambiance d’enfer dans les Ehpad où nos Anciens, aux dire des édiles, s’ennuieraient entre vieux…

Les migrants que nos élus nous forcent d’accueillir chaque année par centaines de milliers (environ 500 000 immigrés de tous poils), sans jamais nous consulter, sont pour bon nombre les soldats d’une armée de prédateurs qui passent à l’acte.

Après le Rivotril euthanasiant (préféré au traitement à la chloroquine), administré en catimini aux Anciens des Ehpad, le « vaccin » aux effets secondaires souvent mortels lorsqu’il est injecté aux vieillards, notamment aux nonagénaires et centenaires, s’ajoute un beau potentiel meurtrier à domicile : la cohabitation avec les « djeunes » les plus violents.

« En voilà une idée qu’elle est bonne ! », dirait Coluche, pour réduire rapidement le nombre de retraités !
La retraite la moins chère, nos élus le savent bien, c’est le cercueil et, en coulisses, ils trépignent d’impatience de mettre en bière un maximum de ces vieillards qui persistent à vivre, qu’ils considèrent inutiles et coûteux…

Le département du Val-de-Marne formule ainsi (hypocritement) la question :

« Que faire quand la population vieillit de plus en plus, et tend à s’isoler ? »

Assurément, en cohabitant avec des jeunes sans emploi, des étudiants en déshérence et, cerise explosive sur le gâteau… des migrants africains et maghrébins connus pour leurs prédations violentes, nos Anciens n’auront pas le temps de s’ennuyer !

Mais, contrairement à ce que prétend « le département du Val-de-Marne », nos Anciens se sentiront plus que jamais isolés, livrés, abandonnés au milieu des délinquants les plus violents, exposés en première ligne aux risques d’exactions barbares.

Le projet de convertir les Ehpad en foyers de migrants est manifestement un vaste projet d’avenir… dont la mise en œuvre se profile dès demain !

« D’ici 2025, relate Le Parisien, la population âgée de plus de 60 ans devrait augmenter de 18 %. Une augmentation qui monte à plus de 22 % pour les plus de 75 ans. Un raz-de-marée de cheveux blancs pourtant de plus en plus isolés, puisque selon une étude du Credoc, seuls 19 % des personnes âgées entreraient volontairement en EHPAD. »

Entendez : de plus en plus de vieillards abandonnés par les familles, feu vert pour amorcer la cohabitation radieuse intergénérationnelle et multicultu !

Rebelotte, le département du Val-de-Marne persiste et signe :
« Il faut imaginer autre chose », estime Pascal Savoldelli, sénateur PCF et conseiller départemental du Val-de-Marne. L’élu local soutient donc une initiative visant à développer « un habitat alternatif ».

Comme cela est bien dit !

« Ces nouvelles maisons de retraite réuniraient des personnes âgées « plus ou moins dépendantes », des jeunes travailleurs en difficulté de logement, des étudiants… et des mineurs isolés ».

Pudique vocable pour désigner des clandestins africains et maghrébins.

Une cohabitation en Ehpad qui sera à coup sûr douloureuse, subie de plein fouet par nos Anciens. N’en doutons pas (personne n’en doute), ils n’y survivront pas longtemps.

Bingo ! Première mission accomplie, affectée aux migrants par nos élus ! Pourquoi croyez-vous qu’ils maintiennent ouvertes nos frontières et envoient tant de signes prometteurs aux migrants et aspirants ?

Une fois les Ehpad « libérés » des Anciens, ils se transformeront en foyers de migrants par destination, foyers de délinquance, de criminalité qui se distribuera alentours… Quand vos Anciens auront disparu, ce sera votre tour !

Personne ne sera oublié !  Hommes, femmes, enfants ; pas que les pauvres, les classes moyennes et supérieures pourront goûter à l’insécurité. Parfois même des mondialistes qui se croient à l’abri… Il suffira d’un faux pas, voire simplement de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, quand passent les hyènes en chasse, les prédateurs en quête de victimes.

Continuez à voter pour vos sacrificateurs, bonnes gens ! Vous mourrez avec le Saint Sacrement réservé aux belles âmes dans la position du déni, celle de l’autruche.

À moins que vous ne vous réveilliez enfin, à la veille de tout perdre, que vous acceptiez d’assumer d’aimer votre pays, de sauver votre mode de vie, votre culture… votre vie et celle de ceux que vous aimez.

Victor Hallidée