Electeurs socialistes bravo : l’UMP a un élu de plus, et le FN n’a toujours que deux députés

Publié le 23 juin 2013 - par - 2 297 vues
Share

Je fais partie de ceux qui ne sont ni déçus, ni satisfaits mais simplement abasourdis par le résultat.  Il est vrai chers électeurs de la 3e circonscription de Villeneuve que le risque était grand pour la démocratie, le danger prégnant et évident de voir la République renversée par la venue d’un troisième député issu des rangs du Front National. Que n’ai-je entendu sur France Inter sur le candidat de  » l’extrême droite », sur le rapprochement ignoble du nom du candidat FN, Bousquet-Cassagne avec René Bousquet. Le fou rire écoeurant en prime.  Cet imbécile d’animateur oubliait les amitiés entre le vrai Bousquet collabo et responsable de l’ignoble rafle du Vel-d’Hiv et le « cher » Mitterrand adulé par les socialistes.

Comment ne pas avoir entendu les condamnations des « possibles électeurs » sur les radios qui ne pouvaient tout de même pas s’abandonner à l’innommable, l’incroyable, l’injuste, l’horrible tentation de voter Front National.

Oubliées les prévarications des donneurs de leçons de l’UMP et du PS, oubliés les magouilles financières, les repris de justice de la droite et de la gauche. Que nenni, il ne faut pas que le Front National puisse avoir un troisième député sinon la terre s’arrêtera de tourner… peut-être, ou au moins, ce sera la pluie, les orages, les tempêtes, les tornades qui surgiraient du ventre d’un dieu républicain courroucé de tant d’ingratitude de la part de ce peuple de Villeneuve sur Lot.

Je ne suis ni déçu ni satisfait, je suis atterré par ces électeurs socialistes allant voter pour ce qu’ils détestent le plus après le Front National, qui déposent un bulletin de vote pour ce qu’ils vomissent la plupart du temps et refusent de laisser la logique électorale s’accomplir. Cette logique démocratique qui est d’accepter qu’une fois que son candidat a été battu, les deux autres se mesurent à leur électorat réciproque.

Ah oui, le Front Républicain, cette foutaise qui consiste à voter pour quelqu’un que l’on déteste pour empêcher celui que l’on déteste encore plus d’être élu. Belle preuve de cette démocratie que les électeurs socialistes, à l’image de leurs chefs  nous ont montrée. Belle preuve finalement que Marine Le Pen a raison de voir entre l’UMP et le PS une alliance de fait qu’elle résume par l’UMPS.

Jamais je n’aurais voté pour un communiste ou pour un socialiste dans un cas de figure semblable. J’aurais profité de ma famille et en aucun cas je n’aurais favorisé l’entrée d’un adversaire politique au parlement qui votera pour des lois que je réprouve par avance. D’autant plus, qu’il n’en manque pas de cette engeance qui depuis 40 ans ont prouvé leurs valeurs en emmenant la France dans l’abîme.

Mais les électeurs socialistes n’ont pas d’état d’âme. Ils sont de la même matière que leurs dirigeants. Du moins le croient-ils ces pauvres pions roses. Ils croient encore ces belles âmes que leurs dirigeants, ceux du gouvernement, sont des purs! Eux qui habitent pour la moitié d’entre eux dans le 7e arrondissement de Paris.  Je ne dis pas cela pour me moquer des habitants de cet arrondissement bourgeois et riche, mais simplement pour que ces pauvres pions roses réalisent enfin que ceux qui les représentent ne sont pas des anges.

Un député de plus au Front National aurait changé quoi dans cette République, où tous les pouvoirs sont confisqués par les socialistes à la faveur d’élections où les petits partis sont niés, écartés, refusés par des systèmes électoraux confiscatoires de démocratie ? Braves et tristounets électeurs socialistes.

Que dire de ceux qui ont voté UMP. La même chose bien évidemment. Car c’est la même engeance qui, il y a un peu plus d’un an, gouvernait la France avec les résultats que l’on connaît. Ont-ils déjà oublié pourquoi Hollande est Président de la République aujourd’hui ?

Je ne suis pas déçu ni scandalisé mais tout simplement désespéré de cette masse électorale inerte qui ne voit pas plus loin que le bout de sa rue et qui, quand elle voyage dans les rues de Paris, à la gare du Nord, celle de l’Est, dans les quartiers du Nord vous disent qu’en province, il n’y a pas autant d’immigrés, pas trop de voile islamique, peu d’étrangers, beaucoup moins de français sur les trottoirs! Car à Paris, la plupart des clodos sont franchouillards ! Bien de chez nous ! J’imagine qu’à Lyon, Bordeaux c’est pareil. A qui la faute ?  Pas aux étrangers bien sûr, eux bénéficient de la solidarité nationale, des aides aux logements, des soins gratuits, d’associations pleureuses et croqueuses de subventions qui vous expliquent que c’est « le devoir de la France« , qu’elle est riche et qu’après tout, ancienne colonisatrice, esclavagiste et que sais-je encore, elle doit la repentance et donner son sang fiscal ! Ce sont les gouvernements de droite comme de gauche qui préfèrent favoriser l’immigration que les français eux-mêmes.

Pauvres électeurs de droite comme de gauche ! Vous n’avez pas encore compris que l’on vous balade depuis plus de 40 ans comme j’ai été baladé pendant 35 ans. Je vous comprends, puisque j’ai vécu la même chose. Je vous comprends parce longtemps j’ai cru que je menais un combat juste au sein d’un parti de Droite, l’UMP pour ne pas la nommer. Jusqu’au jour où j’ai pris conscience de la réalité des enjeux et de la responsabilité de ce parti politique qui ne défend pas la nation. Pas plus que le PS d’ailleurs. Jusqu’au jour où j’ai cessé d’être un imbécile béat. Ce genre d’électeurs formatés et persuadés que le Front National c’est le danger suprême. Jusqu’au jour où j’ai réalisé que le danger suprême c’était l’islamisation et l’abandon de nos valeurs républicaines. Jusqu’au jour où j’ai réalisé que l’on m’avait pris avec raison, pour un idiot utile. Pour ne pas dire pour un pauvre con juste bon à aller voter dans le bon sens avec un beau discours bien ficelé et appris par cœur que je vous récitais le lendemain.

Tous les français sont capables de se réveiller un jour et comprendre ce jeu mortel pour notre pays, notre histoire, notre culture que mènent les tenants des partis politiques aujourd’hui. Ces gouvernements fantoches qui font semblant d’exister alors même qu’ils ont vendu notre souveraineté à Bruxelles, à l’Europe. Qui louent un de Gaulle pour la politique, un Coluche, un le Luron pour le comique, qu’ils mettraient en prison aujourd’hui.

Alors quand je constate que ces belles âmes du PS et de l’UMP s’allient encore, et encore, contre le Front National traité si ce n’est insulté « d’extrême droite », je suis inquiet pour l’avenir de nos enfants. Vont-ils enfin comprendre ces électeurs que c’est aussi pour eux que sonne le glas ?

Gérard Brazon

(Le Blog)

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.