Election de Biden et retour des Talibans

Publié le 16 août 2021 - par - 5 commentaires - 745 vues
Traduire la page en :

 

Les talibans ont donc repris le pouvoir en Afghanistan. Il ne leur reste plus qu’à s’emparer de Kaboul (un paradis pour les hippies fumeurs de joints dans les années 70, ça paraît vraiment très loin), cela ne saurait tarder.

On aurait pu supposer qu’après la défaite sèche et rapide de 2001, leur sort était réglé. Mais non, ils ont su prendre leur mal en patience et profiter du retrait de l’otan (retrait progressif ayant commencé en 2014) et celui des Etats-unis aujourd’hui. Sans ces deux supports extérieurs, ce pays retourne immédiatement vers l’islam le plus radical. Prévisible hélas.

Je ne suis pas partisan généralement des interventions extérieures de l’occident en terre d’islam, elles sont souvent motivées par des raisons douteuses: les pathétiques invasions de l’Irak en 2003 et de la Libye en 2011 se sont soldées par des échecs piteux n’ayant ni établi la démocratie, ni affaibli les islamistes.

Néanmoins il fallait reconnaître une vraie logique à l’attaque du régime des talibans en 2001, elle n’avait d’ailleurs pas essuyé beaucoup de critiques à l’époque. Premièrement le régime était épouvantable tirant vers l’absurde (la destruction des bouddhas, un monument de bêtise), mais bon ce n’est pas suffisant. Deuxièmement il avait abrité ceux qui avaient fomenté les attentats du 11 septembre 2001 et refusaient de les livrer. Le régime avait donc été renversé en quelques semaines et l’Afghanistan avait alors semblé respirer un peu mieux, sortant d’un coma.

Et bien cela était artificiel, les talibans n’avaient perdu que militairement, la talibanisation des esprits n’ayant pas cessé. L’islam restant l’islam quand il est appliqué en intégralité.

Malgré tout cela, ce n’est pas un hasard si la reprise du pouvoir s’effectue sous la présence de Biden, chef d’état incapable d’inspirer le respect ou la crainte à des guerriers bénéficiant pourtant d’armements de qualité nettement inférieure à celle de l’armée américaine, armée sommée de se retirer et de laisser le champ libre aux talibans. Biden est un lâche qui fuit devant le danger.

Vous avez voulu Biden, vous avez le retour des talibans c’était compris à plus ou moins long terme. Pas de couille chez le chef du «camp du bien», donc triomphe des islamistes qui commence en Orient mais cela peut arriver jusqu’à chez nous.

Je vois que Donald Trump demande la démission de Biden. C’est bien le minimum mais cela n’arrivera pas car quand on leur force pas la main, seuls les hommes d’honneur le font (général de Gaulle, Chevènement).

Voilà le mandat de Biden est lancé. Un petit coup de black lives matters pour effacer le tout et ça repartira.

Platon du Vercors

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi