1

Elections : éléments de stupidité

« Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. » Einstein

« En marche » pour le sous-développement du sens critique et pour l’abolition pure et simple du bon sens, pour la manipulation chirurgicale du subconscient qui permet d’obtenir ce résultat fantastique de faire voter des millions de gens pour le candidat qui représente exactement ce qu’ils désapprouvent par ailleurs.

Les experts en manipulation surfent avec frénésie sur la vague de l’inculture qui ne fait que grandir. Abrutissement et égoïsme d’une partie de la France accro aux feuilletons et aux émissions qui valorisent l’ignorance et la stupidité. Le pire étant que ce sont ceux-là qui grâce à la démocratie vont permettre à une mafia politico-médiato-financière de tirer les cartes de nos destinées, sachant qu’il n’est pas du tout sûr, qu’à long terme, tout cela ne tourne pas à leur perte. (pour moi, c’est certain)

Dans l’excellent  petit traité : « Les lois fondamentales de la stupidité humaine » de Carlo Cipolla, on trouve un portrait du stupide qui éclaire singulièrement le drame que nous vivons aujourd’hui :
« Le stupide est celui qui agit en  faisant du tort aux autres, mais aussi à lui même, sans vraiment savoir pourquoi ». Surtout, il ne faut pas essayer de trouver les raisons du stupide car ce dernier n’a aucune raison vraiment consciente d’agir comme il le fait. Il croit agir au mieux de ce qu’il pense être ses intérêts sans se rendre compte qu’il est en train de précipiter le mouvement vers sa fin, et celle des autres.

Exemple 1 : les délocalisations. Cela paraît très lucratif de produire à bas prix et de revendre au prix fort. Sauf que, à terme, les pays susceptibles d’acheter ne le pourront plus lorsque la plupart des acheteurs potentiels seront au chômage ou sous le seuil de pauvreté.

Exemple 2 : favoriser l’immigration pour avoir de la main-d’oeuvre bon marché.  Outre le fait de déstabiliser leurs pays d’origine, ces immigrés vont de toute façon prendre la place de travailleurs locaux, mais le plus souvent, ils vont s’abreuver, avec les clandestins à la vache à lait des aides en tout genre. Peut-être n’a-t-on pas assez de chômeurs et de pauvres  (7 millions et 9 millions), qu’il faille que notre conscience judéo-chrétienne nous dicte d’en accueillir encore plus, quitte à noyer la France sous l’islamisme galopant,  avec la guerre sainte en prime, qui promet 72 vierges dans le paradis d’Allah akbar à celui qui égorgera un mécréant (tout ce qui n’est pas inféodé à l’islam).

Mais pourquoi ne pas promouvoir l’islam tant qu’on y est. Question stupidité, il suffit de se mettre au coran.

Exemple : puisque le coran affirme que la terre est plate, l’islam n’a pas besoin d’examiner les résultats des sciences physiques. La terre sera proclamée plate envers et contre tout. Cela montre s’il en était besoin que l’islam n’a que faire de la vérité : la vérité n’a pas besoin de faire l’objet d’une recherche puisqu’elle est dans le coran. Et si vous n’y croyez pas, la peur aura vite fait de vous faire rentrer dans le rang, sous peine de devenir apostat, c’est à dire passible de la peine de mort. Comme de toute façon vous êtes un mécréant, vous avez le choix entre vous convertir à l’islam ou servir de tremplin pour aller rejoindre les 72 vierges qui vous attendent pour vous donner votre récompense (qui risque de tourner au cauchemar ?)

Laurent Obertone nous appelle à la résistance :
http://www.breizh-info.com/2017/05/09/69068/laurent-obertone-macron-election-titanic
Citation :
« Le régime peut nous mépriser, nous insulter, nous traquer, nous censurer, mais il ne pourra pas nous réduire, et c’est nous qui allons le réduire. Ces dernières semaines, il a appris à avoir peur : il devra s’y habituer. Tant qu’il ne se pliera pas à notre volonté, tant qu’il voudra la mort de nos peuples, tant qu’il menacera l’héritage de nos ancêtres et l’avenir de nos enfants, ce régime ne connaîtra ni repos ni indulgence.

Pour résumer : gardez-vous de l’espoir qui condamne à attendre, et gardez-vous du désespoir qui mène à abdiquer.
Tout est possible à condition de le vouloir et d’agir. Soyez vivants, indépendants, irrécupérables et irréductibles. Nous gagnerons. ».

Vous pouvez lire aussi cet excellent article, qui ajoute une superbe analyse à notre propos :
« Macron, le très mal élu »  Claude ROBERT.

http://lesobservateurs.ch/2017/05/07/macron-le-tres-mal-elu/

Pierre Carré