Elections marocaines : l'islamisme modéré enseigné aux occidentaux

Dans un ensemble tout à fait inédit et n’en doutons pas, tout à fait spontané, les médias nous apprennent aujourd’hui d’une même voix la victoire des islamistes modérés aux élections marocaines, ce qui, outre la joie évidente que nous ressentons, est aussi l’occasion d’apprendre qu’il existe un islamisme modéré. Les médias n’en finiront jamais de nous surprendre décidément. Plus c’est gros et mieux ça passe.
Déjà depuis quelque temps on sentait la modération monter, on entendait parler ici et là d’islam modéré, d’imams modérés, de musulmans modérés, de commentaires modérés, de modérateurs, ceux qu’on appelait il n’y a pas si longtemps des censeurs.  
Il est désormais d’usage de faire référence à un islam modéré pour rassurer spécifiquement les mécréants occidentaux non lecteurs de Riposte Laïque et nous apprenons que vient de naître ce week-end un « islamisme modéré » pour finir de rassurer ceux dont le cerveau aurait été carrément grillé.
J’aimerais qu’on m’explique comment un islamisme prônant l’anéantissement de tout ce qui ne se soumet pas servilement à la doctrine coranique pourrait être modéré ? Comment le djihad, cette guerre contre l’occident et la démocratie, pourrait-il être modéré ?
Parler d’islamisme modéré c’est comme parler de communisme modéré,  de charlatanisme modéré, de cannibalisme modéré, de fascisme modéré ou de nazisme modéré.  Songez donc, si Hitler, ce grand ami personnel du mufti auprès de qui il prenait conseil pour l’extermination des Juifs, avait pensé à faire passer pour modérée sa doctrine nazie on ne l’aurait pas senti venir et à l’heure qu’il est nous trouverions sans doute normal de posséder des objets artisanaux en peau humaine…
Et d’ailleurs n’est-il pas suspect de devoir qualifier cette doctrine par un terme visant à l’adoucir ? Car si une chose doit être modérée cela prouve bien qu’elle est mauvaise et nocive par essence. Si l’islam doit être modéré pour devenir acceptable c’est bien qu’il est inacceptable s’il ne l’est pas. Or il est qualifié de modéré depuis le 11 septembre 2001 lorsqu’il a fallu annoncer au monde effaré que tous les musulmans ne portaient pas de ceintures d’explosifs autour du bide. Parler d’islam modéré ou d’islamisme modéré est l’aveu éclatant que l’islam est dangereusement toxique pour l’humanité. Maintenant que ce point est clarifié espérons que ses premières victimes, les musulmans eux-mêmes, s’en libèreront ou tout au moins le transformeront pour en faire une religion acceptable, c’est-à-dire pacifique et tolérante.
Cet islamisme modéré officiellement miscible depuis cette nuit avec l’islam modéré n’est évidemment qu’un effet d’annonce, une sorte d’argument marketing pour rendre acceptable un dogme démocraticide faisant l’apologie de la haine et bafouant toutes les règles morales édictées par des êtres humains éclairés, civilisés, sachant tirer des leçons de leurs expériences passées et doués de pensée humaniste. Des êtres humains qui ont appris le dégoût de faire la guerre à leurs semblables, à donner aux plus démunis, à aider leur prochain, loin, bien loin des commandements meurtriers du coran, de ces commandements qui exigent la mise à mort, la torture ou la servitude des non musulmans pourtant supposés être aussi des créatures de dieu si l’on considère que celui-ci existe et a l’omniscience que les croyants veulent bien lui accorder.
Le PJD (Parti de la Justice et du Développement) est donc le grand vainqueur des ces élections marocaines. Créé il y a des années par d’anciens membres d’un mouvement islamiste réputé comme violent, ce parti ouvertement opposé à l’occidentalisation des mœurs marocaines a été désavoué il y a plusieurs années par le gouvernement marocain parce qu’il ne respectait pas ses engagements ! Cependant, fidèle aux injonctions préconisées par le coran et soucieux de se donner une image de respectabilité le PJD a décidé d’adopter le mode taqyyia afin d’assurer ses succès électoraux. C’est ce même parti dont le logo représente une lampe à huile sortie tout droit du VIIe siècle qui a fait pression sur le Palais pour que la liberté de conscience soit supprimée de la constitution de 2011.

Il y a donc tout à fait lieu de se réjouir, d’autant que les élections se sont très bien passées. Il faut dire que bien que les inscriptions se soient faites dans l’urgence d’après le témoignage d’une internaute marocaine, le PJD avait parfaitement organisé sa victoire. Quant aux bulletins de vote on peut se demander s’ils n’ont pas été conçus pour des électeurs analphabètes car ils rappellent étrangement l’imagier du Père Castor pour les enfants de maternelle…

En attendant de voir le Maroc s’islamiser modérément partageons la satisfaction innocente d’un certain Monder qui dans le Parisien se réjouit d’un « Maroc modernisée ». Ne lui gâchons pas sa joie.
Caroline Alamchère

image_pdf
0
0