Elle est tabassée par son mari tunisien clandestin le jour de son mariage


Mairie de Tarbes

La propagande anti-raciste, particulièrement développée auprès des élèves et jeunes, culpabilise la réserve naturelle que chacun peut avoir avec tout autre l’assimilant pour le moins à de la discrimination. La perversité associée va jusqu’à désarmer les jeunes esprits qui n’osent plus s’interroger sur la relation à autrui lors qu’il s’agit d’un étranger. L’asservissement idéologique est patent face à une autre culture éloignée de l’occidentale, voire de la française même si McKinsey affirme qu’elle n’existe pas !

Le résultat est le nombre de couples, voire par mariage, qui en résulte avec des conséquences qui dépassent largement le désagrément.

Ainsi ce qui est arrivé à une Tarbaise le jour de son mariage…
A noter qu’il ne s’agit pas d’un mariage gris, c’était une relation de plusieurs années, le couple ayant déjà un enfant…

Il frappe sa femme et l’humilie le jour de leur mariage

Delphine Pereira – Publié le

C’est une affaire peu banale qui a été audiencée devant le tribunal correctionnel de Tarbes. Les faits de violences conjugales datent de février 2022, le jour même du mariage du prévenu et de la victime. Les deux protagonistes se connaissent depuis l’arrivée de l’homme sur le territoire Français en 2016 (il fait d’ailleurs l’objet d’une obligation de quitter le territoire français) et ont un enfant de trois ans. L’homme a été placé sous contrôle judiciaire avant de se retrouver en centre de rétention, son retour en Tunisie semble être effectif. La police a donc été appelée le 13 février, lendemain du mariage comme l’a expliqué la présidente du tribunal : « Ils se sont mariés le 12 février et au cours de la fête, il aurait « pété les plombs » parce qu’il pensait et il l’a expliqué « qu’elle parlait à un ami avec les yeux », qu’il lui aurait ordonné de baisser en lui pinçant très fortement le bras pendant de longues minutes, lui occasionnant un hématome ».

Pour précision : Un mariage -civil, après un mariage religieux, ce qui ne semble apaiser les mœurs- le week-end du 12 au 13 février de cette année à Tarbes. Le marié a violenté sa femme devant les convives. Toujours frappée le lendemain elle s’est rendue au commissariat de police. Elle a au moins réagi et ne s’est heureusement pas soumise indéfiniment…

La fête s’est donc arrêtée là et la mariée est rentrée chez elle où son tout juste mari l’a rejointe plus tard pour mieux l’insulter durant ce qui aurait dû être une nuit de noces. Les violences se répètent et il lui assène un coup de tête.

Une chaîne autour du cou

Le lendemain, il ne s’est toujours pas calmé : « Il voulait lui faire avouer qu’elle l’avait trompé donc, alors qu’ils étaient en voiture dans le parking. Il a éteint le plafonnier puis lui a passé une chaîne autour du cou, fixée à l’appui tête. La présence d’autres membres de la famille au domicile l’a conduit à la libérer et ils sont retournés à l’appartement où il va, une nouvelle fois l’insulter toute la nuit ». Ses sœurs confirmeront les violences et les insultes et le prévenu, absent à l’audience campera sur ses positions lors de sa garde à vue. Des déclarations que lira la présidente : « Il a vu qu’elle parlait à un ami et dit qu’il a arrêté la soirée du mariage mais il dit qu’il ne l’a pas violentée ». Pour le procureur de la République cette affaire de violences conjugales est très « désagréable » : « C’est le jour même de leur mariage et tout ça, parce qu’elle discutait avec un ami. Il nous dit qu’elle marque facilement, une excuse tristement classique. Depuis deux mois, il lui faisait vivre un enfer (Elle aurait dû comprendre avant de convoler !), persuadé qu’elle le trompait. Il était obnubilé par ça. La chaîne autour du cou, cela se passe dans le véhicule, hors de la vue des témoins. Je requiers une peine de 6 mois de prison avec sursis dans la mesure où il est retourné en Tunisie« . Des réquisitions suivies par le tribunal qui a condamné le jeune mari violent à 6 mois de prison avec sursis et l’autorité parentale lui a été retirée.

L’alcool, la jalousie, suffisent-ils pour expliquer la violence du conjoint ?

Jean-Paul Saint-Marc

https://resistancerepublicaine.com/2022/07/04/lobotomisee-par-la-propagande-antiraciste-elle-est-tabassee-par-son-mari-tunisien-le-jour-de-son-mariage/

image_pdfimage_print
10
1

16 Commentaires

  1. Bon Dieu, ne me dites pas que ce dégénéré a patienté 3 ans avant d’exprimer sa conception de l’honneur d’un mari qui a d’la fierté ?

  2. Vive le vivre ensemble
    Elles sont cherchées, elles sont trouvées.

  3. êtes vous sur qu’il ne l’ait pas fait avant?
    coran 4 : 35 les hommes sont les gardiens des femmes parce qu’allah a fait que les uns surpassent les autres
    4 : 35 ..quant à celles dont vous craignez la désobéissance, admonestez les…. et si besoin est, chatiez les
    7 : 190 c’est lui qui vous a créé d »un seul être, la femelle et qui a tiré son autre moitié afin que le mâle put trouver la tranquillité en elle
    et il y a bien d’autres versets que les occidentales devraient méditer avant d’être attirées par la diversité

  4. Et les femen ont violemment manifesté devant le tribunal . Poisson d’avril !

  5. Ben, c’est la rançon de la connerie Bobo.
    Bien mérité, en fait.
    Allez dégage !

  6. Franchement, je ne vais pas la plaindre ! faut-il être sotte pour se faire faire un môme par un tunisien en situation irrégulière et, en plus, vouloir l’épouser !

  7. Qui sème le vent récolte la tempête, je garde ma pitié pour les vraies victimes innocentes. En toute fin il aura quand même réussi à se reproduire et son marmot sera sans doute à la charge de la société. Dire que l’on en a tondues pour moins que ça dans les années 40!

  8. msio ci pas moi ci li mains, ils ont frappées ma femme,li mains sont disiquilibri !

  9. faut que cette femme soit bien stupide pour frayer avec un tunisien, individus encore plus faux cul que les algériens

  10. Alors celle là je ne la plaint pas, plus stupide tu meurs. Pour ce conduire de cette façon son abruti de nouveau mari a dû le faire pendant leur trois ans de vie commune, en acceptant de l’épouser elle savait que l’enfer allait continuer. elle est soit maso, soit suicidaire mais dans les deux cas pas à plaindre. Toutes ces bonnes femmes qui se mettent en ménage avec des musulmans ou africains cherchent leur mal, elles finissent tôt ou tard par le trouver. Ca n’est pas faute d’être prévenu, elles ne sont donc pas à plaindre !

  11. Elle l’a voulu son exotique, elle l’a eu. Avec les manières qui vont avec. Ce qui m’emmerde avec ces connasses, c’est qu’ensuite elles en veulent à tous les hommes, se prennent un bon français bien sympa qui essuie les plâtres. J’ai trop souvent vu ca dans mon entourage. On va me rétorquer qu’il y a aussi de sales types chez-nous. Oui. Mille fois oui. Mais ce sont quelques individus. Ce n’est pas dans nos coutumes, dans notre éducation dans notre civilisation de mal traiter la femme. Ah au fait, les féministes ? Ah oui aux abonnés absentes bien entendu. Ce sont souvent des connes qui viennent de là aussi. Cqfd.

  12. Avec un peu de »chance »il va lui faire quelques mômes qu’il emménera en Tunisie.
    La dame va chialer,elle reprendra une baffe par son nouveau mari marocain qui va lui faire deux ou trois moutards;
    Quans les gosses du tunisien seront bien endoctrinés ils reviendront en France puisqu’ils sont »français » et ceux du marocain aussi.On leur trouvera un logement et obtiendront des aides sociales.
    Ils foutront le bordel dans ce pays de racistes qu’est la France et épouseront d’autres grognasses qu’ils tabasseront et la boucle sera bouclée!

  13. Le blédard, le chaînon manquant entre la blatte et le macaque. Encore une qui mérite son sort.

  14. C’est bien fait! C’est une pauvre pétasse et elle n’a que ce qu’elle mérite. Pour les gens de ce niveau, il n’y a que le passage à l’épreuve qui soit éducatif. Et encore…

Les commentaires sont fermés.