Élu d’opposition cherche désespérément restaurant ouvert…

 

Restaurateurs : face à la dictature de Macron et l’absence d’opposition politique, il est urgent de résister

Je suis allé soutenir les restaurateurs en colère aujourd’hui. Muni de mon écharpe d’élu, j’avais en effet prévu d’aller braver l’interdiction de s’asseoir à une table de restaurant pour déjeuner – crime abominable dans la Macronie triomphante où le temple de la malbouffe, MacDo, est ouvert, bien sûr, et fonctionne à plein régime en mode drive-in, mais pas les restaurateurs indépendants. Je me voyais déjà faisant face à la troupe et les sommant de cesser leurs interpellations, bref servir la cause haut et fort, comme le doit tout élu d’opposition.

Grosse déception : pas un seul des restaurants de la liste publiée sur le site du collectif en charge du mouvement n’était ouvert à Paris et n’osait braver l’interdit. Où donc étaient les foules de résistants attendues devant ces établissements ? Personne, preuve du peu de relais de l’appel des restaurateurs dans la population.

Comment expliquer cet échec ?

Nous avons appris que certains restaurateurs qui avaient exprimé publiquement leur intention d’ouvrir leur établissement aujourd’hui avaient reçu de scandaleuses lettres de menace des autorités. On comprend donc qu’ils réfléchissent à deux fois avant de braver l’interdit, ce qui déclencherait une répression terrible, arrêt des aides de l’État, amendes, fermetures administratives etc. en bref la peine de mort économique.

La peur et la terreur règnent donc dans le monde des progressistes au pouvoir, en parfaite continuité avec le despotisme des années de terreur républicaine de 1793 et 1794, avec une amende monstrueuse en guise de guillotine, la fermeture et la mort sociale qui en découle, nouveaux instruments d’intimidation de ce régime funeste.

Mais ce qui frappe surtout, c’est la lâcheté généralisée du peuple français, qui passe son temps à brailler son mécontentement, mais qui accepte docilement comme un troupeau de moutons imbéciles le diktat de la clique au pouvoir qui le musèle et restreint chaque jour davantage sa liberté par des vexations supplémentaires et des contraintes multiples. Où sont donc passés les fameux « Gaulois réfractaires » et l’esprit de contestation et de révolte qui animèrent pendant des siècles le peuple français ? Que voyons-nous aujourd’hui ? Le retour de l’ambiance de 1870 et 1940 lors des invasions allemandes : des millions de dénonciations et des anathèmes jetés contre ceux qui résistent et qui s’opposent, qualifiés de complotistes. Les procès en sorcellerie ne sont pas loin et on prépare les bûchers. Et comme autrefois on dénonçait les Juifs, on dénonce à tour de bras son voisin qui ne porte pas de masque ou qui brave le couvre-feu. Un climat ignoble de suspicion et de peur généralisées s’installe, attisé par le gouvernement qui casse ainsi habilement toute tentative de résistance.

Cette lâcheté est aussi celle de l’opposition LFI, UDI-LR et RN qui ne joue pas son rôle et trahit ses électeurs, une opposition qui serait cependant un relais, une caisse de résonnance amplificatrice et utile au sympathique mouvement des restaurateurs, si elle assumait son rôle. Voilà des gens qui semblent plus attachés à leurs indemnités et à leurs petits mandats bien confortables qu’au combat politique qui devrait les animer. Une fausse opposition donc, devenue un instrument du pouvoir pour éteindre toute velléité de résistance. On entend en effet Marine le Pen sur les plateaux faire constamment de la surenchère sur la politique gouvernementale : « pas assez de masques, pas assez de contrôles, fermeture des frontières trop tardive, pas assez de vaccins, pas assez de confinement », nous dit cette championne de l’échec électoral… aucun sens politique, aucun leadership… cette opposition factice et minable n’est que le miroir blafard d’un gouvernement sinistre, incompétent et manipulateur.

Tout se paie cependant. Il ne faudra pas pleurer ensuite une fois la dictature de Macron et de son gang solidement installée. N’y aura-t-il donc pas un seul Juste pour lui résister ? Ce bel esprit de résistance et l’idéal de liberté qui animèrent nos prédécesseurs de 1940 à 1945, où est-il ? Allons-nous enfin faire honneur à nos héros du passé, ou sont-ils morts pour rien ? Que faisons-nous de l’héritage qu’ils nous ont laissé ? N’est-il pas temps de résister ?

Et si nous résistions ensemble, si nous refusions tous au même moment de porter le masque, de fermer nos entreprises et de nous soumettre à la dictature de Macron et de sa clique infâme, alors ils ne pourraient rien. Rien ne peut s’opposer à la volonté du peuple, sauf Dieu. Et Macron, qui n’est qu’un petit Jupiter de pacotille, n’est pas Dieu. Son pouvoir ne tient en réalité qu’à un fil, une chimère qu’entretient une classe médiatique soumise et corrompue, qu’il nous appartient de couper.

À tous ceux qui attendent de voir si les autres vont bouger avant de se décider, je dis ceci : personne n’est à l’abri. Aujourd’hui ce sont les restaurateurs et les artistes qui sont en danger de mort, demain ce seront les ouvriers, les agriculteurs. Aucun secteur ne sera épargné. Si nous ne faisons rien, si vous ne faites rien, nous mourrons tous et vous aussi, vous qui vous croyez à l’abri. Méditez donc ces paroles de Martin Niemöller [1] « Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste. Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas juif. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique. Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester. »

[1] Arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. Il fut ensuite transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau. Libéré du camp par la chute du régime nazi, en 1945.

Emmanuel Crenne, conseiller régional  d’Occitanie.

Note de Christine Tasin

Il est évident que les peu reluisants syndicats des restaurateurs, comme partout, ont joué la carte du pouvoir et ont dissuadé les restaurateurs d’ouvrir… aidés par la menace de Lemaire de leur sucrer leurs aides.

https://resistancerepublicaine.com/2021/02/02/desobeissance-civile-elu-dopposition-cherche-desesperement-restaurant-ouvert-le-1er-fevrier/

image_pdf
0
0

10 Commentaires

  1. Tres bien,Mr Crenne.Surtout ne ménagez pas votre peine,nous avons besoin de gens comme vous.J’espere que vous fustigez d’abondance la peronnelle Carole Delga,présidente socialope de votre région,qui réclame la dissolution de Generation Identitaire.RESISTANCE!!!

  2. Les aides ne suffisant pas à reconstituer leur CA , de quoi ont ils eu peur ? Perso , je suis allée sur place ce lundi , dans mon village de St Pee sur Nivelle, prête à soutenir les restaurateurs… village vide, tout fermé sauf la boulangerie . Un Lundi comme les autres. Je me suis renseignée, prête à aller jusqu’à St Jean de Luz… pareil ! Tous restos fermés là aussi ! Suis rentrée dégoûtée… Même décidée à lâcher .. à dire  » tant pis pour eux! S’ils préfèrent crever…!! » Profondément dégoûtée par ces Français , des esclaves…

  3. Bravo pour le constat mais le mot Juste avec le J majuscule est trop connoté et n’a rien à faire dans un débat français.

  4. la Réunion reste exempte de ces mesures iniques et imbéciles, et aucun contaminé ni dans les bars ni dans les restaurants (ni dans les remontées mécaniques!!! puisqu’on en n’a pas !)

  5. Il faut comprendre que ce sont les restos tradis brasseries et troquets qui sont touchés c’est a dire l’âme de la France, les kebabs, chinois et mc Do font de l’emporter en général donc eux ne sont que très légèrement impacté.
    Avec l’invasion migratoire ils veulent nous remplacer et avec le covid nous effacer de la nouvelle mémoire collective d’une France envahie par les colons afro maghrébins musulmans qui dans un futur très proche conteront le soir à leurs enfants l’histoire d’un peuple qui s’est laissé mourir.

  6. Le jour où le revenu universel sera mis en place quand vous voudrez faire grève, le ministre de l’hygiène mentale vous menacera de vous couper les vivres.

  7. « Qui paiera et quand ? »
    – Vous et moi un peu directement (fisc), un peu par l’épargne, un peu par la TVA
    – Vous et moi énormément par la disparition : de la retraite par répartition, la sécurité sociale, l’assurance chômage et par la vente aux Chicago boys d’EDF, des barrages, des forets, des châteaux, des ports, des nationales, du train..etc
    – Vos et nos enfants qui sont formatés à obéir et passent leur vie comme des zombies en masque et qui n’aurons pas de travail…
    (A chacun de leur appendre le système D et la désobéissance réfléchie)
    Quand ? mais c’est en cours !

    • Papy ,je plussoie…Quand nous aurons tout vendu aux vautours qui se pressent autour de nos dépouilles,il sera bien temps de se battre,mais il sera trop tard.

  8. En 1940-44, les français en prenaient plein la gueule, écrasés d’impôts, la France devant quelques milliards à l’Allemagne comme indemnités, sous couvre-feu (mais de 23h à 6h, plus clément) et persécutés par les flics, qui souvent gêraient le marché noir et se gavaient pendant que les gens crevaient de faim.
    .
    Pas juste la Gestapo, mais le flic de base, qui ne s’est révolté qu’en Août 44.
    Le reste du temps « notre » police Nationale, créé par Vichy en 41, faisait de l’abus de pouvoir, et traquait, de concert avec les gendarmes, les réfractaires au STO.
    Là les choses ont un peu bougé, avec des centaines de milliers de gaulois envoyés en Allemagne pendant que les allemands crevaient en Russie.
    L’esprit de résistance c’est du folklore, plus personne ne veut se faire massacré par les flics.

  9. MANIGOLD, homme d’affaires usurpant le métier de restaurateur.
    Saltimbanque !!!!!!!!!

Les commentaires sont fermés.