Emmanuel Macron aux Mureaux, ou la dhimmitude en marche… forcée

Publié le 2 octobre 2020 - par - 10 commentaires - 1 031 vues

Ce vendredi 2 octobre 2020, Emmanuel Macron s’est déplacé aux Muraux (78) pour nous édifier sur la radicalisation islamique. Les Mureaux sont à l’islam « radical » (que j’appelle, pour ma part, littéral, je me répète) ce que Disneyland est au divertissement. Allez-y pour voir, vous ne serez pas déçus…

On a eu ainsi droit à un discours volontariste mais sans volonté, qui a commencé par cet euphémisme savoureux désignant le département des Yvelines comme une « terre de combats républicains » s’agissant de la lutte contre l’islamisation (à voir !). Le meilleur des euphémismes fut toutefois d’évoquer les « écarts répétés avec les valeurs de la République ». Les attentats seraient-ils, par exemple, des écarts ?!

Et à chaque fois que le président de la République énonçait une vérité (il y en eut !), il lui fallait céder à la bien-pensance, pour ne pas tomber dans le « piège de l’amalgame ». Mieux, pour atténuer les récriminations à l’égard de la « religion de paix », on a donc eu droit au quota de jolies phrases, comme celle-ci : « Nous aimons la République, au fond tous, quand elle tient ses promesses. » C’est beau comme l’antique ! Au fait, dans votre discours, Monsieur le Président, quid de l’ultra-gauche, qui sert l’islam comme un valet sert son maître ?




Quelles erreurs de jugement n’y a-t-il pas eu ?! Ainsi, avancer que « l’islam vit une crise », c’est méconnaître l’islam, qui redevient tel qu’en lui-même dès qu’il retrouve sa force ; et ce, depuis l’an 622 de l’Hégire, il y a quatorze siècles. Idem lorsqu’il s’agit de pointer un « djihad réinventé ». Le djihad s’exprime maintenant comme il s’est toujours exprimé. Autre absurdité que celle de présenter, entre autres, les Frères musulmans comme pacifiques au début de leur création, en 1928. Son fondateur, Hassan al-Banna affirmait ceci : « C’est également une lutte dans la voie d’Allah et un appel, ou encore une armée et une pensée » (source : Wikipédia). Cela semble limpide pourtant…

On n’a pas non plus échappé à la question de la ghettoïsation des quartiers ; où l’argent public coule à flots, en vain. Et je ne sache pas que tous les ghettos de l’Histoire aient conduit au terrorisme. Autre aberration présidentielle : le racisme nourrirait l’antisémitisme. Les bras m’en tombent. L’expiation était de la partie : « Nous sommes un pays qui a un passé colonial. » Même antienne que lors de la visite du candidat Macron en 2017, en Algérie, et qui affirmait que la colonisation était un crime contre l’humanité.

Lorsqu’il s’est agi d’évoquer le terrorisme islamique, Emmanuel Macron a évoqué « les confins de la psychiatrie et de la radicalisation politico-religieuse ». Donc, selon une neutre réversibilité, Brenton Tarrant – auteur des attentats meurtriers de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, contre des mosquées – serait légitiment candidat à la fragilité psychique… ?

Le sommet revient à l’introduction au projet de loi pour lutter contre ladite radicalisation, et qui contient, selon les propos du chef de l’État, « cinq piliers principaux » ! On peut parler là de dhimmitude décomplexée et d’ignorance de son sujet, je crois, pour « bâtir enfin un islam en France qui puisse être un islam des Lumières ». D’ailleurs, ce programme énoncé par le chef de l’État a été réalisé en concertation avec le CFCM (Conseil français du culte musulman), c’est dire la confiance qu’on peut avoir en lui ! Une bonne fois pour toutes : l’islam hait la République dans son essence même…

Bien sûr, les élus clientélistes vendus à l’islam ont été vilipendés, ainsi que les créneaux horaires des piscines réservés aux femmes ; les chauffeurs de bus refusant de s’assoir derrière ces mêmes femmes – merci, au passage, d’avoir omis de citer Riposte laïque et surtout Ghislaine Dumesnil, qui fut la première à alerter sur ce sujet –, tout en vantant les cafés et mosquées trop radicaux fermés ; la fin prochaine des subventions, voire leur interdiction, pour les associations qui diffusent « un message d’islam radical » ; le renforcement des contrôles – avec pour corollaire inévitable les pleureurs procéduriers du contrôle au faciès, vous verrez ! –, etc. Mais l’essentiel n’était pas là : à savoir la lutte impitoyable et armée ; s’il le faut, contre un fléau qui, à terme, peut conduire à l’extermination pure et simple de la France historique.

 



C’est aussi bien beau de prôner un changement radical des mentalités, mais lorsque l’un des « cinq piliers » de la lutte présidentielle se trouve être l’École, je me marre : l’École est un des piliers de la diffusion de l’islam en France, et je ne parle pas des écoles hors contrat, mais bel et bien de l’École publique, laïque et obligatoire, selon les termes de Jules Ferry. Cette École qui, depuis des décennies, abreuve les élèves de vivre-ensemble, de culpabilisation de la France, voire de sa détestation pure et simple. L’École, plus encore que l’ingérence étrangère dans les affaires d’islam en France, est, via son idéologie gauchiste frénétique, responsable de la pénétration de l’islam car, la nature ayant horreur du vide, après avoir sali la France et vanté l’Ailleurs dans les classes, l’Ailleurs a pris le pouvoir et l’islam s’est taillé la part du lion. Voici ce qu’il aurait fallu dire, Monsieur le Président !

Et d’où vient cette idée saugrenue de surveiller la provenance de l’argent dans le financement des officines islamiques en tout genre ? L’islam est loin d’être bête, ne nous y trompons pas ; on ne vit pas pendant 1 400 ans quand on est bête. Il fera avec l’argent ce que la mafia fait déjà et le rendra opaque au point que nous n’y verrons que du feu. Du même tonneau : faire signer une charte à des imams formés en France. Le ver est dans le fruit et aucune charte n’y changera rien : l’islam veut le pouvoir hégémonique, point barre, et « faire émerger une meilleure compréhension de l’islam » ou apprendre l’arabe n’y changeront rien. Comment nous faire avaler docilement les versets qui ordonnent la mort des mécréants ?! Consulaire – c’est-à-dire sous influence étrangère et auquel Emmanuel Macron veut mettre un terme – ou pas, l’islam reste l’islam…

 


Pas de cohabitation possible entre deux civilisations antagoniques mais la lutte dont un seul sortira vainqueur. Aussi, votre « devoir d’espoir » dans cette matière, Monsieur le Président, est vain. Car, à force de se coucher, on finira par chanter : « Ah, charia, charia, charia, tous les mécréants à la lanterne / Ah, charia, charia, charia, tous les mécréants on les tuera ! »

Charles Demassieux

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Khamsa

Ils se sentent grands parce que vous vous agenouillez devant eux. Honte à ce dhimmi qui se la joue président de la République.

Jill

Il n’y a pas d’islam radical, mais un Islam.
Cette affreuse organisation est génétiquement violente, intolérante,
mysogine.

R2D25

L’islam est un mode vie incompatible avec les lois de notre République.
Islam HORS de France. !!!

Colonel Napoléon de Guerlasse

Cinq piliers ! Car ils sont cinq dans l’Islam ! Soit c’est un lapsus, soit c’est volontaire, un signe carrément cabalistique. Diabolique non ? En tous cas, le message a dû être reçu… 5 sur 5, par les barbus.

Suzanne Reder

J’ai connu également les Mureaux dans les annees 90 …j’avais trouvé un poste d’aide soignante en soins à domicile …je ne suis pas restée 1 journée …un peu + loin Mantes la Jolie ….je me suis cru au Magreb !!

ven85

voila pourquoi macron a choisis les mureaux,ville islamiser,il est chez ses copains

patphil

il nous refait le coup de sarkozy avec son karcher
mais il ne se passera rien ensuite

Hank

Il faut signer massivement cette pétition

https://damocles.co/zemmour-censure-liberte-expression/

BERNARD

Et d’abord, les mureaux, ça fait longtemps que ce n’est plus en France… et déjà lorsque je devais m’y déplacer pour le boulot dans les années 1990 (pour aller à l’Aérospatiale qui avait un site Là-bas), on nous imposait la fermeture des fenêtres des bagnoles tout en restant vigilants et de traverser le plus rapidement possible..

Son prochain discours à Trappes ? encore une enclave africano-palestinienne-muzz !

ven85

et moi on me demandait de venir le matin aux mureaux,car le matin,ils dorment,ayant passer la nuit a vendre de la drogue

Lire Aussi