Emmanuel Macron, l’homme qui rit tout le temps

French Economy Minister Emmanuel Macron wears the king’s crown as he prepares to eat a slice of an Epiphany cake during a visit at a shopping center in Paris on the first day of the winter sales in France, January 6, 2016. REUTERS/Benoit Tessier TPX IMAGES OF THE DAY

Il y a encore un an, vous ne le connaissiez pas. Ou presque pas. Aujourd’hui il est partout, sur tous les plateaux, sur tous les écrans, sur toutes les affiches. Vous ne pouvez pas le manquer. Où que vous vous tourniez, vous ne voyez que lui, vous n’entendez que lui, vous n’admirez que lui. Car comment pourriez-vous ne pas l’admirer ? Le sauveur de la France, le Christ en personne, envoyé sur la terre par la Banque Rothschild pour vous laver de vos péchés, à commencer par ce péché mortel d’entre les péchés mortels, le patriotisme.

Il est plutôt joli garçon, la jambe fine, la taille bien prise, l’œil clair, le teint vermeil, mais, sans doute parce qu’il a les dents blanches, il faut qu’il rie toujours. L’Homme-Qui-Rit, c’est lui. Partout où il va, et en toutes circonstances, il rit. Souffletez-le à droite, il rit ; souffletez-le à gauche, il rit. S’il insulte les ouvrières françaises en les taxant d’illettrisme, il rit. S’il tance les gens du Nord sur leur alcoolisme, il rit. S’il félicite la chancelière allemande pour sa géniale politique migratoire, il rit. S’il embrasse Jeanne d’Arc à Orléans, il rit ; Philippe de Villiers au Puy du Fou, il rit ; François Bayrou à Pau, il rit ; François Normal au CRIF, il rit. S’il décrète à Lyon que la culture française n’existe pas, il rit. S’il se rend à Alger pour accuser sa patrie de crime contre l’humanité, il rit. Si à Toulon cinq jours plus tard il se paie la tête des pieds-noirs en parodiant Charles de Gaulle (« Je vous ai compris et je vous aime. »), il rit.
S’il dévore presque à lui seul la cagnotte d’un ministère, il rit. S’il détrousse la France de ses richesses industrielles, il rit. S’il cautionne la vente d’Alcatel-Lucent au finlandais Nokia, il rit. S’il exécute Alsthom au profit d’intérêts étrangers, il rit. S’il fait passer Technip, fleuron français du parapétrolier, sous pavillon américain, il rit. S’il joue le français Danone contre le suisse Nestlé, il rit. S’il livre SFR à Patrick Drahi, l’homme qui devait des milliards, et par ailleurs propriétaire d’un superbe empire médiatique racheté à Bernard Mourad, il rit (Bernard n’est-il pas son vieux copain et son meilleur conseiller financier ?).

Tout le monde l’aime, cet angelot, et si vous ne l’aimez pas aujourd’hui vous l’aimerez demain. Il cristallise la crème des bobos, il réjouit le gratin de la banque et de la finance internationale, il séduit les Bergé, les Attali, les Minc, les Kouchner, les Weinberg, les Strauss-Kahn (vous ne rêvez pas), et tutti quanti. Cerise sur le gâteau, Dany le Rouge en personne vient de lui déclarer solennellement sa flamme. Alors, qui seriez-vous, vous, menu fretin, excrément de la terre, pour résister à un tel cataclysme ?

D’autant que, côté femmes non plus, cet homme-là ne craint personne. Toutes folles de lui, paraît-il. Et cela ne date pas d’hier, puisque dès son adolescence, à ce qu’on raconte, il faisait déjà des ravages chez les femmes mûres. La valeur n’attend pas le nombre des années. Alors, qu’est-ce qui l’empêchera, dites-moi, s’il l’a ainsi décidé, de mettre aussi Marianne dans son lit ? Que vous le vouliez ou non.
Il en rit à l’avance.

Denys Asconius

image_pdfimage_print

9 Commentaires

  1. Eh ! Z’avez vu sur la photo, à gauche du p’tit con (donc à droite quand on regarde l’image), y’a M. Spoke à qui on a coupé le oreilles !!!

    Étonnant non ?

  2. « Toutes folles de lui, paraît-il. »…Euh…un look ado gaulé comme une ficelle , roi de la lèche et les yeux qui se touchent… ? Mes semblables ménopausées ont apparemment , quelques soubresauts hormonaux hystérisés …Très peu pour moi..

    • Très peu pour moi également ! les yeux rapprochés sont signe de cupidité et d’avarice… de plus, il a des pattes et je déteste et il paraît qu’il est petit… non, vraiment, merci , pas pour moi !

  3. Hillary Clinton riait aussi tout le temps, de façon compulsive et souvent hystérique. Un peu comme le p’tit Micron. Et souvent il n’y avait pas de quoi rire.
    Petit rappel, quand Trump étrillait Hillary à ce propos (A 5mn, 5mn40, 8mn05)

  4. Excellent, mais il ne nous fait pas rire .Ma grand-mère dirait: « il faut en rire pour ne pas en pleurer de désespoir ». Rira bien qui rira le dernier, et c’est peut-être nous. Sale crapule.

Les commentaires sont fermés.