1

Emmanuelle Cosse : vive la trahison, vive l’orgasme migratoire !

cosseadresseOn ne voit plus qu’elle ! A peine un car de migrants arrive-t-il quelque part qu’elle se précipite en voiture ou en hélicoptère (au diable l’écologie !) et se jette dans les bras de ses amours de migrants !

Elle n’en dort plus la nuit, Emmanuelle ! Elle délaisse son Denis Baupin, dont on connaît les fragilités, et son nouveau né. Elle en a du travail ! Si elle le pouvait, elle congratulerait 2000 migrants par jour, devant les journalistes émus par tant de dévouement. Mais Cazeneuve les a collés dans toute la France, cela complique les choses.

cossemigrants3cossemigrants2cossemigrantsQuand elle saute d’un lieu d’accueil à un autre, protégée par les forces de l’ordre, accompagnée du préfet du coin, elle ne peut s’empêcher de penser à tout ce chemin parcouru. Elle était, il y a un an encore, la cheftaine des Verts, et réclamait que la France accueille tous ceux qui voulaient venir s’y installer. Liberté de circulation, liberté d’installation, cette opulente gauchiste qui n’a jamais travaillé faisait du Attali.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/08/25/25002-20150825ARTFIG00068-migrants-la-patronne-d-eelv-prone-l-accueil-de-tout-le-monde.php

Elle disait aussi à l’époque qu’elle ne serait jamais membre d’un gouvernement socialiste avec Hollande à la tête du pays. Et puis elle a trahi les Verts pour un maroquin, et elle a été à la soupe avec son copain Placé, qui en rêvait depuis des années ! Avant qu’elle n’aille à la gamelle, j’avais fait un portrait au vitriol, qui n’a pas pris une ride, d’Emmanuelle Cosse.

http://ripostelaique.com/quattendent-les-ecolos-pour-demander-le-droit-de-vote-pour-tous-les-migrants.html

Bien évidemment, alors que les Verts avaient inscrits dans leur ADN le refus du cumul des mandats, la traîtresse de service n’a pas démissionné de son poste de conseillère régionale. Il faut bien vivre, et le malheureux Denis Baupin n’est plus vice-président de l’Assemblée nationale, depuis que des fuites (probablement organisées par Duflot) ont fait savoir qu’il méritait le surnom de Strauss-Kahn des Verts.

Femme de 40 ans peu avantagée par un physique ingrat et une morphologie peu flatteuse, apparemment humiliée dans sa vie de couple, Emmanuelle Cosse tient sa revanche, et voit finalement ses fantasmes les plus fous se réaliser. Elle voulait que la France ouvre ses portes à tous les immigrés. Et bien, cela commence bien, sous sa houlette, et celle de Cazeneuve, les villages français se voient sommés par l’appareil d’Etat, préfets et forces de l’ordre, d’accueillir de force des clandestins dont les habitants ne veulent pas. Elle s’en fout la gravosse (San Antonio appelait ainsi Berthe Bérurier), la démocratie, cela n’a jamais été trop son truc. L’essentiel est qu’elle soit sur la photo, avec les journaleux-collabos, les associations-collabos, les curés-collabos, les gauchos-collabos, les islamo-clando, et que tout le monde verse sa larme devant cette communion émouvante. Certains crétins de compétition sont même allés jusqu’à applaudir les envahisseurs qui ont pourri la vie des Calaisiens depuis plus d’un an. Elle est pas belle la vie, dans la France d’Emmanuelle Cosse ?

Ces gens sont la caricature de cette gauche qui déteste la France, parce qu’ils se veulent mondialistes. Ils méprisent les Français, parce qu’ils se veulent citoyens du monde. Ils ont laissé crever des centaines de SDF français. Des centaines de milliers de Gaulois, qui ont côtisé toute leur vie, attendent toujours un logement décent. Ils peuvent crever, les Français, les écolo-socialauds, c’est tout pour les migrants, rien pour les sans-dents !

Cosse et les dégénérés de son entourage sont en train, avec l’opération de Calais, de voir leurs délires les plus fous se réaliser. Et comme tous les jours ces imbéciles d’Italiens sauvent 4000 clandestins et les accueillent, forcément, les immigrationnistes tarés rêvent de dizaines d’opérations Calais pour submerger les Français de ces nouveaux venus.

Je suspecte même – mais ce n’est qu’une hypothèse – la peu gâtée Emmanuelle Cosse d’éprouver, à chaque arrivée d’un migrant, un émoi intérieur que les règles de Riposte Laïque m’interdisent de décrire davantage. Mais si mon hypothèse est vraie, voilà une femme qui devrait être comblée de ce côté là…

Lucette Jeanpierre