Émotion autour d’un dos d’âne vendéen islamophobe

Une petite affichette-caricature a fait grincer la graine de néant qui tient lieu de neurone chez les kollabos de la musulmanie cette semaine.
Ainsi d’un power-point qui représentait un musulman en prière agenouillé dans un panneau de la circulation routière avec la mention      « dos d’ânes » pour expliquer les problèmes circulatoires et « faire de sa commune un lieu agréable à vivre » :

https://www.fdesouche.com/2022/12/14/dos-dane-represente-par-un-musulman-qui-prie-polemique-et-menaces-dans-une-commune-de-vendee/

Une « follower » de l’islamisation du pays, suiveuse du leader mâle alpha de la coranisation ci-après, pour reprendre la terminologie woke, s’est sentie choquée :
« Sophie Licoine, une représentante de l’opposition classée divers gauche, présente ce jour-là au côté des enfants, de leurs parents et d’élus de la majorité. L’image diffusée l’a fortement « choquée » : celle-ci représente un ralentisseur remplacé par le dessin d’un musulman en train de prier, le tout accompagné du mot « dos d’ânes ». Un cliché qui aurait été diffusé pendant une dizaine de minutes selon Sophie Licoine ».

Le mâle alpha de la kollaboration islamique qui a la délation facile en feldkommandantur va encore plus loin puisqu’il dénonce un délit, rien de moins :
« Vincent Mathieu, le chef de file de l’opposition, indique au Figaro que la préfecture a été alertée et qu’il réclame l’ouverture d’une enquête.
« Pour nous, c’est un délit. Au-delà du cas de la personne incriminée, nous dénonçons le manque de contrôle des services de la commune pour ce qui est de la communication. Nous voulons qu’un rappel à la réglementation soit fait », souligne-t-il, sans appeler toutefois à la démission de l’élue concernée. « Ce n’est pas à nous de la demander. C’est au maire de prendre ses responsabilités. Nous espérons qu’il va intervenir », répond-il ».
On peut dire que les kollabos ont l’invective et le délit facile, gageons ici que si ç’avait été Marine Le Pen ou Éric Zemmour agenouillés en dos d’ânes, il n’y aurait pas eu dénonciation en feldkommandantur mais franche rigolade dans les rangs de la koopération forcenée-furieuse.

C’est à cette géométrie variable que s’éprouve l’intolérance du monde collaborationniste soumis à l’occupant.
Or il est utile de rapprocher ce power-point d’une décision récente de la Cour de cassation qui « a annulé mardi la condamnation d’un afficheur varois qui avait publié des affiches représentant le Président de la République en Adolf Hitler, estimant qu’il n’a « pas dépassé les limites admissibles de la liberté d’expression ».
Pour la Haute Cour, « l’auteur s’est placé sur un mode satirique résultant, pour la première affiche, de la mention « affichage satirique et parodique » et, pour la seconde, du jeu de mots « il n’y a qu’un passe à franchir », ajoute la Cour de cassation.

De plus « les photomontages en cause, pour outrageants qu’ils fussent vis-à-vis de l’actuel Président de la République, se sont inscrits dans le débat d’intérêt général et la polémique qui s’est développée au sujet du passe vaccinal contre le virus du Covid », poursuit la Cour. En conséquence, elle a cassé et annulé la condamnation de la cour d’appel d’Aix-en-Provence.
https://www.europe1.fr/societe/macron-en-hitler-la-cour-de-cassation-tranche-en-faveur-dun-afficheur-varois-4154181

Prenons les éléments de la Cour de cassation qui l’ont conduite à élargir l’impétrant :
Il y a d’abord pour l’une des affiches la mention expresse d’une caricature satirique et parodique, pour la seconde l’existence d’un jeu de mot, et pour l’ensemble, l’existence d’un débat d’intérêt général et d‘une polémique nationale, qui donc légitime des formes d’expression dont la caricature, de source historique, -il suffit de se reporter à la presse sous la Troisième République – est l’une des composantes.
On a d’ailleurs vu un élan unanime de la classe politique française pour la liberté d’expression lors de l’affaire Charlie Hebdo et des caricatures de Mahomet.

Mais les collabos, comme précisé ci-dessus, ont la géométrie plus variable que le vent qui décorne les cocus de la politique, ils oublient vite les crimes de leurs obligés coraniques pour devenir les chiens de garde de leur idéologie nauséabonde comme les pasdarans d’Iran qui vont tuer les femmes par tabassage après viol collectif.
Ici force est de reconnaître que l’on ne sait pas si Vincent Mathieu serait capable de proposer à ses troupes d’amis mâles alpha coraniques de la police des mœurs le viol collectif de Sophie Licoine si cette dernière, dans le nouveau monde dont elle tisse avec ardeur l’avènement, se retrouvait, par quelque mauvais jour venteux de cocu, mal voilée dans l’espace public, ladite police des mœurs étant de la trajectoire inéluctable des dérives maures, il suffit de lire les multiples témoignages qui abondent déjà pour nos banlieues.

Si cette dernière Sophie se révèle non consentante, aveugle et ingénue aux conséquences futures de son combat actuel, on peut la plaindre d’avance dans ses souffrances intimes, mais si elle est consentante, on ne peut qu’être réjoui pour elle d’avoir trouvé la plénitude de ses rêves d’enfant enfin réalisés dans sa vie d’adulte de soumission : en effet, de quel droit devrions-nous interdire aux Sophie Licoine de France de se soumettre ?
Pour en revenir au power point incriminé, faire d’un musulman agenouillé un panneau interdit-danger pour que sa commune reste un lieu agréable à vivre relève bien du débat polémique national qui s’inscrit dans une liste d’exactions, de meurtres, d’intolérances, de menaces de tabassage ou de mort perpétuels de la part des musulmans.

Des exemples et des faits réels peuvent être rapportés, que la Cour de cassation pourra si peu nier qu’elle sera obligée de prendre en compte pour décider des gens qui veulent conserver « leur commune comme des lieux de vie paisibles » :

– Prenons Mila, des centaines de milliers de menaces de mort de la part des musulmans, une vie cachée et gâchée à cause des musulmans, est-ce là une vie paisible et agréable avec les musulmans ?

– Prenons Zineb El Razhoui, mêmes menaces de mort de la part des musulmans, une vie entière sous protection policière, est-ce là une vie paisible et agréable ?

– Prenons Salman Rushdie : une fatwa exécutée plus de trente ans après avoir été lancée, est-ce là avoir une vie agréable et paisible, de savoir jusqu’au restant de ses jours que l’on est en danger de mort à cause des musulmans ?

– Prenons les profs des écoles, des collèges et des lycées, plus de 50 % qui se censurent et plus de 70 % qui ont la peur au ventre d’un égorgement au boulot ou en en sortant de la part des musulmans, sont-ce là une vie de travail et une vie tout court agréables et paisibles ?

Tout avocat de la défense aura du grain à moudre devant toute juridiction pour démontrer que la vie agréable et paisible est bien sujet à polémique particulièrement fondée dès qu’il s‘agit de musulmans, des millions de pages, de témoignages et de faits divers pourront être produits, ne serait-ce que le renvoi aux minutes des procès récents concernant les attentats de Paris ou de Nice, ou les récits de la déportation des Juifs du département de Seine-St-Denis : oui, il peut être largement démontré que la conservation de la tranquillité d’une commune passe nécessairement par une mise en garde dès le plus jeune âge contre les dangers que présentent les musulmans pour les non musulmans.

Et ici de conclure que le power point sous forme caricaturale n’est néanmoins que l’expression d’une réalité vécue, l’humour et la dérision n’étant que des modalités plaisantes d’avertissement pour permettre aux plus jeunes de s’approprier les risques coraniques.
En outre, concernant le caractère humoristique du power point, les caricatures de Mahomet suffisent à faire jurisprudence.

Au surplus, figurer un musulman agenouillé dans un panneau « danger » destiné à l’espace routier public, c’est attirer élégamment l’attention sur les prières de rue contraires au droit fondamental d’aller et de venir comme l’a rappelé le Conseil constitutionnel qui vient tout simplement d’annuler l’article 60 du Code des douanes qui jusqu’alors permettait aux fonctionnaires de ces services de fouiller tout véhicule circulant et stationnant dans l’espace public :
« 3. Selon l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression ». Son article 4 proclame que « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi »…/…
« 9. En ne précisant pas suffisamment le cadre applicable à la conduite de ces opérations, tenant compte par exemple des lieux où elles sont réalisées ou de l’existence de raisons plausibles de soupçonner la commission d’une infraction, le législateur n’a pas assuré une conciliation équilibrée entre, d’une part, la recherche des auteurs d’infractions et, d’autre part, la liberté d’aller et de venir et le droit au respect de la vie privée ».
https://www.fdesouche.com/2022/12/11/premiere-judiciaire-a-reims-le-tribunal-annule-un-controle-des-douanes-anticonstitutionnel-deux-hommes-pris-avec-23-kilos-de-cocaine-liberes-2/

Si les douaniers n’ont plus le droit d’empêcher des trafiquants de drogue d’aller et venir pour leur industrie, alors les prières de rue musulmanes qui empêchent d’aller chercher sa baguette de pain dans une commune paisible doivent être aussi déclarées anticonstitutionnelles : donc a contrario le power point qui interdit les musulmans agenouillés sur l’espace public routier en dos d’ânes est donc parfaitement constitutionnel.
Avoir fait figurer un musulman en dos d’âne n’est qu’une analogie avec les panneaux du Code la route d’une manière particulièrement pédagogique et tous les publicistes – il suffit d’observer les pubs TV – savent que l’humour est un excellent vecteur de messages qui peuvent être colportés et multipliés en riant à gorge déployée, ce qui vaut nettement mieux pour la santé publique que l’égorgement pratiqué par les musulmans, à toutes les fêtes de famille et aux pots dans les entreprises en autant de saillies dont la finalité est d’imprégner l’imaginaire collectif du Gaulois réfractaire attaché à sa gouaille.

Nous voyons donc bien, à l’issue de cette analyse, qu’il n’y a aucun délit à faire figurer sous forme de dos d’âne un musulman en prières dans un panneau routier « danger », mais constitue bel et bien, sous forme humoristique, un rappel indispensable qui s’inscrit dans un impératif de santé publique et du principe de précaution tel que prévu à la Constitution à nos chères têtes blondes non musulmanes que le danger peut avoir le visage d’un pieux dos d’âne, et qu’une commune de non musulmans qui veut conserver son caractère paisible a tout intérêt à se garder des Maures.

Nous terminerons enfin en invitant les autorités routières françaises et les autorités tout court à homologuer au plus vite ce panneau et l’insérer dans le Code de la route pour que nul n’en ignore, et que toutes les communes qui veulent conserver leur caractéristique de lieu paisible et agréable à vivre puissent procéder à son installation dans tous les espaces publics communaux pour interdire les prières de rue : la signalétique est parlante sans légende, non ?
Vous voudriez en plus du texte comme « interdit aux dos d’ânes » ?

Vous n’êtes que des ultras, mais sachez ici que vous n’aurez pas ma haine…

Jean d’Acre

image_pdfimage_print
11
2

3 Commentaires

  1. Avantage supplémentaire de ces dos d’âne humains, ils peuvent servir en plus de garages à vélo, en insérant la roue entre les deux fez !

  2. Excellente idée, je vais poser de ce pas dans mon quartier une dizaine de panneaux avertisseurs de « dos d’âne ».de ce type. C’est la représentation absolument exacte de ces ralentisseurs. Bravo.

    • A noter que, par mesure d’économies, les communes peuvent utiliser le même panneau pour signaler des garages à vélos.

Les commentaires sont fermés.