En 1995, j’ai voté Jospin, en 2012, je voterai Marine contre les social-islamistes

Publié le 20 février 2012 - par - 1 249 vues
Share

Il temps pour moi de me dévoiler un peu. J’utilise un pseudo mélangeant les cultures, un pseudonyme qui fleure bon l’intégration.

Mais dans la vraie vie, j’ai un nom à consonance étrangère, mais un prénom bien français, étant de descendance européenne, je n’ai jamais ressenti de racisme à mon égard.

Mon père a combattu en Indochine et en Algérie, mon grand-père maternel s’est battu pour la France au côté du général de Gaulle.

La France ce pays des Lumières, qui a vu naître nombre de génies, dans tous les domaines…

Suis-je raciste, en disant que je suis patriote ? J’ai vu le jour dans les années 70, et fait comme (presque) tout citoyen mon service militaire. J’en déplore d’ailleurs la disparition. C’était un fantastique moyen d’intégration pour notre jeunesse, un mélange social et culturel intéressant. Nous étions tous égaux et devions servir notre pays, la France, en respectant l’autorité. Ce respect de l’autorité au combien importante, mais pourtant absente pour les « jeunes » d’aujourd’hui.

Je côtoie dans mon entourage professionnel des collègues de toutes origines. Je trouve cette diversité enrichissante. Je me souviens avec plaisir de jeunes marocains venant travailler dans une grande banque française pour s’y former. Certains d’entre eux faisaient le ramadan. Ils étaient vraiment ouverts, charmants et sympathiques, et ne cherchaient nullement à imposer leur façon de vivre. Tout  l’opposé des « jeunes » des quartiers …

Tout est une question de respect. Respect réciproque des personnes que nous côtoyons, respect pour notre mode de vie.

Le respect de la vie, n’est ce pas non plus d’encadrer un peu plus le droit (que je ne remets pas en cause) à l’avortement ? Surtout quand celui-ci se substitue à un mode de contraception … Qu’il y ait 15.000 jeunes filles mineures par an à avorter n’est pas acceptable. Au-delà des risques psychiques que cela engendre,  les séquelles physiques peuvent être profondes. Rien ne doit être interdit, il s’agit juste de poser des limites aux abus. Une politique familiale axée sur des parents présents, et non démissionnaires serait rétrograde ? Il est préférable que certaines mamans (ou papas) puissent rester à la maison pour s’occuper de leurs enfants, et s’épanouir auprès d’eux, au lieu d’aller pointer dans des entreprises à des postes peu gratifiants, sous payés et exécutant leurs tâches la peur au ventre.

Dans ma campagne nantaise, nombreuses sont les mamans (quelques papas aussi) étant assistantes maternelles, pour pouvoir travailler à domicile, tout en s’occupant de leurs propres enfants.

Enfin, je vais me confesser …

J’ai voté Sarkozy en 2007, comme bon nombre de Français crédules. En 1995 j’ai voté Jospin. Il m’est arrivé aussi de voter pour les verts … En résumé, je n’appartiens à aucun parti.

En 2012, la seule candidate à incarner mes valeurs, ma vision de la France, à défendre ma Patrie et ses intérêts, est Marine Le Pen.

Chère Patrie qui a vu couler le sang de nos ascendants, pour la protéger de toutes les agressions et nous permettre de conserver notre culture et notre patrimoine national. Ce patrimoine si chèrement défendu depuis des siècles, est en danger, prêt à disparaître en faveur des « accommodements » dont sont friands nos social-islam-istes

Anne-Lise Aram

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.