En 2009, ils voulaient déjà piquouzer tout le monde contre la Grippe A

25 novembre 2009 ! Pourquoi je ne conseille pas la vaccination contre la grippe A.
Par le Dr X.
Médecin généraliste depuis 30 ans, j’ai toujours conseillé les vaccinations usuelles et j’estime que leur intérêt n’est pas à démontrer. J’ai connu autrefois des épidémies de rougeole , de rubéole, d’oreillons, des cas dramatiques de coqueluche chez les nourrissons, de méningites ou d’hépatite fulminante chez des jeunes gens. Tout cela est terminé ou presque grâce à la vaccination généralisée. J’ai connu aussi le drame de l’affaire du sang contaminé,  et aussi les effets indésirables parfois sévères de certaines  molécules peu après leur mise sur le marché. Je me souviens aussi de la grippe porcine de 1976 pour laquelle la vaccination a été responsable de 500 cas de maladie de  Guillain-Barré en 2 mois.
Aujourd’hui, je reçois de nombreux appels de patients inquiets et désorientés concernant la grippe A et me demandant mon avis sur le vaccin. Je ne prétends pas être un spécialiste de quoi que soit ni détenir la vérité absolue mais seulement témoigner de la réalité du terrain. Le premier principe qui guide le  médecin quand il prescrit un médicament, c’est de mettre en balance les risques encourus et les bénéfices escomptés tout ceci pour le bien du patient. L’autre principe emprunté aux militaires , c’ est celui de la riposte graduée.
Que dire de la grippe A ?Nous voyons sur le terrain quelques cas de syndromes grippaux (une petite dizaine ) chaque semaine de manière constante depuis le mois de juillet. Sachant que la grippe saisonnière n’apparaît pas habituellement avant le mois de novembre voire février et compte tenu des donnés épidémiologiques, on peut considérer que  80 % des syndromes grippaux que nous voyons sont des grippes A . Contrairement à ce qui est dit , cette grippe nous apparaît bénigne (3 jours de fièvre en moyenne)  et surtout peu contagieuse comme on peut le constater au sein du milieu familial. Peut-être peut-on voir là  l’effet des mesures d’hygiène préconisées par les pouvoirs publics (masques, gel alcoolique, lavage des mains) ?

Il faut bien dire que tout cela est sans commune mesure avec la pandémie effroyable annoncée ;  celle qui allait faire des centaines de milliers de morts et  qui allait casser l’économie mondiale. Dans ces conditions,  le traitement de l’information par les médias  mettant en relief le moindre décès au bout de la planète apparaît hautement suspect.  Les pouvoirs publics ne sont pas en reste avec une surinformation qui ressemble à de la désinformation. Tout  laisse à penser que la pauvre  Mme Bachelot tente par tous les moyens d’écouler son stock  de doses vaccinales.
Quant au vaccin, il a été élaboré rapidement et préconisé sans le recul nécessaire  pour juger de son innocuité. En revanche, les fabricants ont été dédouanés de tout risque de poursuite judiciaire en cas de pépins.
Il faut noter que les gouvernement tchèques et polonais n’ont pas jugé bon d’en  commander, qu’à peine 30 % des médecins à l’hôpital se sont fait vacciner. En Suisse, la vaccination est devenue obligatoire pour le personnel soignant car au début on fait  peur et  ensuite on oblige.

Pour éviter toute accusation de complotisme, j’éviterai de parler des doutes de certains scientifiques sur la genèse de ce virus qui aurait pu être fabriqué en laboratoire. Pour le professeur Adrian Gibbs de l’Australian National University (ANU), le virus, qui « s’est échappé d’un laboratoire », est le fruit d’une expérience en laboratoire par la compagnie produisant le Tamiflu.  ”Il pourrait s’agir d’une erreur” survenue dans une usine de vaccin La grande question qui se pose finalement est la suivante : pourquoi une telle insistance pour instituer cette vaccination de masse pour une maladie somme toute anodine ?  Mais ça, c’est une autre histoire !

Green cartoon coronavirus covid-19 Vectorel image

La grippe OMS

15 Septembre 2009, 21:43pm

Publié par S.D

Comment devient-on parano ? En reliant les points. Je suis devenu parano.

1918
La grippe de 1918, surnommée en France « grippe espagnole », est due à une souche H1N1 particulièrement virulente et contagieuse de grippe qui s’est répandue en pandémie de 1918 à 1919. Cette pandémie a fait 30 millions de morts. Contrairement à ce que pourrait laisser croire son appellation, elle a débuté à Fort Riley, un camp de l’armée américaine en partance pour le fron .

1976
Une faible épidémie de grippe s’est déclarée à Fort Dix, dans le New Jersey, et a provoqué la mort d’une personne et plusieurs hospitalisations. Les scientifiques avaient alors analysé la souche de la grippe et découvert qu’elle avait affecté les porcs. On découvre qu’il existe des similarités entre la grippe de Fort Dix et la pandémie de 1918.

2003
Une équipe de l’Institut de pathologie de l’armée américaine, dirigée par Jeffrey Taubenberger, est parvenue à recréer le virus de la grippe espagnole.

Juillet 2008 :
Laurent Bonomo et Gabriel Férez étaient en deuxième année de leur mastère de trois ans à Polytech Clermont-Ferrand, une école d’ingénieurs où ils étudiaient le génie biologique. Arrivés au Royaume-Uni en mai, ils avaient été sélectionnés pour participer à un stage de recherches de trois mois sur l’ADN à l’Imperial College de Londres.
Peu avant de rentrer en France, ils ont été assassinés sauvagement dans leur appartement londonien, leur corps  lardés de multiples coups de couteau. Les deux chercheurs auraient découvert que le prétendu vaccin contre la grippe aviaire, H-7, qui a pour but de neutraliser et stopper le virus de la grippe aviaire H5N1, avait été amalgamé à l’aide d’ADN pour effectivement produire un vaccin et une maladie créant un virus en même temps.

Août 2008 :
On découvre que 500 000 cercueils en plastique sont stockés aux USA en Georgie près d’ Atlanta.

9 mars 2009
À l’occasion de la visite du Président français Sarkozy au Mexique, c’est-à-dire 2 mois avant l’annonce de la grippe mexicaine, dite grippe « A », des laboratoires de fabrication de vaccins antigrippaux français et mexicains signaient un premier contrat de 100 millions d’euros, pour une usine de vaccins contre la grippe.

Mars 2009
La compagnie Baxter confirme qu’elle a fabriqué un vaccin contre la grippe expérimental qui a accidentellement été contaminé par le virus H5N1de la grippe aviaire.

L’erreur a eu lieu au laboratoire de recherche de Baxter International en Autriche. Le produit contaminé, un mélange de virus de la grippe humaine H3N2 et de virus de la grippe aviaire H5N1.

Des spécialistes en biosécurité se sont montrés fort préoccupés du fait que le virus de la grippe humaine H3N2 ait été mélangé avec le virus de la grippe aviaire H5N1. Il s’agit d’une pratique dangereuse qui devrait être interdite, ont signifié plusieurs experts.

Une propagation accidentelle du mélange de H5N1 et de H3N2 aurait pu mener à des conséquences désastreuses. Le virus de la grippe aviaire H5N1 ne contamine pas facilement les humains, mais le H3N2 oui. Dans l’éventualité où une personne exposée au mélange était infectée simultanément par les deux souches, elle pourrait servir d’incubateur à un virus hybride capable de se propager facilement d’un humain à un autre.
25 avril 2009
Début de  la grippe « porcine », qui a déjà tué au Mexique, et qui progresse vers le nord du continent. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y aurait environ 800 cas suspects au Mexique, dont 60 morts.
Depuis la Maison Blanche, le Président Obama a souhaité que soit mise en oeuvre une « réponse efficace, énergique, coordonnée » face à la pandémie de grippe porcine. L’état d’urgence sanitaire a été déclaré aux États-Unis.


Mai 2009

L’OMS déclare qu’ « Il n’y a pas de doute qu’un vaccin efficace est possible » contre la grippe A (H1N1) d’origine porcine.
La secrétaire d’État US à la Santé, Kathleen Sebelius, vient de signer un décret conférant une totale immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire.

11 juin 2009
Pour la première fois depuis 41 ans, l’OMS  déclare l’état de pandémie mondiale

14 août 2009
L’OMS assure que « Le public doit être assuré que les procédures en place pour l’attribution d’une licence aux vaccins contre la pandémie (…) sont rigoureuses et ne compromettent pas la sécurité et la qualité des contrôles« .

Jane Burgermeister  accuse l’Organisation mondiale de la santé, les Nations unies, et plusieurs hauts responsables de gouvernement et d’entreprises de « tentative de meurtre de masse ». Elle aurait par ailleurs déposé une demande en injonction contre la vaccination forcée préventive contre la grippe A (ou H1N1), un « acte de bioterrorisme », qui, assure-t-elle, a pour but de commettre un génocide de masse contre la population des États-Unis en utilisant un virus génétiquement modifié, fabriqué en laboratoire, avec pour intention de provoquer la mort.

Aujourd’hui :
La grippe A très contagieuse, certes,  ne s’avère pas plus mortelle que la grippe saisonnière (0,4/1000). Pourtant, les médias s’évertuent à nous faire peur avec les quelques morts pourtant attendus compte tenu de leur âge ou de leur fragilité immunitaire.

Bref, tout est fait pour installer une panique à l’échelon  mondial,  afin de nous « vendre  » un vaccin bricolé à la « va vite ». Pourquoi
 ?

Robert Mac Namara a pu peut-être nous fournir la réponse : « Il faut prendre des mesures draconiennes de réduction démographique contre la volonté des populations. Réduire les taux de natalité s’est avéré impossible ou insuffisant. Il faut donc augmenter le taux de mortalité. »

Martin Moisan

 

image_pdfimage_print
18

1 Commentaire

  1. Excellent rappel, et troublantes révélations, concernant un début d’épidémie volontairement introduite en France par le régime, comme je le montrais quelques semaines plus tard :
    http://stratediplo.blogspot.com/2009/06/on-volontairement-laisse-entrer-la_68.html. Pour mémoire, le plan de prévention et de lutte que le gouvernement proclama avec grandiloquence et ignora avec application venait d’être révisé quelques mois plus tôt et était donc bien connu des ministres et fonctionnaires concernés, ce qui exclut l’impéritie…

Les commentaires sont fermés.