En Allemagne aussi, la guerre du foulard fait rage !

Publié le 3 avril 2019 - par - 13 commentaires - 2 060 vues
Share

L’Allemagne découvre les bienfaits de l’islamisation (3) !

Souvenez-vous, en 2008 l’affaire Baby-Loup avait lancé un important débat sur le voile. Cette affaire a empoisonné la justice française pendant plus de 10 ans. Et maintenant l’Onu estime que la France est coupable de violation de la liberté de manifester sa religion et de « discrimination envers les femmes musulmanes »…

En Allemagne aussi, la guerre du foulard fait rage, les partis se déchirent ! Mêmes causes, mêmes effets !

Là aussi, certains juges sont les meilleurs amis des musulmans !

Un article paru dans Bild Deutschland le 28 novembre 2018 traite de ce sujet sensible.

Traduction de l’article :

——————

Le jugement le plus absurde de l’année – 5159 euros de dédommagement « car l’enseignante n’a pas le droit d’enseigner avec un foulard »

Selon « l’arrêt crucifix », les croix chrétiennes doivent être enlevées des salles de classe si cela dérange quelqu’un.

Les Églises chrétiennes ne peuvent pas demander que leurs collaborateurs soient chrétiens.

Mais dans un pays laïque, le Land de Berlin doit tout de même payer une indemnisation, car un employeur s’est permis de demander à une musulmane d’ôter son foulard.

Les juges se fichent que l’école de Berlin veuille interdire le foulard pour des raisons de neutralité religieuse.

Il n’est pas possible de gagner plus facilement son argent. On postule, suite à une réorientation, pour un poste dans l’éducation puis on se bat pour le foulard et déjà, on est plus riche 5159 euros.

On n’est certainement pas obligé de comprendre tout ça.

Mais le trouver bien non plus ! (Ralf Schuler)

Berlin – Les enfants devraient être instruits par une institutrice sans avoir à se demander tous les jours pourquoi les femmes doivent se couvrir les cheveux. Les juges allemands étaient d’un autre avis.

L’affaire

Le Sénat de Berlin doit dédommager une femme musulmane qui ne veut pas retirer son foulard pour enseigner !

Le Tribunal régional du travail de Berlin-Brandebourg a condamné le Land de Berlin à verser à l’intéressée une indemnité d’un mois et demi de salaire (5159 euros) pour discrimination.

L’informaticienne avait postulé dans le cadre de sa réorientation pour un recrutement à un poste d’enseignante. Elle n’a pas été retenue.

En tant qu’institutrice professionnelle, elle était moins qualifiée que la concurrence. ET lors de l’entretien d’embauche, elle a refusé de retirer son foulard pour enseigner dans d’autres types d’écoles (école primaire, collège, lycée). C’est pourtant exactement ce que prévoit la loi berlinoise sur la neutralité qui interdit aux policiers, aux magistrats et aux enseignants de porter toute forme de vêtements religieux. Lors de la première instance en mai, la plainte de femme musulmane avait été rejetée par le tribunal du travail de Berlin. Maintenant, elle a gagné.

L’exposé des motifs

Maintenant, le tribunal régional du travail a statué : la femme a droit à une indemnisation, car la loi sur la neutralité ne peut être appliquée que si le foulard est susceptible de mettre en danger la paix scolaire.

Et ça continue

Maintenant, le Sénat de Berlin veut contester le verdict et espère que le tribunal fédéral du travail sera plus compréhensif.

L’avocate Seyran Ates, qui représente le Land devant les tribunaux : « Je pense que le verdict est injuste. Les conflits religieux ne sont pas résolus lorsqu’une femme portant un foulard se présente devant la classe. »

Déjà en 2017, le Tribunal régional du travail de Berlin-Brandenburg avait octroyé à une candidate voilée une indemnisation de 8680 euros, également pour discrimination.

CDU — Marian Wendt (33) membre de la commission des affaires intérieures critique le jugement : « je ne comprends pas le verdict du tout. Il y a un devoir de neutralité dans les écoles allemandes. Quiconque entre dans une classe avec un symbole religieux comme le foulard le viole. J’espère que les juges du Tribunal fédéral du travail ont une opinion similaire. »

Pourquoi y a-t-il tant de jugements contradictoires sur le foulard ?

— Dans le cas présent, un Tribunal régional du travail a rejeté (ce n’était pas la première fois) le jugement d’un Tribunal du travail parce qu’il concernait l’emploi. Si l’intéressée avait été fonctionnaire, ce sont les juges administratifs qui auraient eu à se prononcer.

En outre : chaque État fédéral a d’autres règlements sur le foulard.

— Bien que la plupart des États fédéraux exigent que les enseignants se comportent (et s’habillent) avec neutralité religieuse et politique, ils n’interviennent souvent que lorsqu’il existe un « danger concret pour la paix scolaire ». C’est également l’avis de la Cour constitutionnelle fédérale dans son arrêt de 2015.

— La loi bavaroise sur l’éducation interdit le port du voile si cela peut être interprété comme une protestation contre la Constitution et ses valeurs chrétiennes. Cela doit être examiné au cas par cas.

— À Berlin, une loi controversée sur la neutralité interdit le port de vêtements religieux (pour la police, les enseignants, la justice). Toutefois, les juges exigent un examen de la question de savoir s’il y a vraiment eu des perturbations concrètes causées par le foulard.

C’est pour cette raison qu’une candidate recalée à un poste d’enseignante a reçu une indemnisation de  8 000 euros.

——————

À travers cet article de Bild on ne peut que constater que là où s’installe l’Islam surgissent inévitablement et invariablement les mêmes problèmes.

Plus le foulard islamique se répand, plus les droits des musulmanes et des non-musulmanes deviennent inégaux. Les femmes voilées sont soumises à de fortes restrictions de liberté, conformes à la vision des islamistes : enfermement, interruption des études, mariages arrangés ou forcés…

En France, « le travail de sape des islamistes trouve des appuis dans l’attitude tolérante des institutions de la République. Le voile se répand parmi les jeunes filles scolarisées parce que Lionel Jospin, alors ministre de l’Éducation nationale, et le Conseil d’État, lui ont ouvert les portes de l’école laïque, en 1989. Depuis lors, les intégristes se servent du voile pour mettre en place une contre-société islamiste et substituer la charia ou loi islamique au Code civil. Le voile, loin d’être une simple tenue vestimentaire, sert à enfermer les femmes… et les hommes dans un ghetto islamiste. C’est une évidence. Sauf pour nos multiculturalistes qui emboîtent le pas des intégristes, plaident à leur tour pour le foulard au collège ou au lycée ce qui représente un grand bond en arrière effectué au nom du “progrès” ou de la “tolérance” »[1]. A la même époque, Françoise Gaspard, qui n’a certainement jamais ouvert le Coran minimise elle aussi la situation et affirme que « cette affaire du foulard a été celle de la “nation française républicaine” dans sa singularité, affaire que les étrangers des pays de vieille démocratie, en Europe notamment, ont observée avec curiosité et perplexité. Quelle drôle d’idée que de se livrer une guerre franco-française pour trois foulards dans une école ! En quoi ces foulards pouvaient-ils être, pour la démocratie française, une menace ?[2] »… L’histoire ne lui a malheureusement pas donné raison !

Cette deuxième partie montre de quoi sont capables certains juges pour excuser le comportement horrible de certains au nom du multiculturalisme et des accommodements raisonnables. Il s’agit d’un jugement qui s’est déroulé au Canada en 1994.

En 1994, un homme de 37 ans d’origine algérienne a été accusé d’avoir agressé sexuellement sa belle-fille de neuf ans sur une période de deux ans et demi entre juillet 1989 et janvier 1992. Autant l’accusé que son épouse, la mère de la victime, ont nié les faits, mais un examen médical a corroboré la version de la victime, qui a été placée en famille d’accueil.

Dans son jugement rendu le 13 janvier 1994, la juge Raymonde Verreault, de la Cour du Québec, a déclaré l’accusé coupable de quatre chefs d’accusation : attouchements sexuels sur une mineure, incitation d’une mineure aux rapports sexuels, sodomie et agression sexuelle.

La peine maximale infligée dans ce type de crime est de dix ans, mais à la surprise générale, la juge a décidé d’infliger une peine d’emprisonnement de 23 mois, assortie d’un an de probation[3]. Pour justifier sa clémence, la juge explique qu’elle a pris en considération la culture et la religion de l’homme, l’islam.

Dans son jugement, Raymonde Verreault avait considéré les faits suivants comme des facteurs aggravants : la durée de l’agression (deux ans et demi), le jeune âge de la victime, la gravité des gestes et la position d’autorité que l’accusé occupait au sein de la famille. En revanche, elle a aussi identifié certains facteurs atténuants : en interprétant le rapport déposé au dossier par le psychologue expert, la juge a déclaré « qu’il ne semblait pas que les abus sexuels commis par l’accusé laisseraient des séquelles permanentes chez la jeune victime ». Également, la juge Verreault, qui ne semble pas considérer l’agression sexuelle incluant la sodomie comme de la violence physique, déclare : « il n’y a pas eu de violence physique. À part la gifle, il ne semble pas y avoir eu de violence gratuite ». Mais le facteur d’atténuation le plus controversé sur le plan « interculturel » évoqué par la juge réside dans la déclaration suivante qui ramène la culture (la religion) de l’accusé et de la victime parmi les éléments à considérer, et ce, sans que l’avocat de la défense ne l’avance : « Le fait que le père n’ait pas eu de relations sexuelles normales et complètes avec la victime, c’est-à-dire des relations vaginales pour être plus précise, de sorte que celle-ci puisse préserver sa virginité, ce qui semble être une valeur très importante dans leur religion respective [Islam] ».

Pour minimiser le crime, la juge évoque l’importance que l’islam accorde à la virginité féminine. Elle présume qu’en réussissant, malgré deux ans et demi d’exploitation sexuelle, à préserver intact l’hymen de sa belle-fille, l’homme a « d’une certaine façon ménagé sa victime ». Donc, la sodomie devient une circonstance atténuante. Elle est considérée comme un acte normal dans un pays d’islam, ce qui est faux.

L’insensibilité du magistrat fait frémir. Le plus grave, toutefois, concerne ses commentaires, son analyse « interculturelle ». S’étant attiré les foudres de l’opinion publique, sommée de s’expliquer devant le Conseil de la magistrature du Québec, la juge Raymonde Verreault dit qu’elle a voulu se montrer sensible à l’homme, à sa victime, à leur milieu ethnique et culturel, au mépris d’un cas flagrant de pédophilie. Ces raisons montrent la confusion des esprits que le multiculturalisme engendre trop souvent. Une agression est une agression, peu importe l’endroit du corps où elle a lieu.

Dans une démarche assez exceptionnelle, le Barreau du Québec décida de porter plainte auprès du Conseil de la magistrature contre le jugement de la juge Verreault, mais cette plainte se fit rejeter par le Conseil[4]… elle a agit dans le cadre de la loi ! Les loups ne se mangent pas entre eux…

Johan Zweitakter

[1]Les casseurs de la République – Christian Jelen – Plon, 1997

[2]Le foulard et la République, avec Farhad Khosrowkhavar, Paris, Editions de La Découverte, 1995. Livre disponible à l’adresse : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k48016693/f9.image.texteImage

[3]Le jugement rendu par la juge Verreault a été cassé en appel et la peine infligée de 23 mois d’emprisonnement a été fixée à 42 mois.

[4]https://conseildelamagistrature.qc.ca/Externe/SOQUIJ/Magis/00181040.htm

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
DUFAITREZ

Lire tout ça ? C’est pire que le Coran ! MDR !

senechal

Je ne sais si vous serez d’accord avec moi, mais je pense que les teutons en ont quand même perdu un peu de leur énergie ces quelques quatre vingt dernières années!.
Il fût un temps que j’ai connu où les dirigeants teutons auraient fait rectifier la mode vestimentaire, le menu à la cantine et certains autres us et coutumes!.
Mais que voulez vous, le monde évolue!.

Bribrilanarchistededroite

Le monde est pollué par ceux-là même qui détiennent la finance et les rênes du pouvoir et de se venger de l’occident chrétien depuis presque 2000 ans

katarina prokovich

donc en Allemagne les hommes musulmans ont le droit de sodomiser toutes les gamines?

katarina prokovich

quand même! je suis choquée! un gars sodomise une gamine pendant 2 ans et il n’est pas puni? il a exercé une emprise sur sa belle fille et elle n’est pas prise en compte mais cette juge a défendu l’agresseur en se servant de sa culture? donc cela veut dire que cette juge sait que cette culture autorise le viol de gamine ? incroyable!

Jill

Cela se terminera dans un bain de sang;nul ne
l’ignore, mais je me demande qui a intérêt qu’il en soit ainsi.
Pourquoi l’Islam n’est il pas interdit dans toute
L’UE, vu qu’il reconnaît et impose des préceptes en parfaite contradiction avec les valeurs de tous les pays. C’est une organisation extrêmement
dangereuse.

Natou

Je le pense aussi Jill .
Entièrement d’accord avec vous cela va se finir très très mal pour notre bonheur à nous .

Bribrilanarchistededroite

et tout le monde sait qui c’est, ils veulent détruire l’occident chrétien et se vengent en utilisant l’islam

cocoye

Il faudra mettre au pouvoir de chaque pays des gouvernants censés afin de défendre notre civilisation occidentale. Pour ça il faudra bien voter

JCML

Qu’en aurait-il été du jugement de la juge Raymonde Verreault, si le prévenu avait été chrétien ? La peine maximale sans doute puisqu’elle n’aurait sans doute pas retenu l’aspect « culturel » de la chose ?

4711

C’est pas de la provoc ça ?

François Desvignes

Vous savez en temps d’occupation qui de Laval ou de Rudolph est le plus en danger ?

C’est Laval.

Laval :

– a deux ennemis, Rudolph et la résistance, Rudolph n’en a qu’un.De Gaulle, et il est loin.
– il n’est pas armé, ses ennemis, si : Rudolph lui tirera dans le dos, et la résistance dans le front.
– s’il fait semblant d’aimer tout le monde, tout le monde le déteste ouvertement, à commencer par Rudolph.

Il ne faut pas avoir peur des Laval verts : ce sont les seuls qui mourront deux fois en une.

🇫🇷 ANCIEN COMBATTANT AFN 🇫🇷

N’en déplaise aux muzs: la résistance contre l’islamisation est de la légitime défense, car les textes fondateurs de la religion islam instruisent les muzs à tuer, convertir de force, discriminer, exiler juifs, chrétiens, apostats, opposants, gays, etc., les incitent à la pédophilie et à inférioriser les femmes, et tout ceci a été suivi par un nombre énorme de muzs depuis le 7e siècle jusqu’à nos jours et va à l’encontre des lois Occidentales et des Droits de l’Homme. Les muzs (et leurs collabos) doivent donc tous être EXPULSÉS vers les 57 pays muzs qui se devront de les accueillir comme ils sont frères en religion, et leur religion islam doit être INTERDITE en Occident. Islam, muzs, islamisme, islamistes, djihad, djihadistes, salafisme, salafistes, etc., une SEULE et MÊME affaire.