En approuvant le verdict de Cayenne, Taubira défend une justice d’exception

Publié le 17 juillet 2014 - par - 1 749 vues

[youtube]oh1j24NePLo[/youtube]

https://www.youtube.com/watch?v=oh1j24NePLo

Décidément, les plus hauts représentants de ce régime multiplient les lapsus révélateurs, qui doivent faire le bonheur des psychiatres. Après Hollande, disant le 14 juillet que Sarkozy était “prisonnier innocent”, voilà Taubira, avec son air haineux, qui commence son intervention devant les journalistes en disant : “je ne commente pas les injustices”, avant de se reprendre.

tribunalcayenneNotre ancienne indépendantiste ne commente pas, mais affirme que les juges rendent leur verdict en fonction du code pénal. Ce qui est une manière de conforter les magistrats de Cayenne, saisis, faut-il le rappeler, par le parti Walwari, fondé par Christiane Taubira elle-même. Donc, nous avons une Garde des Sceaux qui ne voit aucun problème dans un jugement où les parties civiles avaient 6 avocats, où le président était membre du Syndicat de la Magistrature, où il n’y avait pas d’avocat pour la défense. Il ne lui pose aucun problème qu’un tel procès ait pu avoir lieu à Cayenne, où toutes les conditions de sérénité n’étaient pas réunies, c’est le moins qu’on puisse dire. Sans parler des amendes exorbitantes infligées à Anne-Sophie Leclère (50.000 euros) ou au Front national, écoutons Laurent Obertone nous dire, dans Valeurs Actuelles, ce qu’il faut faire, en France, pour prendre aujourd’hui 9 mois de prison ferme.

Il faut forcer un barrage et blesser sept policiers (Ouest-France, 1er juillet 2014), tabasser sa femme jusqu’à lui briser les côtes et agresser un unijambiste à l’aide d’une massue à pics (L’Observateur du Valenciennois, 9 mai 2011), donner un coup de tête à un cheminot (Le Parisien, 21 janvier 2014), agresser un chauffeur de bus et un passant (Le Phare dunkerquois, 28 décembre 2012), attaquer une famille et menacer de mort des policiers sous l’emprise d’alcool et de cannabis, en état de récidive (Ouest-France, 14 février 2013), tirer des coups de feu sur quelqu’un (L’Observateur du Douaisis, le 29 octobre 2011), être président local de SOS racisme, militant anti-violence, et défigurer sa compagne à coups de pied au visage, “avec acharnement”, jusqu’à lui déchausser quatre dents, lui fracturer le nez, la couvrir de sang des pieds à la tête (la Voix du Nord, le 9 août 2012), se livrer à une séance de torture raciste sur un étudiant blanc -agression, séquestration, vol- (Metro, 20 juin 2013).

Les faits parlent d’eux mêmes. C’est un véritable verdict de République bananière que défend Christiane Taubira, avec des relents politiciens, revanchards et racistes. Jamais un tel verdict n’aurait été rendu à Cayenne, si les accusés étaient de couleur noire, et avaient fait la même plaisanterie à l’encontre d’un blanc, représentant par exemple Jean-Marie Le Pen en gorille (relire cet article de Maxime Lépante, montrant tous les hommes politiques qui, historiquement, ont été dessinée en singes).

https://ripostelaique.com/taubira-et-les-singes-pour-la-garde-des-sceaux-les-noirs-sont-ils-une-race-superieure.html

Depuis deux ans qu’elle est place Vendôme, Taubira a fait suffisamment de dégâts. En ayant instrumentalisé ce procès, en ayant fait pression pour que son ancien parti dépose plainte, en ayant accepté que cela se tienne à Cayenne, en cautionnant ce verdict inique, elle discrédite la justice dans son ensemble, et les magistrats qui demeurent fidèles à leur mission : rendre la justice au nom du peuple français.

Naturellement, une vision aussi caricaturale de la justice ne peut qu’encourager toutes les transgressions, comme celle-ci, ou celle de Charb, de Charlie-Hebdo, contre qui, curieusement, aucune plainte, ni aucune campagne de presse ne sera menée.

singeporteplainte

charb taubiraPlus que jamais, cette femme est une nuisance pour la France, et il faut s’en débarrasser au plus vite, avant qu’elle ne transforme l’ensemble de la magistrature en juges d’exception, comme à Cayenne.

Bernard Bayle

 

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi