En berçant ses fidèles d’illusions, l’islam démontre qu’il n’est pas une religion

Publié le 23 mars 2014 - par - 1 114 vues
Share

Heureusement que les sujets non-porteurs du virus islamique sont là pour dénoncer la haute nocivité du virus islamique, pire que le V.I.H. car il est incurable, et prennent des risques pour leur propre vie en soulevant le voile sur l’imposture musulmane qui laisse subsister de très sérieux doutes quant au statut de l’islam en tant que religion à cause de son exaltation de la violence, de son idéologie totalitaire et hégémonique, négatrice de la vie elle-même, de son absence de spiritualité, de l’amoralité de l’enseignement religieux, de la chosification et de l’hyper sexualisation du corps de l’enfant et de la femme, de la détestation de soi, du juif, du chrétien et de l’autre, du caractère raciste de sa pensée, de ses incohérences et contradictions théologiques et scripturales.
Une religion toute dédiée à la culture de la haine et du négationnisme. Du mensonge, de la falsification de l’histoire et de l’esbroufe.
Au lieu de se poser les bonnes questions sur leurs propres relations à cette religion et sur leur statut d’esclave qui est né pour obéir et se soumettre à la volonté du Maître-Esclavagiste qui dispose du droit de vie et de mort sur eux auxquels il ne promet rien sur terre, surtout pas leur droit à la dignité, ils se laissent bercer d’illusions d’un monde meilleur qui est plutôt synonyme de perversion morale, de lucre et de luxure. Le vrai paradis s’il existe n’est pas la Taverne de Bacchus, ni le bordel de Soho, ni une tournante dans les caves glauques des cités-ghettos. Il serait un lieu de la sublimation de l’âme humaine et son élévation. L’islam avilit doublement l’homme sur terre et dans l’au-delà.
Que les musulmans apprennent que les vrais droits sont ceux dont on jouit sur terre et jamais la résultante de son état d’assujettissement.
Si ces braves musulmans avaient un zeste d’humanité en eux, ils devraient tout simplement quitter l’islam à cause de la Sira du prophète autoproclamé, de l’esprit de l’intolérance de cette religion qui tue tous ceux qui l’abjurent et des versets que je ne qualifierai pas de sataniques pour ne pas insulter Satan qui est un rebelle et irréductible résistant à Allah dans lequel je ne me reconnais quelque part. Quant aux Hadiths ils m’ont tout l’air d’être une oeuvre autobiographique de Bukhari.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.