En Bulgarie, frontières fermées, horaires réservés aux plus de 60 ans…

Publié le 22 mars 2020 - par - 4 commentaires - 763 vues
Share

Une de mes anciennes collègues de travail a quitté la France, récemment, et est partie s’installer en Bulgarie. Elle m’a fait la gentillesse, en cette période de confinement et de panique généralisée, de me raconter comment les choses se passent dans son nouveau pays. 

Blanche Dissy

Installée en Bulgarie depuis quelque temps, je suis toujours avec intérêt les nouvelles de France, soit par les amis ou la famille soit par le biais des réseaux sociaux et des médias. J’entendais bien sûr parler de ce virus lointain mais qui gagnait quand même du terrain.

Pas trop inquiète, la Bulgarie ne fait pas partie des grands axes de tourisme ou d’affaires et peu de cas d’ailleurs à ce jour.

Toutefois, depuis le 14 mars, les pays du Balkan ont déclaré l’état d’urgence et pris les mesures que vous commencez à appliquer maintenant et ont fermé leurs frontières aux pays à risques dont la France ! Frontière fermée également avec la Hongrie, fini, on ne traverse plus le Danube ; ça a l’air anecdotique mais les routiers ne trouvent pas ça drôle.

Je suis dans un tout petit village en pleine campagne, les gens sortent peu, vivent en autarcie et il faudrait vraiment que le virus fasse un effort pour y arriver.

Le jour suivant la déclaration d’état d’urgence, je suis sortie pour faire mes courses dans la ville près de chez moi, m’attendant à errer seule dans une ville fantôme !

Il n’en était rien, très peu d’établissements fermés et en dehors des bars et restaurants, c’était le va-et-vient d’une journée habituelle. La grande surface avait été dévalisée le matin de la même façon qu’en France, PQ, pâtes, patates, œufs etc., mais j’ai quand même pu acheter tout ce dont j’avais besoin pour la semaine.

Je suis retournée en ville dans la semaine pour quelques médicaments dont j’avais besoin et déjà un petit changement : presque tout le monde porte des masques ; en rupture de stock aussi, je n’ai pas pu en avoir.

Dernière sortie hier pour la grande surface. Maintenant il y a un horaire réservé pour les plus de 60 ans, j’en suis ! En voilà une expérience ! Un marquage au sol, un itinéraire balisé, on prend les chariots d’un côté, on les repose ailleurs, tout un chacun prend sa place dans la file et attend patiemment, on rentre au compte-gouttes dans le magasin sur un signe des deux dames qui font régner l’ordre et la discipline.

Et c’est épatant pour faire ses courses sans être bousculés, on a le temps de choisir ses légumes et ses articles dans des rayons juste réapprovisionnés et donc pas de pénurie. Et quel plaisir en sortant de voir les “jeunes” s’énerver dans une file qui s’allonge…
Les rayons sont pleins, le personnel réapprovisionne en permanence et les caissières sont protégées par un plexiglas, c’est presque parfait !

Ça vient de changer, les mesures se sont durcies et tout comme en France on est priés de rester chez soi, de ne pas traîner dans le parc sauf pour faire pisser le toutou et c’est tout, pas le droit non plus de sortir de la ville pour aller voir ailleurs sauf dérogations et des contrôles de police sont installés aux différentes sorties. Je ne sais pas par contre si on peut prendre le bus pour aller par exemple à Varna ? En tout cas, pas de barbecues sur les plages, non mais !

Je sais que l’hôpital ici a pris des mesures pour accueillir les malades, mais connaissant les lieux et l’état de délabrement des locaux et l’amabilité du personnel hospitalier, je vais faire en sorte de ne pas avoir à y retourner.

Je viens de visionner les webcams, ça y est, c’est le désert…

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
kounnar

En Ukraine ou les petites “supérettes” sont ouvertes 24/24 certains font leurs courses à …2 heures du matin pour ne pas croiser grand monde .

Rosalie

Bon courage, madame ! Si dans ce beau pays, où j’ai eu l’occasion d’aller, les hôpitaux ne sont pas au top, il y existe en revanche un remède qui tuerait n’importe quel virus : le raki ! En inhalations, en gargarismes, en grogs… et s’il ne vous guérit pas, il vous fera voir la vie en rose… :)

cirape

Je connais très bien la Bulgarie, j’ai épousé une bulgare. Nous sommes restés ensemble 38 ans puis monsieur cancer nous a séparé. Je suis veuf depuis bientôt 9 ans. Je retourne régulièrement en Bulgarie, mon second pays après la France. L’article de Mme Blanche Dissy m’a plu énormément. Dobro outro Gospoja.

Hoplite

Dur de trouver de la palimka à Auchan !!