En défendant le saucisson, nous défendons notre civilisation

Derrière Justin Bridou, c’est Descartes, Voltaire, Rousseau, Montaigne, St Thomas, Kant, Marx, Robespierre, 1901, 1905, le Mur des Fédérés, 1936, 1968, 1958, c’est la France telle qu’elle s’est forgée, dans la douleur et les larmes mais aussi la raison, la liberté, le débat et la volonté politique !

Saucisson et pinard ne sont pas les épiphénomènes gourmands d’un art de vivre accessoire. Ils ne sont que des symboles, symboles de l’irrévérence gauloise, du combat républicain et laïque, de la liberté contre tous les dogmes, tous les obscurantismes, tous les hygiénismes. Ils sont les drapeaux rabelaisiens non pas du manger français, mais du penser français, de l’universalisme humaniste et exigeant. Ils sont les symboles du droit au bonheur, à l’autonomie et au plaisir de vivre contre tous ceux qui voudraient faire d’ici-bas un enfer de contrition.
En défendant le saucisson et le pinard, nous ne défendons pas la charcuterie et l’alcool. Nous défendons le droit de vivre en laïques et en athées dans un monde submergé par le « retour du religieux ». Nous défendons le droit de garder la France fidèle à son histoire, c’est à dire une France rabelaisienne, amoureuse, anarchisante, incroyante et bonne vivante. Une France révolutionnaire et joyeuse dans un monde gagné par l’obscurité et la haine.
Apéro du 18 juin, tous à la Goutte d’Or !
Jules Tobias

image_pdf
0
0