En demandant la dissolution de la droite populaire, le PS aurait-il pété les plombs ?

Publié le 29 juillet 2011 - par - 1 159 vues
Share

Les attentats odieux du tueur d’Olso semblent avoir fait perdre la raison au Parti socialiste et le sens de la mesure.

Le Secrétaire général par intérim Harlem Désir  demande pas moins à son homologue de l’UMP Jean François Copé  de dissoudre le collectif Droite Populaire, qu’il rendrait responsable de reprendre les thèses du Front National  et qui laisserait sous entendre, sans le dire, qu’il serait interdit de parler de l’islam et  de son incompatibilité avec la démocratie et d’une immigration non contrôlée qui ont provoqué du fait de la lâcheté des politiques de droite et de gauche  que certains territoires  de notre  République  soient devenus des zones de non droit.

Si les valeurs de gauche sont reprises par Marine Le Pen, c’est que la Gauche socialiste n’est plus capable de défendre la Laïcité,  la République une et indivisible et la défense  des intérêts du monde du travail qui subit chaque jour qui passe, les dégâts  ravageurs de la mondialisation, du libre échange et de la mainmise de la finance internationale qui fragilise le devenir de notre Nation et sa cohésion sociale.

Instrumentaliser le geste d’un psychopathe et s’en servir pour occulter du débat national des thèmes qui ne seraient  pas, d’après nos élites de gauche, politiquement corrects est en fait une remise en cause de la liberté d’expression et de la liberté d’opinion  qui sont totalement indissociables  du jeu démocratique.

Ce n’est pas en voulant museler la parole de ses adversaires politiques que l’on peut se rendre crédible  et prétendre offrir une alternative à une droite sarkoziste dont le bilan sur les thèmes précités ne semble pas avoir répondu à l’attente de nos concitoyens qui se rendent compte que notre pays souffre de ces maux.

Voici ci-dessous un article paru dans le monde dans son édition du 27 juillet 2011 faisant suite à la déclaration hallucinante d’Harlem Désir :

« Selon M. Désir, ce collectif, composé d’une quarantaine de députés UMP incarnant la droite du parti majoritaire, « instaure une véritable passerelle, un pont permanent entre l’UMP et l’extrême droite ». Pour lui, ce groupe « joue avec les thèmes les pires », comme « la peur de l’étranger, la peur de l’islam, en organisant jusqu’à cette opération saucisson vin rouge dans l’enceinte même de l’Assemblée nationale ».

« Je crois qu’il faut une clarification, je lui demande de mettre les choses au clair et donc de dissoudre ce groupe de la Droite populaire », a déclaré Harlem Désir, en marge d’un déplacement dans le Var.

« UN VENT MAUVAIS »

« Il faut arrêter la banalisation des idées de l’extrême droite au sein de la droite républicaine », a poursuivi le remplaçant à la tête du PS de Martine Aubry, en congé pour cause de primaire. Il accuse Jean-François Copé de « double jeu, de double langage, où d’un côté on prétend continuer à représenter les valeurs de la République, et de l’autre côté, on joue avec le feu en entretenant au sein même de l’UMP une coalition » comme celle-là.

Le MRAP s’en est violemment pris à la Droite populaire après les attaques d’Oslo, revendiquées par un homme se déclarant en guerre contre l’islam, accusant le collectif de faire « souffler un vent mauvais sur la démocratie », au même titre que le Front national.

Pour fêter le premier anniversaire de sa naissance, le collectif avait organisé, pour la presse, mardi 12 juillet, un apéro « saucisson vin rouge »… Une référence à « l’apéro saucisson-pinard » organisé en juin 2010 par les groupes d’extrême droite Riposte laïque et le Bloc identitaire. Lionnel Luca, cofondateur du mouvement, s’est défendu en qualifiant cette initiative de « canular ». »

Cette dérive antidémocratique du Parti socialiste est dangereuse et risque de provoquer une réaction inverse au but recherché. Cela n’est pas en fuyant la réalité que l’on pourra trouver des solutions qui permettront  d’éviter que notre corps social  ne se disloque et ne tombe dans un affrontement  communautariste qui dénaturerait les fondements de notre République une et indivisible.

Personne ne peut nier que les effets de la crise financière ,économique et sociale risquent de provoquer des réactions violentes si les politiques ne prennent  pas la mesure du fossé qui ne cesse de se creuser entre les élites bien pensantes et de ce que ressentent  leurs concitoyens  dans leur vie quotidienne.

Le drame  épouvantable et injustifiable d’Oslo devrait plutôt interpeller nos élites au lieu que celles-ci  se contentent de chercher des boucs émissaires ou  tentent de rendre responsables des partis politiques dit populaires  qui ne cessent d’alerter l’opinion publique  d’un embrasement  probable de nos sociétés si  nos dirigeants continuent à ne pas vouloir voir  que les peuples de l’Union Européenne   sont attachés à défendre  leurs identités culturelles et leur modèle de société.

La gauche socialiste en s’enfermant dans une stratégie politique du déni de réalité ne fera qu’exacerber  les fractures qui traversent notre société et l’empêchera de régler pacifiquement les maux auxquels celle-ci doit faire face toute seule, du fait que nos Gouvernants préfèrent la politique de l’autruche à la politique de l’action et de la résolution des problèmes qui leur incombent.

N’en déplaise à la gauche socialiste la place de l’islam dans nos sociétés doit être abordée   et également le problème que pose l’immigration non maitrisée.

L’honneur de la politique c’est de régler les problèmes de la cité et de donner la parole au Peuple afin d’éviter que nos sociétés ne dérivent et ne deviennent incontrôlables.

Redonnons au Peuple la parole et arrêtons de le mépriser ou de  lui faire croire qu’il n’a rien compris et que les événements sont ainsi et que rien ne pourrait en changer le cours.

Fabrice LETAILLEUR

Voir son blog

http://lebloglaicdechamps.over-blog.com/#

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.