En embastillant le prisonnier politique Nicolas, le Pouvoir socialiste menace tous ses opposants

Publié le 23 juin 2013 - par - 2 307 vues
Share

Si les sites d’information mainstream ont été plutôt discrets sur la mise en prison immédiate de Nicolas, en revanche vous avez été largement informés grâce à la réinfosphère sur internet. Écoutons par exemple le récit complet fait par Maître Gruau, l’avocat de Nicolas :



Video streaming by Ustream

http://www.ustream.tv/recorded/34681403

La réinfosphère montre donc une fois de plus son importance face au mur médiatique imposé par le Pouvoir socialiste. Elle permet en outre d’appeler au soutien affectif et matériel de Nicolas, ou de mobiliser pour les manifestations qui ont eu lieu et qui continueront jusqu’à sa libération des geôles d’un Pouvoir de plus en plus totalitaire.

Évidemment, Riposte laïque comme d’autres sites ou intervenants ont largement comparé le sort réservé à Nicolas avec le laxisme de la « justice Taubira » et son bras armé la « police Valls » dans d’autres affaires impliquant des islamoracailles. Que dire de plus des relaxes et des sursis pour tous les auteurs récidivistes des attaques du RER D, du manque total de réaction de l’Intérieur face à une trentaine d’islamistes qui ont tenté de lyncher un commissaire et un policier lors d’une manifestation musulmane à Argenteuil, et j’en passe ? Le deux poids deux mesures apparaît de plus en plus nettement aux Français.

Évidemment, le Pouvoir socialiste avait déjà montré sa volonté de répression des patriotes en voulant « dissoudre » ce qu’il appelle des groupes « identitaires » ou « d’extrême-droite ». Les JNR et Troisième voie en feront les frais suite à l’affaire Méric-Esteban, mais Manuel Valls a également dit qu’il pourrait envisager d’interdire Génération identitaire ou le Printemps français. C’est la tactique des Horaces et des Curiaces. On tape d’abord sur ceux qu’on présente à tort comme « néonazis » ou « fascistes », puis on s’attaque à d’autres considérés comme plus modérés et ainsi de proche en proche.

Mais avec l’embastillage arbitraire de Nicolas, cet État se comporte comme Erdogan qui présente les babas-cools occupant le parc Gezi d’Istanbul comme de dangereux « terroristes » : il frappe bien en deçà de ceux qu’il considère comme « extrémistes ». Il jette en prison un jeune Français de souche studieux de 23 ans, bon catholique propre sur lui, sans aucun antécédent judiciaire, inconnu des services de police sinon pour être l’un de ces « veilleurs » pacifistes qui ont le tort d’exprimer d’une manière pacifiste leur désaccord d’avec la « loi Taubira » sur le mariage et l’adoption homosexuels.

Mais peu importent les motivations de Nicolas pour contester une décision du gouvernement Ayrault-Hollande. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’on veut désormais museler par la force les opposants non-violents, qu’on réduit au silence celui qui pourrait être notre fils, notre frère, notre ami.  On découvre donc une nouvelle stratégie du pouvoir : prendre en tenaille toute opposition entre ceux qu’il présente comme extrémistes et ceux qui apparaissent comme modérés. Ça permet de ratisser large et d’assimiler toute opposition à de l’extrémisme.

Nous devons en retenir les leçons. Après Nicolas, après les menaces contre le Bloc identitaire et le Printemps français, à qui le tour ? Nul doute que le Front national, Riposte laïque, Résistance républicaine et autres patriotes sont sur la liste.

RI7Taubira Valls dictateursLe terrorisme intellectuel par le seul verbe du « vivre ensemble » et autres fadaises d’officines stipendiés sous Chirac comme sous Hollande, largement relayés par les médias mainstream aux ordres, ne suffit plus. Grâce à la réinformation et aux « faits divers » qui touchent de plus en plus de Français, ceux-ci « ne marchent plus » et adhèrent massivement à nos idées. Le Pouvoir doit donc franchir cette nouvelle étape totalitaire qui consiste à faire taper par sa police politique et faire condamner par sa justice politique les opposants modérés.

Cela donne une idée de ce qui nous attend, nous autres patriotes amis de la France. Mais les bobos qui se prétendent « anti-système », les manifestants professionnels que sont les syndicats de gauche, bref tous ces pseudo-opposants institutionnels ont aussi du souci à se faire. Leur tour viendra, surtout avec les plans de rigueur que nous préparent Hollande et Ayrault aux ordres de Bruxelles et du mondialisme anti-nations. Il suffit d’observer ce qui se passe en Grèce, au Portugal ou en Turquie. Le slogan gauchiste « police partout, justice nulle part » peut désormais être retourné par les patriotes et les opposants au gouvernement Ayrault-Hollande, et touchera demain les travailleurs, les chômeurs, ainsi que les bobos de plus en plus enfoncés dans leurs contradictions face à l’islamisation, à l’immigration incontrôlée et à l’insécurité.

C’est pourquoi nous devons tous et toutes soutenir Nicolas et condamner ses bourreaux, avertir et mobiliser tous nos réseaux, quels que soient nos sensibilités politiques, philosophiques, religieuses, quelles que soient nos origines ou notre milieu socio-économique. Il en va de l’avenir de la forme démocratique de notre France et des valeurs communes que nous défendons : liberté, égalité et fraternité.

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.