En faisant allégeance à LREM, Bournazel a-t-il joué le bon cheval ?

Publié le 24 février 2020 - par - 7 commentaires - 682 vues
Share

« Nous soutenons (…) la majorité des projets que propose Benjamin Griveaux ». C’est par ces mots que M. Bournazel, fraîchement nommé député de la 18e circonscription de Paris, fait allégeance à Emmanuel Macron pour les élections municipales.

Imprimée sur papier « issu de forêts gérées durablement », sa profession de foi de quatre pages est ahurissante ! Fier de lui (« j’ai acquis une compétence sur les dossiers ») et mégalo (« j’aime les habitants du 18e de toutes les générations, de toutes les conditions sociales et de toutes les origines »), il se fait discret sur le bilan de 25 ans de gestion socialiste, sous la houlette de Daniel Vaillant. Pas d’allusion aux sept milliards de dettes de la mairie de Paris…

Il se contente de « regretter certains dysfonctionnements de l’équipe en place », mais pas question de faire du frontal ! Car M. Bournazel ne perd pas de vue que de nombreux militants socialos ont été recyclés au sein de La République en marche. Lui-même s’est fait adoubé par Édouard Philippe lors des élections législatives de 2017. Il est loin le temps où il reprochait à sa collègue Roxane Decorte d’avoir appelé à voter pour le socialiste Éric Lejoindre, l’adjoint de Vaillant, après que celle-ci fut limogée de l’UMP suite à une affaire de malversation. Cela en dit long sur la versatilité de notre ancien secrétaire national de l’UMP, habile à se retrancher derrière ce qu’il nomme « son indépendance d’esprit ».

Mais revenons à sa profession de foi électorale : on est tout de suite frappé par le choix lexical de son texte : « ville durable / quartiers apaisés et plus verts / écohabitat / alimentation durable dans les cantines / alternative végétarienne / éco-citoyenneté / co-construction de projets-incivilités / nouvelle énergie pour le 18e ». On croirait du Hidalgo ! Il ne manque plus que l’écriture inclusive !

Flatter l’électorat bobo parisien par l’écologie, pas question de laisser ce privilège à Anne Hidalgo ! Les consignes des nouveaux maîtres sont bien passées. Elles évitent de parler des vrais problèmes du Nord-Est de Paris. Pas une fois Pierre-Yves Bournazel ne parle des ZSP « zones de sécurité prioritaires » dont l’une d’elles est devenue un QRR «  quartier de reconquête républicaine ». Pas un mot sur l’islamisation des quartiers : La Goutte d’Or, Barbès, La Chapelle, ni sur le fiasco scolaire, fruit du communautarisme, nourri par les élus du 18e. Un coupable déni de réalité.

Pourtant, une courageuse association de riverains, « SOS La Chapelle », vient d’adresser ce mois-ci une lettre ouverte au président de la République dans laquelle elle dénonce «  les incivilités, le harcèlement, la saleté, le tapage, la violence, l’insécurité, la délinquance, la drogue, les trafics, les fraudes en tout genre, et la prostitution y compris de mineures ».

 

   

Cette association a le mérite d’aller droit au but. Son diagnostic, peaufiné par une longue expérience sur le terrain, est sans appel  : «  Le défaut de maîtrise des flux migratoires, l’indigence des mesures de police administrative, les incertitudes de la réponse pénale, les approches approximatives de l’urbanisme générant toutes les ségrégations, les rivalités entre les services municipaux et régaliens, et les interrogations des habitants sur l’existence réelle d’une doctrine et d’une stratégie communes trouvent ici, en plein Paris, dans le seul quartier de reconquête républicaine de la capitale, un point d’acmé ».

Il était difficile pour M. Bournazel de passer sur les problèmes d’insécurité. L’ensauvagement explose, les atteintes aux biens et aux personnes sont en hausse, le commerce parallèle légal ou illégal défigure les quartiers. Certes, à l’approche des municipales, les contrôles de police se multiplient autour de la station de métro La Chapelle, sans pour autant parvenir à déloger durablement les trafiquants.  Dix ans de laxisme à tous les niveaux, ça ne s’efface pas comme ça et le Grand Remplacement est déjà  à l’œuvre dans ce quartier nord de Paris.  Notre candidat à la mairie du 18e propose une police municipale « qui se déplacerait « à pied, à vélo ou à cheval et qui travaillera en lien avec les gardiens d’immeubles, les habitants et les associations ».

Donc, ni voiture ni motos pour cette police qui devra rester « verte ». On croit rêver ! Et l’on va mettre les habitants à contribution : va-t-on favoriser les cours d’autodéfense, le port d’armes ou plutôt la délation ? Va-t-on continuer à sous-traiter les problèmes d’entraves à l’ordre public à des associations subventionnées ? Aucune condamnation de la démission des pouvoirs publics par le leader du mouvement « Agir, la droite constructive » qui se dit de droite.

Un autre abcès de fixation des habitants du 18e est la toxicomanie et les dégâts liés au crack. Là encore, aucune position forte sur la salle de shoot installée à proximité de l’hôpital de La Riboisière et qui a pour effet de pérenniser les trafics. Un vœu pieu : « mener une politique volontariste de santé publique pour sortir ces personnes de la dépendance, en créant des unités médico-sociales spécifiques ». Qui serait contre ? Mais rien n’est dit sur les réseaux de dealers qui sévissent depuis la gare de Saint-Denis jusqu’aux Grands boulevards en passant par la Gare du Nord.

 

 

            

Concernant l’afflux de migrants, M. Bournazel préfère parler de « primo-arrivants » ou de « sans-abris », un moyen d’éluder la question de l’immigration clandestine. Il veut multiplier les « hôtels sociaux » pour l’hébergement d’urgence. Bien entendu, absolument rien n’est budgétisé et il ne fait référence à aucune étude d’impact, à supposer qu’il en existe !

Quant à la saleté des rues, qui n’est jamais mise en relation avec le changement de population, il ne faut surtout pas durcir la répression, même lorsqu’il s’agit de comportements transgressifs consistant à pourrir l’espace public, mais « d’affecter plus de personnes au balayage ». Comme disait François Hollande : « ça ne coûte rien, c’est l’État qui paie ! ». Il nous propose un « grand plan d’éducation au respect du domaine public avec les associations de quartier » (sous-entendu les bonnes, celles qui fricotent avec les conseils de quartier !). Comment peut-on avoir fait des études et être aussi naïf ?

      

Mais tout va bien, Pierre-Yves Bournazel nous propose de l’air pur (il fait de la lutte contre la pollution de l’air sa priorité) et il va développer partout la végétalisation à outrance !

L’enfumage n’a décidément pas de limites !

Hector Poupon

N.B. : Pierre-Yves Bournazel est conseillé de Paris depuis 2008. Il fut conseiller régional d’Île-de-France de 2010 à 2017, secrétaire national de l’UMP et membre du bureau politique de ce parti. Il est actuellement député de la 18e circonscription de Paris et délégué spécial du conseil régional d’Île-de-France chargé des Jeux olympiques d’été de 2024.

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
POLYEUCTE

BOURNAZEL ?
Campagne à la « Bourre-moi le noeud » !
Derrière Griveaux ? Normal !

Patrick VERRO

Un petit arriviste de plus qui va se ramasser une gamelle…

Urbain

Aux dernières municipales ce jean foutre avait saboté la campagne de Kosciusco-Morizet par dépit et jalousie, ce qui a ouvert la voie à dame Hidalgo. C’est le genre de zozo qui trépigne pour être calife à la place du calife.
Il n’est pas, à ma connaissance, de la famille du capitaine de Bournazel; sinon quelle honte pour cette prestigieuse famille d’avoir en son sein un énergumène d’une telle veulerie!

Fernand Pafé

Quand on voit ce qu’est devenu le petit-fils du grand Georges Bernanos!!!!! (Un écrivain à relire et à redécouvrir)

.Dupond1

Que voulez vous qu’il fasse d’autre …..quelle entreprise privée se risquerait a prendre ces girouettes de la politique pour en faire des cadres compétants ? ils ne sont plus que des figures portes paroles de reves vendus aux influençables cons tribuables .Pour eux peut importe le futur de l’arrondissement pourvu que le salaire soit bien « arrondi » sans trop se fatiguer et en bouffant bien !!!

kabout

ca me fait marer tout ces loosers des ex PS et ex LR qui se sont rabaisser a aller chez LREM pour bouffer a la gamelle mais quand LREM va s’éffrondrer dans peu de temps (2022) ils auront l’air d’un tas d’cons et le bec dans l’eau !

Kancau11

Encore un gamellard qui n’en a rien à foutre de la couleur de la gamelle pourvu qu’il puisse y manger, je hais tous ces fumiers de politiques qui s’orientent en fonction du vent.