1

En fantasmant sur des nazillons, Fourest protège les muzz

L’agression subie par Éric Zemmour, dans les rues de Paris, par une racaille qui l’a insulté, puis lui a craché dessus, fait un peu réagir le landerneau politico-médiatique. Seul l’ineffable Askolovitch continue à se distinguer, en renvoyant, dans un article putassier dont il a le secret, dos à dos l’agresseur et l’agressé. Bien évidemment, il se fait lapider dans les commentaires, à juste titre, mais c’est sa façon de continuer d’exister, de jouer la partition du bon pourri.

http://www.slate.fr/story/190212/agression-eric-zemmour-crachat-rue-barbarie-fascisme-ressemblance?fbclid=IwAR2Z4hdbWKaGUQEJYtfg-eJ_PySxSIosgtKKP7KS4tSHxqOnAXEjrgHyys4

Par contre, il faut vraiment la candeur de Valeurs Actuelles pour voir, comme l’explique cet article, une vague de soutiens, venu de la gauche comme de la droite, au journaliste du Figaro.

https://www.valeursactuelles.com/societe/naulleau-fourest-menard-des-personnalites-de-gauche-droite-denoncent-lagression-de-zemmour-118873

Pour l’instant, 48 heures après les faits, les syndicats de journalistes sont toujours silencieux, la racaille est toujours en liberté, bien qu’il ait été identifié. Selon la LDJ, ce sympathique « Français » s’appellerait Mehdi Korchi, et habiterait Orléans.

LE JOURNALISTE JUIF ERIC ZEMMMOUR AGRESSE PAR UNE RACAILLE

Alors, certes, Marlène Schiappa (après 48 heures), Raphaël Enthoven, assez peu courageux pour insister surtout sur l’ampleur de ses désaccords avec Éric Zemmour, des fois qu’on le suspecte de connivence avec « les heures les plus sombres de notre Histoire », Denis Olivennes, qui joue la même partition, et même le haineux Aphatie, celui qui refuse de serrer la main de son confrère, ont, du bout des lèvres, manifesté leur réprobation. Par ailleurs, aucun n’a évoqué, comme l’a fait Pierre Cassen dans sa vidéo, le lien entre le lynchage médiatique permanent que subit l’auteur de « Le suicide français », entre le harcèlement judiciaire haineux des associations dites antiracistes contre lui, les demandes d’interdictions professionnelles à son encontre de l’ensemble de la gauche, et cette agression.

Il se dit même qu’Emmanuel Macron aurait passé quarante-cinq minutes au téléphone avec Éric Zemmour, pour l’assurer de son soutien et de son attachement au débat démocratique en France. C’est sans doute pour cette raison que Choupinet a lancé son procureur de la République contre le journaliste, quelques jours après son intervention à la convention de la Droite, qu’il arrose les associations qui multiplient les procès contre lui et d’autres, et qu’il rêve de mettre en place au plus vite la loi Avia. Toujours le « en même temps »…

Mais dans ce numéro de faux-cul, celle qui s’est surpassée, c’est comme d’habitude Caroline Fourest. Elle se sent obligée de répondre à un tweet d’un internaute appelé Antoine Baudino, qui fait remarquer que si le journaliste avait été une personnalité de gauche, il y aurait déjà des émissions spéciales sur France2 sur le retour de la haine. Remarque pertinente, qui lui vaut cette réponse qu’il confient de disséquer de la compagne de Fiammetta Venner, par ailleurs amoureuse éconduite de la cheftaine des Femen.

Caroline Fourest fait semblant de protester contre ce « crachat », mais pas du tout au nom du côté insupportable de l’agression contre ce que représente Éric Zemmour. Elle hait l’animateur vedette de « Face à l’info », est proche de SOS Racisme, et n’a jamais eu un mot, bien au contraire, contre les lois liberticides Pleven-Gayssot, ni contre les procès qui s’accumulent contre Éric comme contre d’autres mal-pensants. Ce qui la dérange est que ce crachat va retomber aussi sur tous les détracteurs du journalistes du Figaro, et donc qu’il n’est pas efficace, parce qu’il va victimiser ce journaliste qu’elle hait de tous les pores de sa peau.

Mais le pire n’est pas là. Égale à elle-même, Caroline Fourest, qui persiste, au nom de sa vieille stratégie du pâté d’alouette et du pâté de cheval (comme disait le regretté Roger Heurtebise) à renvoyer dos à dos les présumés intégristes catholiques et les islamistes (quand elle ne juge pas les premiers plus dangereux que les seconds), se sent obligée, pour relativiser la gravité de l’agression d’une racaille musulmane, d’inventer un monde qui n’existe que dans ses fantasmes : il y aurait en France l’équivalent aux racailles, avec des nazillons qui auraient le même langage, le même niveau de vocabulaire, et donc cracheraient dans la rue sur ce qu’ils exècrent.

Dans l’imaginaire de Fourest, on peut donc imaginer que les « agressés » par ces hordes nazillonnes seraient les homosexuels et surtout les lesbiennes, les antifas, les musulmans, les juifs, les Insoumis, les écologistes et tous les « progressistes ». Dans les fantasmes de la militante LGBT, nos forces de l’ordre, nos pompiers, nos médecins, nos postiers, seraient donc quotidiennement insultés, menacés, harcelés, par ces nazillons haineux. Qui, bien évidemment, ne l’oublions pas, bénéficieraient de la complicité du Rassemblement national et de Marine Le Pen en personne.

En procédant à ce raccourci scandaleux, en relativisant la réalité d’une France que dénonce courageusement Éric Zemmour, de plus en plus violente, sous la pression d’une immigration toujours plus nombreuse (qu’elle soutient), toujours davantage musulmane (ce qui ne la dérange pas), Caroline Fourest poursuit le sale boulot pour lequel elle est – fort bien – payée. Cette racaille qui a craché sur Éric Zemmour, il y en a des centaines de milliers, en France, qui sont des soldats dormants de l’islam, et préparent la guerre de conquête pour transformer la France en terre d’islam.

Caroline Fourest se comporte en négationniste, au service d’un mensonge d’État, en inventant un danger d’extrême droite qui n’existe que dans ses fantasmes les plus secrets, qui permet à ce régime de cautionner les milices gauchistes, et surtout le fait que mille agressions gratuites, presque toutes venue des « wesh-wesh » frappent tous les jours nos compatriotes, ainsi que 400 viols quotidiens, là encore majoritairement le fait de nouveaux venus, contre les femmes blanches, considérées dans cette culture (qui n’a pas les codes) comme des salopes, des proies dont on peut se servir à volonté, comme le prescrivent les textes sacrés de l’islam, comme notre amie Zohra a essayé de le lui expliquer.

https://ripostelaique.com/madame-fourest-le-violeur-ramadan-na-fait-quimiter-le-beau-modele-mahomet.html

Caroline Fourest, par son relativisme, se comporte donc en parfaite petite collabo de l’armée des envahisseurs, dont le sympathique Mehdi Korchi, qui a craché sur Éric Zemmour, n’est qu’un soldat parmi des millions d’autres.

Paul Le Poulpe