En France, on aime les perdants

La France socialiste des assistés a la haine des gagnants. La France des envieux a la haine de ceux qui réussissent. L’expatriation des Français à l’étranger dévoile la haine de ceux qui réussissent. La France des assistés à l’école baisse sans cesse le niveau pour imposer le bac pour tous. La France socialiste des assistés rêve du revenu universel pour imposer la médiocrité pour tous, la soumission et l’assistanat pour tous les jeunes. La France des envieux a la haine de ceux qui réussissent, c’est la cause de la fuite des cerveaux !

Les expatriés de l’enseignement supérieur français aux États-Unis sont le résultat de l’égalitarisme de la médiocrité de l’enseignement socialiste en France. L’expatriation des scientifiques français vers le principal pôle de la mobilité universitaire mondiale s’est fortement accélérée depuis le milieu des années 1990. Selon des statistiques américaines citées par Ahmed Tritah, économiste au Cepii, les ingénieurs, les chercheurs et les universitaires ont représenté 27% des expatriés français vers les États-Unis entre 1996 et 2006. Dans les années 1980, cette proportion était inférieure à 10%. Autre symptôme : selon la National Science Foundation, 70% des Français partis décrocher un PhD, l’équivalent de notre doctorat, dans une université américaine envisagent de rester sur place. Ce ne sont pas que des intentions mais sur 25 économistes français en poste dans les meilleures universités américaines,19 avaient obtenu leur PhD aux États-Unis.

L’accélération de l’expatriation représente un coût économique certain car elle est particulièrement prononcée dans les sciences de la vie (biologie, recherche biomédicale), un domaine où les retombées économiques sont très concrètes : brevets, médicaments, avancées dans le secteur de l’équipement médical.

Cela confirme les résultats d’une étude menée en 2007 par deux ingénieurs de l’École des mines, selon lesquels 40% des biologistes français les plus performants (au nombre de travaux publiés dans les revues internationales) travailleraient aux États-Unis. Ce sont parmi les meilleurs, dans les disciplines les plus « rentables », qui partent. Et, dans ces domaines, les scientifiques gardent peu de contacts avec la France.

En mathématiques, en physique ou en biologie, les chercheurs s’intègrent très facilement au système américain, d’autant plus que le langage mathématique est universel. C’est pourquoi, on peut craindre pour la vitalité de notre recherche économique. Si les deux derniers lauréats de la médaille Clark (la plus prestigieuse des récompenses dans cette discipline après le prix Nobel) sont des Français, tous deux ont décroché un PhD aux États-Unis puis y sont restés, l’un au MIT et l’autre à Berkeley.

Ce qui motive le départ est l’excellence des conditions de travail et le niveau de leurs collègues. S’il y a de bons chercheurs en France, les États-Unis atteignent une « masse critique » inégalée. Selon Catherine Dulac, biologiste à Harvard : « Dans mon département, il y a 43 labos de biologie dont les directeurs sont au top niveau, et l’interaction scientifique entre nous est extraordinaire. » L’économiste Pierre-André Chiappori, lui, cite le département d’économie de Chicago : sept Prix Nobel depuis 1990 ! Les expatriés apprécient de voir leur activité respectée. Aux États-Unis, le titulaire d’un PhD est vu comme quelqu’un qui, ayant mené un projet pendant quatre ans, a des compétences d’organisation et de gestion bien au-delà de son domaine.

Après avoir goûté à un tel statut aux États-Unis, ils n’ont guère envie de revenir en France ! (Source : capital.fr) Et en même temps, la France s’enfonce dans la pauvreté et la désindustrialisation. La gauche aime tellement les assistés qu’elle les fabrique. La France se soumet aux dogmes de l’assistance pour appauvrir toujours plus la France et l’Europe. En France, on aime la défaite en chantant ! C’est dire l’état de la France !

Lance Armstrong, du super-héros à l’incarnation du mal. (Rémi Bourrières, eurosport.fr)

En France les grands champions sont les mal-aimés. Des champions ont eu toutes les peines du monde à générer de la sympathie dans les médias majoritairement de gauche. Lance Armstrong, héros de tout un pays, roi du Tour de France durant sept années, aujourd’hui est devenu un paria a été le symbole de la préparation médicale rigoureuse et donc on parle aujourd’hui du dopage généralisé dans le cyclisme.

Moralité : « Lance Armstrong n’a plus sa place dans le cyclisme. Il mérite d’être oublié« . Voilà, Game over… Quelques mots terriblement lourds, jetés en place publique lors d’une fameuse conférence de presse tenue dans un hôtel de Genève, le 22 octobre 2012. L’Irlandais Pat McQuaid, alors président de l’Union Cycliste hypocrite Internationale, vient de prononcer la peine capitale à l’égard de Lance Armstrong.

Et sa sentence est irrévocable. Le nom de Lance Armstrong, premier cycliste de l’histoire à décrocher 7 victoires consécutives dans le Tour de France entre 1999 et 2005, est officiellement et définitivement rayé des tablettes. Dans un même mouvement du devoir de moraline hypocrite et d’exemplarité pour les géants de la publicité, l’UCI radie à vie Lance Armstrong, désormais exclu de toute participation, directe ou indirecte, à une compétition cycliste gérée par une fédération, comme il l’est aux États-Unis de toute compétition officielle.

Lance Armstrong est acculé, traqué partout, telle une bête dangereuse. Au total, entre procès, frais d’avocats la perte de ses revenus est estimée à 111 millions de dollars. La première fois d’une existence qui n’a pas été tendre avec lui, se sent abandonné par sa légendaire force de volonté. Lui qui n’abhorre rien tant que la faiblesse. Il renvoie aussi à un mécanisme sclérosé, faits de supposés pots-de-vin et de copinages en tout genre avec les puissants, soucieux de tout faire pour protéger la poule aux œufs d’or pourvoyeuse de contrats juteux et d’audiences publicitaires sources de profits records. La déchéance populaire et sportive que va vivre Lance Armstrong sera à la hauteur, au-delà des titres amassés, de cette haine des gagnants.

Lance Armstrong et son hégémonie sur le Tour de France sont insupportables pour ses rivaux.

Lance Armstrong, en novembre 1996, est en traitement pour soigner son cancer du testicule. Mais le Texan, élevé à la dure par un beau-père jusqu’au-boutiste et violent, affiche la légendaire détermination qui fera sa gloire. Il subit une opération du cerveau, encaisse une chimio à assommer un bœuf et se relève en quelques mois, surgissant des limbes de la mort pour signer en triomphe la plus magistrale de ses victoires.

Il a vaincu le cancer et fait tomber les dernières barrières qui entravaient encore sa progression. Le super-héros Lance Armstrong crée sa fondation qui contribue à créer la structure avec laquelle il partira à la conquête du Tour de France, l’US Postal. En 1999, au fil de sa gloire, Lance enfile le costume de super-héros américain. Il fait la Une des magazines. Il globalise le Tour de France dont le chiffre d’affaires explose.

Et le marché du cyclisme en général voit son chiffre d’affaires exploser. Surtout, il donne l’espoir à des milliers de malades du cancer qui peuvent s’accrocher à son exemple comme à une bouée de sauvetage. Au faîte de sa gloire, Lance Armstrong n’est pas qu’un immense athlète. Il est une star interplanétaire dont la réputation dépasse largement le cadre du sport. Un super-héros, vraiment. (Source : eurosport.fr)

Lance Armstrong est un mythe qui n’est pas près de s’effacer… Contre Anquetil, le gagnant, Poulidor, le deuxième couteau, est le préféré des médias et des Français. Moralité : En France, on aime les perdants !

Thierry Michaud-Nérard

Avec Zemmour : Nous devons reprendre le contrôle de notre pays

 

image_pdfimage_print

10 Commentaires

  1. « En France les grands champions sont les mal-aimés. »
    Sauf si ce sont des Africains ou des Maghrébins. Auquel cas, les médias en font des génies qui donnent des avis coruscants sur tout. Même avec un QI < 80 !
    Pour le reste, j'ajouterais à toutes les motivations que vous indiquez : les réglementations tatillonnes, les mafias universitaires, les scléroses mentales paralysant les innovations et la fiscalité confiscatoire.
    À moins d'être maso, quand on possède des compétences bankable, on va les exercer ailleurs. Et quand on revient, et qu'on découvre que la France est devenue un pays sous tutelle islamique, on repart vite, le plus loin possible !

  2. Arrête de faire l’américain, jamais tu ne pourras les rattraper et puis même eux sont au fond du trou. Pour gagner il faut d’abord que la france ouvre la compétition inter ethnique , ce qui n’est pas le cas du, tout est bloqué en France pour les maghrébins les musulmans . Et si elle l’ouvre alors les français de souche vont perdrent souvent, et ne parlons pas des gens du rn ou d’extrême droite, eux ils n’ont aucun talent ni politique ni sportif ni économique, rien

    • La compétition interethnique ? Mais qu’est ce que c’est ce truc ? Lucca, vous devriez savoir qu’en France l’accès aux grandes écoles est ouvert à tous sans distinction ! A la condition de réussir au concours d’entrée… ce qui demande d’abord du travail et de la volonté ! Seriez vous favorable à cette escroquerie qu’est la discrimination positive ? Une des plus belles conneries toute droite venue des États-Unis…

      • Ouvrir la compétition ça veut dire ce que cela veut dire: Le libéralisme pour tous, ou du moins un niveau de blocage moins lourd. Je sais la priorité pour la France ce sont les français, mais il y a une différence entre priorité raciale et racisme, discrimination à tout va. Auquel cas, il faut arrêter de nous donner la nationalité française si elle ne sert à rien, même pas à concourir. Qu’est ce que vous voulez qu’on en fasse,? Je vais quand même pas la coller sur le mur de ma chambre, je préfère lady sonia et Maître Jacques Anquetil

    • Les maghrébins sont des champions ….. du lancer de couteaux, en bande.
      Pour le reste, ils sont d’une nullité qui n’a d’égale que leur arrogance. Existe -t- il un seul produit utilisé dans la vie contemporaine crée par des maghrébins musulmans ? ….Non., la réponse est non.
      En France, les idiots comme Lucca considèrent ces gens comme des génies : c’est dire l’abîme dans lequel est tombé notre pays depuis 50 ans.

    • vont perdrENT..??????????????? si on perdait des gens comme vous ,p’tit caca, quel bonheur! quelle chance ce serait pour la France, avec un F majuscule .

    • C’est vrai que Zidane et Benzema jouent en 3ème division LOL ; tu devrais arrêter avec tes commentaires débiles parce que là tu t’enfonces dans la conneries totale.

  3. fakeniouze, la france aime les immigrés, la france adore ceux qui l’insultent, la france chérit tout ceux qui veulent qu’elle disparaisse

  4. Bonjour Monsieur ! Je résume volontiers votre excellent article (pour lequel je vous remercie !) par ces deux questions : « Comme La France est VRAIMENT devenue un pays de cons, que peut-on contre la connerie ? Rien; et que peut-on contre les cons? Rien non plus; bien évidemment! Et c’est pour ça qu’à plus ou moins brève échéance, on va crever, soit, quand nous serons bien affamés dans une guerre civile qui nous fera nous battre contre l’islam et sa charia; soit quand nous recevrons sur le coin de la gueule un missile supersonique Russe ((Il lui faudra 7 minutes pour arriver chez nous, celui-là !) qui ,en rayant la France de la carte, mettra tout le monde d’accord! En clair: Comme nous n’aurons que ce que nous méritons, nous sommes face à des lendemains qui chantent! Bonne journée !

Les commentaires sont fermés.