En France, un cambrioleur peut tabasser sa victime, aux USA, c’est risqué…

Publié le 21 août 2019 - par - 20 commentaires - 1 890 vues
Share

La longue liste quotidienne des vols avec violences s’est encore allongée hier à Cournon-d’Auvergne (Puy-de-Dôme), commune de 20 000 habitants.

Sur le coup des 14 heures, une dame de 89 ans s’est retrouvée en face de deux cambrioleurs, dans sa cuisine.

Ceux-ci étaient entrés dans son pavillon, apparemment sans effraction. Une voisine a été alertée pas des cris :

« Elle avait une grosse bosse à l’arrière de la tête, suite à sa chute. Elle saignait aussi de la main. Elle m’a dit qu’elle avait été blessée par un coup de couteau ».

Le quotidien La Montagne rapporte : « À l’intérieur de la maison, les deux voleurs ont visiblement procédé à une fouille express. Sans grand résultat. Ils sont finalement repartis en n’emportant que le portefeuille de leur victime et les quelques dizaines d’euros qu’il contenait» : https://www.lamontagne.fr/cournon-d-auvergne-63800/actualites/une-retraitee-agressee-dans-sa-maison-de-cournon-puy-de-dome-pour-quelques-dizaines-d-euros_13626052/

Armés et violents, les nouveaux voleurs savent qu’ils ne risquent rien : https://ripostelaique.com/armes-et-violents-les-nouveaux-voleurs-savent-quils-ne-risquent-rien.html

15 600 ménages français sont cambriolés deux fois dans la même année

Hasard de l’actualité, le site Contrepoints, le nivellement par le haut, vient de consacrer deux articles édifiants sur la question. Le premier s’intitule Effrayons les cambrioleurs ! et dépose tout net les détracteurs des armes à feu et de la légitime défense ; le second traite de l’évaluation du risque que prennent les racailles avant leurs agressions : La criminologie, une branche de l’économie.

Voici la substance de ces deux contributions très documentées et par force, un peu longues à lire comme toujours lorsqu’il s’agit d’un travail sérieux.

L’auteur (Philippe Lacoude), apprend qu’un ami français a été victime d’une tentative de cambriolage pour la seconde fois en deux ans, alors qu’il était présent à son domicile, en France.

Vivant aux États-Unis, Philippe Lacoude dit entendre peu parler de cambriolages, parce que peu fréquents : « Dans ma Virginie, il n’y a que 218 cambriolages annuels pour 100 000 habitants contre plus de 900 pour 100 000 ménages en France en 2016, soit à peu près le double ».

« J’imagine que bien que leurs victimes soient averties du danger, les cambrioleurs ressentent une certaine impunité qui les conduit à revenir finir le boulot. https://www.contrepoints.org/2018/03/07/311259-cambriolage-propriete-privee-ne-comptez-plus-police »

Il précise : « aux États-Unis, les autorités comptent tous les cambriolages – y compris non-résidentiels et y compris les tentatives – dans ces 218 cas alors que les chiffres de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et du ministère de l’Intérieur ne comprennent que les cambriolages de la résidence principale. Si on essaie de normaliser ces définitions disparates, on a probablement à peu près trois fois plus de cambriolages en France que dans mon État de Virginie ».

Mêmes causes, mêmes effets

« Pour retrouver des taux au niveau français, il faudrait aller dans des États moins conservateurs ou dans des grandes villes comme La Nouvelle-Orléans, Baltimore, Chicago, Saint-Louis ou Détroit, qui souffrent toutes des mêmes maux, c’est-à-dire un mauvais emploi de la police, une justice laxiste, des services sociaux débonnaires et une population sinon passive du moins résignée ».

« Comme les autres crimes, il y en a toujours beaucoup trop aux États-Unis. Mais ils se font plus rares, beaucoup plus rares : le nombre de cambriolages en 2017 a diminué de 27,4 % par rapport aux données de 2013 et de 37,1 % par rapport à l’estimation de 2008. Cela a de multiples causes : l’amélioration des méthodes de la police, l’augmentation du nombre d’officiers et l’augmentation des mesures de sécurité des citoyens. Sans surprise, en France, l’évolution est inverse… » . Suit une avalanche de chiffres, d’infographies et de statistiques pour preuves.

Aux USA, les monte-en-l’air évitent de rencontrer leurs victimes

De fait, le cambrioleur encagoulé qui casse la nuit par effraction n’existe plus.

« Aux États-Unis – pour des raisons évidentes que je laisse à la sagacité des lecteurs – les cambrioleurs font attention à ce que leur cible soit vide de ses habitants… un résident légitime n’est présent que dans seulement 15,5 % des cas, soit environ 175 800 fois par an, un chiffre très faible à l’égard de la population du continent.

Pour comparaison, en France, 43 % des tentatives de cambriolages et 54 % des vols sans effraction ont lieu alors que les résidents sont présents selon les enquêtes de l’Insee et de l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale (ONDRP). Les cambrioleurs entrent tranquillement chez leurs victimes quand les portes sont ouvertes ».

Deux cas de figure américains

« les cambrioleurs font une tentative mais prennent la poudre d’escampette dès qu’ils s’aperçoivent qu’ils vont affronter un habitant légitime de leur cible. Selon le Bureau des statistiques judiciaires (Bureau of Justice Statistics), dans le cas contraire – c’est-à-dire quand le cambriolage a lieu alors que les habitants sont présents – les deux cas les plus communs sont ceux issus d’erreurs d’appréciation : soit le délinquant entre dans une résidence en croyant à tort que personne ne s’y trouve (et une confrontation a lieu entre un résident et le délinquant), soit un membre du ménage rentre chez lui alors qu’un cambriolage est en cours (et une confrontation a lieu entre lui et le délinquant) ».

Avec plus de 400 millions d’armes à feu dans les ménages, on peut comprendre qu’une racaille ne ressorte pas vivante du lieu de son méfait.

Les racailles choisissent toujours leurs proies

Les cambrioleurs, comme les autres crapules, sont très sensibles aux risques qu’ils prennent. « ils préfèrent n’affronter personne, ou alors une femme seule, ou à défaut un homme seul mais jamais un couple, surtout un couple sans enfant ».

De là une évidence : « Ceci ne signifie pas qu’il n’y a jamais de violence aux États-Unis lors de cambriolages. Cependant, elle est limitée par le risque que les propriétaires se défendent ».

Et une certitude qui nous conduit au deuxième article de Contrepoints, du même auteur.

« comme l’avait prédit le prix Nobel d’économie Gary S. Becker, le criminel réagit à la structure des coûts et des risques auxquels il fait face comme n’importe quel agent économique. Si on veut réduire les cambriolages, à défaut d’en réduire les gains en se privant de belles choses, on peut en augmenter drastiquement le coût avec davantage de police, des peines plus longues et, pourquoi pas, des citoyens bien armés », source :  https://www.contrepoints.org/2019/08/19/351729-effrayons-les-cambrioleurs

« les criminels soupèsent les coûts attendus et les bénéfices attendus dans la décision de commettre un crime »

Philippe Lacoude explique les travaux de Gary S. Becker.

« Gary S. Becker montrait à l’aide de données que les criminels réagissent à la structure des coûts et des risques auxquels ils font face comme n’importe quels agents économiques ».

Le « coût » d’un crime se compose de trois parties.

« La première est le revenu sacrifié du fait du temps consacré à l’activité criminelle, le « coût d’opportunité » proprement dit. Pour la plupart des criminels, celui-ci est très faible. Ils sont généralement peu formés et peu éduqués. Les alternatives légales ne paient, en général, pas aussi bien.

Le second coût, beaucoup plus important, est le temps attendu d’incarcération du fait de l’activité criminelle. La « peine attendue » n’est pas la même chose que le temps que passe en prison un criminel condamné. La plupart des crimes ne conduisent pas à une arrestation. Beaucoup de ceux qui sont arrêtés ne sont pas jugés. Certains sont condamnés mais mis en liberté conditionnelle. La peine attendue, du point de vue du criminel, est une probabilité, pas une certitude.

Le troisième coût est le coût du risque. Dès lors qu’une activité est risquée, l’attitude face au risque doit être prise en compte… »

« … Après multiplication de ces probabilités, nous voyons qu’un cambrioleur potentiel ne faisait face qu’à une probabilité de 1,2 % d’être envoyé en prison pour chaque acte commis. Une fois en prison, il y passait 13 mois. Mais comme il y échappait 98 % du temps, le « coût » attendu du crime était de seulement de 4,8 jours.

Le criminel rationnel va se poser la question de savoir si un cambriolage peut potentiellement lui apporter des biens valant plus qu’une semaine derrière les barreaux. Si la réponse est oui, alors le crime paie. Sans surprise, quand ce chiffre augmente, le taux de criminalité baisse et inversement.

Il existe donc bien un lien direct entre le coût de commettre un crime (peine) et le nombre de crimes commis », source :  https://www.contrepoints.org/2019/08/21/351882-la-criminologie-une-branche-de-leconomie 

Ce qui pourrait enfin changer en France pour la légitime défense, mais dans les faits limité, car tout reste à faire pour le droit à détenir une arme à feu

Article 1er

L’article 122-5 du Code pénal est complété par un alinéa ainsi rédigé : « En cas de disproportion entre l’acte de défense et l’agression elle-même, la personne qui se défend sous l’effet de panique ou de saisissement qui ont modifié sa perception de la réalité n’est pas pénalement responsable, si son état de panique ou de saisissement est directement causé par l’agression qu’elle a subie. »

Article 2

Au 1° de l’article 122-6 du Code pénal, les mots : « de nuit » sont supprimés.

Article 3

Au 2° de l’article 122-6 du Code pénal, après le mot : « auteurs » sont insérés les mots : « d’agressions physiques ».

N’oublions pas ceux qui travaillent depuis longtemps sur une réelle légitime défense

La question du déni de défense du citoyen et les abus d’interprétation de trop nombreux juges ont fait l’objet de multiples articles sur Riposte Laïque.

Il faut donc citer ceux qui se battent depuis des années pour une évolution du droit à la légitime défense et qui sont la base technique de la nouvelle loi en discussion.

En espérant que les dispositions de la nouvelle loi soient au plus vite entérinées, souhaitons que la réflexion politique s’attache désormais aux causes profondes de l’explosion de la délinquance en France et de celle importée.

En attendant, il importe de livrer combat contre les mesures gouvernementales restrictives d’accès aux armes, leur détention, et le refus de permis de port d’arme à feu dissimulée : https://ripostelaique.com/grace-au-depute-son-forget-la-legitime-defense-enfin-devant-le-parlement.html

La règle des 7 mètres restera toujours sans effet si la victime n’est pas armée

https://youtu.be/OUny6hmT_yA

lien de secours https://youtu.be/OUny6hmT_yA

Fastest shooter EVER, Jerry Miculek- World record 8 shots in 1 second & 12 shot reload

https://youtu.be/WzHG-ibZaKM

lien de secours https://youtu.be/WzHG-ibZaKM

Jacques CHASSAING

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
le Franc

tout ce charabia gouvernemental pour mal cacher que l’état sait très bien que le premier cambrioleur en France est l’état lui-même, et que pour tout acte d’autodéfense cet état l’assimile à une agression politique contre lui-même, pis, à un acte insurrectionnel en bonne et due forme……..sinon il ne passerait pas son temps à défendre les prédateurs contre les prédatés.

Sophie Durand

@Jacques
Excellent. Je suis pour une légitime défense non dévoyée, elle l’est complètement aujourd’hui. La règle de la proportionnalité est une stupidité inapplicable. Et pendant ce temps les Français s’arment tous, en douce…et ils vont le faire de plus en plus.
Mais qu’est-ce que la règle des sept mètres ?

Jacques CHASSAING

à Sophie Durand
C’est la distance minimale à observer face à un agresseur potentiel qui, avec un couteau pourra se jeter sur quelqu’un avant même que celui-ci dégaine son arme à feu (restant entendu qu’un revolver vaudra mieux que le temps de désarmer la sécurité d’un pistolet (ou pire de l’armer au dernier moment).
On voit cela sur la démo, à 2’31 de la vidéo.
J’ajoute que, ayant travaillé en sécurité avec un ex légionnaire, il répétait sans cesse de garder ses distances. Moi je faisais des ronds concentriques à l’envers, mais tout est vraiment très délicat, sauf, à, comme en transport de fonds (un des mes anciens emplois), à tenir l’arme à demi dégainée.

sacaram

jugé par 12 oui, porté par 6 non,

Rems

Armez vous, le reste c’est du vent !

POLYEUCTE

Ainsi donc, en France, la « Violence légale » est une Vertu…
L’Agresseur l’emporte sur la Victime au Tribunal.
Vieux réflexe ! « Messieurs les Anglais, tirez les premiers » !!!

le gaulois

La reflexion au cambriolage, nous savons pertinemment que le voleur ne fait pas de déclaration je vais aller la bas voler donc personne ne sais qu’il doit venir meme lui ne le sait même pas 10 mn avant donc vous le surprenez chez vous on bon coup derrière les oreilles puis scotch américains aux poignets et chevilles avant qu’il se réveille puis oust dans la malle de votre voiture et puis vous roulez jusqu’au premier point d’eau profond et hop attaché il ne pourras que se noyer et fini ca nous coutera a nous tous moins cher puisque un tribunal nous coûte un bras un prisonnier 90 € par jours passés et la récidive et comme il n’y a aucun lien entre lui et vous on ne vous retrouvera jamais on cumule ainsi les solutions moins de voleurs moins d’impôts et + de tranquillité

François Desvignes

le casier judiciaire vierge devrait valoir permis de port d’armes.

Et à l’intérieur de son domicile, même landru devait avoir le droit d’être armé.

Enfin, le fait de faire feu sur un intrus chez soi fait présumer la légitime défense :car je n’ai pas besoin d’être en panique pour avoir le droit de défendre les miens et mes biens.

logique

Il existe donc bien un lien direct entre le coût de commettre un crime (peine) et le nombre de crimes commis »
c’est pour cela que dire que la peine de mort ne réduit pas les crimes graves est une véritable arnaque à la réchauffement climatique!
Mieux: la peine de mort appliquée immédiatement lorsque pris sur le fait, comme en chine dans les années 70, a réduit drastiquement et rapidement les meurtres dans ce pays (70%).
quand au calcul du nombre de cambriolages, effectivement l’état français pour minimiser leurs nombre n’inclus que les résidences principales SI il y’a au moins 150 euros de vols. sont exclus résidences secondaires, locaux, garages, magasins, dépôts etc, soit probablement la moitié des cambriolages effectifs !
toujours dans la manipulation des chiffres ces pourris!

Tigra33

J’ai été cambriolé en janvier 2011 alors que j’étais au travail. Des jeunes malgaches qui étaient déjà connus des gendarmes et qui avaient fui le 44 pour venir dans le 33 passer les fêtes de Noël. Ils ont été arrêtés, interrogés mais jamais condamnés. Moi par contre tous mes bijoux ont disparu je suis tombée en dépression et j’ai perdu mon emploi….je ne dormais plus..j’ai perdu ce jour la confiance en la justice.

Georges S

L’auteur de l’article qui vit en Virginie n’a pas vraiment fait de recherches sur les Etats democrate comme le maryland, massachusetts illinois qui sont litteralement des guns free zone c’est a dire endroits ou les citoyens honnetes ne peuvent pas acheter d’armes de defense cachee ou meme d’armes de defense de la maison. C’est Etats avec des majorite politiques de gauche (democrates) sont dans la meme situation que la france. La californie fait de tres grands efforts pour rejoindre les 3 autres. Pour rappel chicago est une ville ou il est quasiment impossible d’acheter une arme :LEGALE et c’est aussi la ville ou il y a le plus de crime. Autre rappel, chicago ancien territoire obamesque

reuri

Tout à fait d’accord. Ayant des connaissances qui vivent dans une ville (Portland) tenue par des démocrates, cela devient un shithole multiculturel.
Un autre patelin à gauchiasses :
http://www.plotstation.com.br/wp/2019/08/18/los-angeles-is-a-shithole/

Le « rêve américain » finit là où commence le cosmopolitisme.

moi meme

rêve américain tu m m’étonnes pays fait sur un génocide par des voyous bandit criminel de tt l Europe le gens un grand remplacement en quelque sorte

Jacques CHASSAING

à Georges S

L’auteur (Philippe Lacoude) fournit aussi moult tableaux et statistiques qui vont dans ce sens mais ne peut mobiliser tout le sommaire de Contrepoints.

Puisque vous avez apparemment des informations, n’hésitez pas à rédiger un article sur RL.

patphil

en france les lois sont manifestement faites pour les malhonnêtes gens! et les juges ne se privent pas de les faire passer par les mailles trop petites du filet (voyez aussi le chauffeur du bataclan)

Georges S

Quel est le dernier politicien honnete que vous avez rencontre???

kabout

qu’ils osent venir chez moi DE JOUR comme DE NUIT me cambrioler….la sanction sera pareil pour ces voleurs,agresseurs,violeurs….pan !

necas

En Amsud , ça ne pardonne pas ! Le cambrio a intérêt à être sûr de lui , car ; rafale assurée par le propriétaire des lieux , et affaire classée en justice , en faveur du proprio de ces lieux !

Franck

L’article  » la criminologie , une branche de l’économie  » publié le 21 août 2019 par le site  » Contrepoints , le nivellement par le haut  » est à lire et à diffuser . Il éclaire le problème de la peine de mort qui doit être rétablie et surtout mise en pratique , car lors de sa funeste suppression en 1981 , elle était supprimée de fait , ce qui semblait donner raison à Badinter sur son inefficacité . De nombreuses victimes ont perdu la vie du fait de sa suppression – notamment les 4 jeunes filles du Pas-de-Calais violées et massacrées par 2 assassins récidivistes .

Le Blob

Les frères Jourdain.