En hommage à Samira et à ses deux yeux arrachés par Mohamed, pour refus d’un rapport sexuel

En hommage à Samira

En ces temps troublés où l’Islam montre de plus en plus en France son visage hideux, je voulais rendre hommage à Samira dont je porte le drame dans  les zones profondes de ma mémoire.

Vaucluse 2003 : Mohamed désirait avoir une dernière relation sexuelle avec son épouse qui faisait ses bagages. Mais Samira s’y refusait. Ne supportant pas d’entendre qu’elle entretient une relation avec un autre homme, il monte sur le dos de sa femme et lui arrache les deux yeux . Lors de son procès Mohamed dira qu’il n’a jamais réellement pu expliquer son geste.

http://www.defrancisation.com/elle-refuse-une-relation-sexuelle-mohamed-lui-arrache-les-yeux/

En effet, ce qu’il s’est bien gardé de proclamer, c’est qu’un verset du Coran donne tout pouvoir à l’homme sur sa femme, qui ne peut rien lui refuser, notamment dans le domaine sexuel.

« Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles » (Coran Sourate 4 verset 34 )

Dans la loi islamique, la soumission des femmes aux hommes légitime les châtiments corporels (Cf propos tenus par Tarik Ramadan lors d’une conférence sur « Islam et Spiritualité » à Ollioules en mai 2005).

Sur une échelle Richter de la souffrance qui va de 1 à 7, Samira, dont l’un des nerfs optique a été arraché en même temps que l’œil, a atteint le niveau 6, soit 1000 fois la douleur que l’on éprouverait lors de l’arrachage d’une dent à vif .

Quand les pompiers sont arrivés, devant le spectacle atroce d’une femme dont les yeux avaient été extirpés de leur cavité et que l’une des paupières pendait en lambeaux,  l’un d’entre eux s’est trouvé mal.

Huineng

image_pdf
0
0