1

En islam, Alexandre le Grand est considéré comme un Envoyé d’Allah

Pourquoi, certains mahométans et notamment en Occident, donnent-ils des prénoms à leurs rejetons masculins tel qu’Alexandre, Alexander ou bien Skander ? Eh bien ! La réponse se trouve dans le coran et la sunna.
Le plus bel exemple de cette pratique apparemment assez répandue en France, c’est Alexandre Benalla, l’ex-chargé de mission à la sécurité de Jupiter.
Car selon le coran et la sunna, Alexandre le Grand (Doul-Qarnayn) est perçu comme un prophète d’Allah.
Dans l’imaginaire ésotérique musulman, Doul-Qarnayn est une figure qui est considérée comme un prophète, un saint, un ange, un ami de Dieu (habib Allah).
Certains érudits émettent aussi l’hypothèse qu’il s’agit d’un ancien dieu de la fertilité en Mésopotamie qui aurait été intégré dans l’islam mais qui est farouchement combattue par la doxa islamique.
Beaucoup de choses ont été écrites sur Alexandre le Grand en terre d’islam où il est admiré parce qu’il est cité plusieurs fois dans le coran et les hadiths.
En effet, le coran le considère comme un sauveur des croyants (sourate 18 versets, 94, 95, 96 et 97).
D’après les exégètes musulmans, après avoir conquis le monde, Alexandre le Grand rencontra un peuple de croyants qui avait peur des gens des ténèbres (les djinns malfaisants) appelés Yājūj et Majüij (Gog et Magog), cités dans le livre du prophète Ezéchiel dans l’ancien testament ou Tanakh selon la tradition hébraïque mais aussi dans l’Apocalypse de Jean (les évangiles). Ces croyants lui demandèrent de les protéger des attaques de Gog et Magog, il construisit alors un barrage à l’aide de cuivre fondu. Ainsi le peuple des ténèbres fut incapable d’escalader ce barrage et encore moins de l’ébrécher. Et ces croyants lui furent reconnaissants du travail titanesque qu’il avait accompli.
A ce sujet, il faut lire le livre ayant pour titre : ‘dictionnaire élémentaire de l’islam’ de l’historien-islamologue algérien Tahar Gaïd.
Pour comprendre l’importance de Doul-Qornayn en islam, il faut aussi s’intéresser aux versets 83 à 110 de la sourate 18 (la caverne-Al-Kaf).
Certains érudits musulmans ont écrit que ce barrage en cuivre se situerait dans les montagnes du Caucase, d’autres dans l’Himalaya.
Selon les textes islamiques, cette digue de protection céderait à la fin des temps.
Mais qui est-il ce Doul-Qarnayn (double-cornes) ?
Le mot qorn signifie en arabe corne mais aussi les limites du monde.
Doul-Qarnayan est le nom que le coran donne à Alexandre le Grand qui a réuni les deux extrémités de l’Occident et de l’Orient. Ce fut la première fois dans l’histoire humaine que l’Occident et l’Orient formèrent un seul royaume.
Selon l’imam Tabari (839-926 d’origine perse), Mahomet a dit à des ‘gens du Livre ‘ (comprendre Juifs, Chrétiens ou Sabéens) venus l’interroger sur Doul-Qarnayn que : « C’était un jeune homme qui est venu et a construit une ville en Egypte, appelée Alexandrie ».
Toujours selon Tabari, un homme du nom d’Ibn Al-Kawa’a a interrogé Ali Ibn Abi Taleb (gendre et cousin de Mahomet mais aussi le quatrième calife bien guidé) sur l’origine de Doul-Qarnayn, qui lui a répondu que : « Il est un serviteur qui aima Allah et qu’Allah aima. Il demanda conseil à Allah et Allah le conseilla. Il ordonna aux gens de craindre Allah, ils l’ont frappé sur sa corne et l’ont tué. Puis Allah le ressuscita, ils l’ont frappé sur son autre corne et il mourut. C’est de là que vient son nom de Doul-Qarnayn ».
Quant à l’imam Al Qortoby ( 1214-1273 d’origine andalouse), il a écrit dans son exégèse que Doul-Qarnayn est un prophète a qui, Allah a permis de conquérir le monde. Et ce qui concerne son nom, il a été dit qu’il est Alexandre, un roi grec macédonien.
Le roi Darius se retournerait dans sa tombe en apprenant qu’Alexandre le Grand, son vainqueur est élevé au rang de prophète d’Allah par les musulmans et notamment les perses, ses sujets. Quel triste sort que celui de Darius, le roi des rois. Quant à Roxane, sa fille, l’épouse d’Alexandre le Grand, elle serait sûrement enchantée d’apprendre cette reconnaissance due à son mari même à titre posthume.
Ainsi l’islamisation de la France avance au pas de charge par la ruse, par le djihad et surtout par l’endormissement des Français qui sont devenus au fil du temps, pour la plupart d’entre eux, de vrais bisounours intoxiqués par la bien-pensance.
Alors quand le réveil ?
Savent-ils au moins que là où l’islam passe, la vie trépasse ? Quant à l’histoire, c’est une autre question qui est loin d’avoir livré tous ses secrets…

hamdane ammar