En la sifflant, les féministes dégénérées ont donné raison à Élisabeth Lévy

Publié le 19 septembre 2018 - par - 10 commentaires - 1 181 vues
Share

Il faut bien que Marlène Schiappa s’occupe. Quand elle ne nous pond pas des lois imbéciles contre le harcèlement de rue (visant seulement les Gaulois, et pas les principaux harceleurs de la diversité), quand elle ne joue pas sur scène dans Les Monologues du vagin, quand elle n’écrit pas trois livres à l’année, en faisant faire la promo par les services du ministère (en toute impunité), et quand elle ne court pas d’un plateau à l’autre, que lui reste-t-il à faire ? Bien sûr, organiser une Université d’été du féminisme. Et inviter Élisabeth Lévy et Raphaël Enthoven, sachant que la première, bête noire des féministes, allait faire hurler tout le monde.

Élisabeth avait d’autant plus chauffé la salle qu’elle avait qualifié les féministes, quelques jours auparavant, de « stalino-féministes », qu’elle s’était fritée comme elle sait le faire avec une de nos grandes « amies », Nadia Daam, et qu’elle s’était aussi prise de bec avec une dégénérée, Dora Moutot, qu’elle avait qualifiée d’excitée du clito, et qui demande à toutes les femmes si elles ont joui.

Stalino-féminisme: la cause des femmes en danger

Bien évidemment, connaissant les primaires qui forment les derniers bataillons des groupes féministes, il ne fallait pas s’attendre à beaucoup de subtilité et, naturellement, ces imbéciles ont sifflé Élisabeth qui s’est fort bien défendue (on sent qu’elle aime la bagarre) et a rendu coup pour coup. En huant la fondatrice de Causeur, elles n’ont fait que lui donner raison.

Il y a pourtant longtemps que l’on sait que celles qui parlent au nom du féminisme ne représentent plus rien. Dans les années 1980, quand les luttes féministes ont abouti à l’essentiel, toutes les femmes « normales » (je sais, je vais faire hurler) ont choisi d’avoir des enfants et de les élever, ou de travailler, et ont laissé la mouvance féministe aux gaucho-lesbiennes incarnées par Maya Surduts. J’ai assisté à des réunions de la secte, dans les années 2000, c’était grandiose. J’étais la seule hétéro du groupe. Maya était la grande prêtresse et les rapports de violence et de haine entre elles étaient impressionnants. Mais c’était la femelle dominante qui, en leur faisant son grand numéro habituel, fait d’insultes, d’intimidations, de hurlements et d’offensives de charme, finissait toujours par ramener l’ordre.

Naturellement, ces tarées gauchos n’ont jamais mené de combat contre le voile et n’ont jamais demandé des places de crèches en nombre plus important, aucune n’avait de gosse. Aucune n’a bougé ses fesses quand les femmes ont commencé à être de plus en plus fréquemment violées avec la venue des migrants et autres clandestins qui n’ont pas tout à fait les mêmes codes avec les femmes que les Européens. Hors de question, pour ces mégères, de faire le jeu de « l’extrême droite ». Elles continuent donc à se dire féministes, à affirmer qu’elles sont pour la libre venue d’immigrés majoritairement africains et à dire qu’elles défendent les femmes, pourtant de plus en plus en danger à cause de l’immigration. Cela s’appelle de la schizophrénie.

Maya Surduts disparue, il leur reste Fourest, et son histoire d’amour transi avec la cheftaine des Femen, Autain et De Haas, qui se font connaître en médiatisant leur viol, et Schiappa qui n’a que le mot « pipe » à la bouche, sans parler des nouvelles délatrices (avec un D) professionnelles de MeToo ou Balance ton porc…

Elles ont passé leur vie à déviriliser les mâles européens et maintenant elles pleurnichent qu’elles n’ont plus de vrais mecs à se mettre sous la dent et en sont réduites à chasser dans l’exotisme ou à devenir lesbiennes.

Je l’avoue, la seule qui a toujours trouvé grâce à mes yeux, c’est Anne Zelensky, parce qu’elle a un courage que n’auront pas ces lâches qui préfèrent se vautrer dans le féministiquement correct que de défendre réellement la cause des femmes.

Bref, qu’Élisabeth Lévy continue à leur dire leurs quatre vérités et elle rencontrera mon soutien bienveillant.

Martine Chapouton

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
DUFAITREZ

Quel courage d’aller dans ce « coupe gorge » (profonde et sans soutien……)
Islamisme ? Ennemi extérieur !
Féminisme ? Ennemi intérieur !
On les aura tout les deux !

ishub

Excellent article ; j’aime le cadrage des féministes avec leur abus et qui sont HS…

didile

Les féministes se sont fourrées toutes seules dans un cercle vicieux .Elles ont raconté aux hommes que la politesse envers une femme ,autrefois appelée galanterie ,était dégradant pour la femme parce qu’elles l’interprétaient comme une condescendance envers un être inférieur et fragile.A partir de là ,elles n’ont plus eu affaire qu’à des goujats ,donc des êtres haïssables qu’elles ont enjoint aux autres femmes de détester .
Rassurez -vous messieurs ,elles n’ont pas complètement réussi.

Moustique Rouge

Concernant les féministes et pour la plupart leur légendaire laideur, elles ne seront pas déçues quand la France aura achevé de devenir un pays poubelle sous domination islamique, car tel est le statut de chaque pays envahi par l’islam.

Dupond

Les brouteuses de gazon sont en ébullition¨!!! elles n’aiment pas les hommes ,elles n’aiment pas les gosses et crient VIVE LE GOD (grand orient de france mdr)

De Profundis Macronibus

Seule une vraie femme comme Elisabeth Lévy peut se prétendre réellement féministe…

Paskal

La défense et illustration de la prostitution est quand même un combat douteux.

Brise-Lame

C’est toujours un plaisir de vous lire. Et naturellement on ne peut que constater avec vous que le mouvement dit « féministe » n’est qu’une des facettes du crétinisme gauchiste. Les prétendues féministes n’ont pas vocation à délivrer un message universaliste: leur ennemi unique c’est l’homme blanc occidental. Elles ne protesteront jamais contre la culture « machiste » du monde musulman. Pour elle, le tiers-mondisme est plus important que le féminisme qui n’est qu’un prétexte.

ann

Rejoindre la discussion..absolument d’accord,,, aussi les francaises/francais parlent beaucoup et ne font rien,. Apres parler ,il faut agir et la « plus personne « . Les emigrants agissent ils violent ,tuent,volent tout les jour en france . Les francais sont anti action , meme pas un boycott ! ,la paresse profonde….

Dupond

ann
J’ai assisté dernierement a une rouste que filait un boukak a une petite française (elle se ramassait des bonnes gifles) ….j’ai voulu faire le numéro des flics pour le calmer (commissariat a 500m) bien m’en a pris de ne pas le faire car le lendemain elle etait avec lui a s’embrasser a pleine gueule !!!
Je prefere donner sur ma modeste retraite aux identitaires qui ont des couilles que lever le petit doigt pour des abrutis