Mai 1978 : la Légion sautait sur Kolwezi…

Publié le 19 mai 2018 - par - 41 commentaires - 2 117 vues
Share

 

 

Il y a 40 ans, le 20 mai 1978, la Légion étrangère ajoutait une nouvelle page de gloire à la longue liste de ses hauts faits d’armes.

La renommée de ce corps d’élite n’est plus à faire. Et même le prestigieux corps des Marines américains a reconnu “qu’aucune autre force combattante au monde ne totalise autant de hauts faits d’armes que la légendaire Légion étrangère.”

La Légion regroupe plus de 140 nationalités et chaque année, ce sont plus de 10 000 jeunes étrangers qui se portent volontaires pour servir la France, en espérant porter un jour le célèbre képi blanc.

Quant aux majors de Saint-Cyr, la tradition veut qu’ils choisissent la Légion à leur sortie d’école.

En mai 1978, le 2è régiment étranger de parachutistes, les prestigieux bérets verts du 2è REP, sautait sur la ville de Kolwezi, au Zaïre (ex-Congo Belge), pour sauver des centaines d’Occidentaux et d’Africains, pris en otages et massacrés par les rebelles katangais venus d’Angola (encadrés de conseillers cubains et est-allemands). Car nous sommes encore en pleine guerre froide.

Un livre de Pierre Sergent et un film de Raoul Coutard seront tirés de cette opération menée à bien par la crème de l’armée française.

La plupart des otages occidentaux sont des employés belges et français de la société minière qui exploite le cuivre et le cobalt de la région.

Cette opération de sauvetage, décidée dans l’urgence par Valéry Giscard d’Estaing, connut un retentissement mondial et se traduisit par une explosion des demandes d’engagement dans la Légion, auprès de toutes les ambassades de France à travers le monde.

Le Figaro nous rappelle les péripéties de cette opération emblématique, qui connut de nombreux rebondissements politiques et aussi de nombreuses complications sur le terrain, au cours desquellesle système “D” et l’extrême professionnalisme de nos légionnaires firent merveille.

Passons sur les tractations politiques entre la Belgique et la France qui traînent en longueur alors que les massacres des 2500 Européens pris au piège se poursuivent. Finalement, Giscard tranche dans le vif :

Ce sera le 2è REP et la France agira seule, compte tenu des tergiversations de la Belgique.

Faute de gros cargos militaires, UTA et Air-France sont réquisitionnés pour transporter les légionnaires, commandés par le colonel Erulin, de Calvi à Kinshasa.

Un Galaxie américain transporte le matériel.

Le colonel Erulin manque de cartes précises. Les parachutes américains ne sont pas adaptés aux gaines françaises que les paras doivent larguer avant de toucher le sol. Mais un légionnaire, ça se démerde et ça rafistole au mieux.

Des avions largueurs sont en panne. Finalement ce sont 4 C130 zaïrois et 1 Transall français qui décollent de Kinshasa vers Kolwezi située à 1300 km de la capitale.

On a embarqué le médecin chef et l’aumônier du régiment.

“C’était le bordel”, nous dit le colonel Coevoet (capitaine à l’époque).

“Il y avait des tirs qui venaient du sol. le pilote du premier avion n’était pas dans l’axe de la zone de saut, et il a fallu que le Transall donne le cap : l’effet de surprise était déjà un peu entamé”.

La lumière rouge s’allume, suivie du voyant vert et de la sonnerie du largage. Les compagnies sautent.

Le largage est bordélique. A peine la moitié des légionnaires atterrit sur la zone de saut. Des légionnaires restent accrochés dans les arbres ou aux immenses termitières qui parsèment la zone de saut.

Mais les légionnaires se ressaisissent et l’effet de surprise a quand même joué.
Chaque compagnie fonce sur son objectif.

L’odeur des cadavres en putréfaction est partout. Les légionnaires découvrent plusieurs charniers. Il est clair que les otages ont vécu des scènes d’épouvante, livrés à la barbarie des rebelles katangais. On fouille chaque maison.

Mais en entendant “Armée française, Légion étrangère”, les survivants sortent de leurs cachettes, où ils se terrent depuis des jours.

Tous se jettent dans les bras de leurs sauveteurs en remerciant la France.

Les combats font rage, mais face aux légionnaires les rebelles ne font pas le poids. A la fin de la journée le 2è REP est maitre du centre de Kolwezi.

Il faudra plusieurs jours de combat pour nettoyer la périphérie.

Les paras belges, arrivés en renfort, évacuent les otages.

Trois semaines plus tard, le 2è REP rembarque, mission accomplie.

La majorité des 2500 otages occidentaux est saine et sauve.

250 rebelles tués. De nombreuses armes récupérées et la rébellion en déroute.

Mais 700 Africains et 170 otages européens auront été massacrés avant l’arrivée des légionnaires.

Je me souviens que Mitterrand, éternel opposant, n’avait rien trouvé de mieux que d’exiger un débat parlementaire avant d’envoyer nos soldats au Zaïre !

Mais face au succès retentissant de l’opération “Bonite”, appelée aussi “Léopard”, il reconnut son erreur.

Hélas, le 2è REP perdit 5 hommes au cours de cette mission de sauvetage.

Un faible bilan compte tenu des risques de cette opération aéroportée exécutée dans l’urgence avec des moyens limités, sans renseignements précis et sans appuis extérieurs.

Mais un bilan toujours trop lourd pour des hommes soudés par une camaraderie et un esprit de corps hors du commun.

Comme le dit le journaliste Adrien Jaulmes, le succès de cette opération n’est pas un hasard.

“Le 2è REP été engagé au complet, en unité constituée, machine de guerre bien huilée où tout le monde se connaît et a l’habitude de manœuvrer ensemble”.

Le général Puga, ex-chef d’état-major particulier des présidents Sarkozy et Hollande, qui était lieutenant à l’époque, ajoute :

“ .…Nous pensions que nous allions subir beaucoup de pertes, mais nous étions aussi certains de réussir”.

Et je termine en laissant la parole au général Bruno Dary, qui lui aussi participa à cette formidable opération de sauvetage.

“Je me souviendrai également longtemps du regard des légionnaires dans l’avion qui nous conduisait au saut. Il en disait long sur la confiance réciproque qui nous animait, sur la fierté de partir enfin en opérations, et de la plus belle manière qui soit, par un saut opérationnel, et sur notre fraternité d’armes, que traduisait si bien l’un de nos chants de traditions :

“Là-bas, les ennemis t’attendent ! Sois fier ! Nous allons au combat !”

Tout est dit. Et tant que la France aura au sein son armée des hommes de cette trempe, elle survivra à tous les périls. Saluons leur courage et leur esprit de sacrifice.

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Donate

Au mois de mai 1978 j’étais le commandant de l’escadron de protection de la base aérienne 126 de Solenzara et à ce titre, j’ai assisté au départ du 2eme REP de cette base.Je connaissais le capitaine Coevoet puisque j’avais eu l’honneur d’effectuer un stage de parachutisme à Pau en vue du brevet. C’était en 1971 et ce stage était commandé par le sous lieutenant Coevoet.Je portais moi même ce grade et je peux affirmer que cet officier était remarquable par son comportement humain et professionnel.Je l’ai donc revu à Solenzara avant son embarquement très fier d’aller combattre même s’il était… lire la suite

Stratediplo

Eh oui, déjà quarante ans qu’on a pris conscience, dans l’urgence, de la nécessité d’une capacité de transport militaire à long rayon d’action, et du danger de dépendre en la matière du bon vouloir d’un pays tiers…

Stratediplo

Certes. N’oublions pas cependant que le même président qui a institué l’éradication des Français in utero pour obtenir dès 1975 un taux de renouvellement négatif de la population justifiant l’immigration de peuplement, faisait former avant et après 1978 dans les écoles militaires françaises des officiers communistes angolais qui, en effet, soutenaient le Katanga.

Pierre Lesincère

Mitterrand était une franche crapule, une ordure.

Décidément, il n’y a que les Français pour élire une pareille saloperie, comme Président.

Vive la monarchie, car c’est la stabilité et la droiture : un Roi n’a pas à mentir pour être élu !

TOUS vos présidents ont été des ordures. La république, c’est la merde au pouvoir, grâce à la connerie de l’électeur et surtout, de celui qui ne vote pas, ce fainéant irresponsable !

Michel

Oui, la raiepublique, ce n’est que de la merde. Et ça ne peut pas être autre chose que de la merde parce que ça s’appuie sur la démocrassie, système qui par essence ne peut produire que la confusion, la gabégie, l’impuissance et au final le chaos et la ruine. Cinq raiepubliques, autant d’échecs ! Au bout de deux siècles de raiepublique, tous les bénéfices difficilement gagnés au terme de dix siècles de monarchie anihilés ! Au tout de deux siècles, un pays à l’histoire bi-millénaire sur le point de disparaître ! Soit la France reviendra à la monarchie, soit elle… lire la suite

oustel

Nous sommes bien d’accord.

antécumé

Qui se souvient de Mimsy Farmer ?
Moi!
Je me trouvais à Kourou lors du tournage du film.
Nous préparions le premier vol de qualification Ariane.
Au bar du restaurant où je prenais mes repas, le Pim Poum, je me suis trouvé à prendre un verre juste à côté d’elle, nous avons échangé quelques mots, en anglais, of course.
Je prends le pari qu’elle ne se souvient pas de moi.
Moi si!

Pierre Lesincère

Merci Jacques, j’en ai encore les larmes aux yeux…

crap2sp

J’ai sur le dossier de mon fauteuil,un parkat,ayant appartenu a l’un de mes frères,ayant sauté a Kolwesi,le meme blouson avec son drapeau francais sur la manche gauche,de forces francaise au Liban,puis l’intervention a Loyada,pour sauver les enfants.ce vetement me suit partout,depuis 1988.tres bel heritage,du REP,et 13eme DBLE.Jai vecu quasiment les meme choses,de l’Afrique de l’est,a l’ouest.guerres civiles et prises d’otages,la mdr.ce frère est dcd,d’un cancer general,suite a une exposition aux radiations de Mururoa.qu’ils gardaient tous avec fierte.voila comment finissent nos heros.après tant d’aventures,de cuites dans les bouges de Djibouti.ou tous 2 avions echapper a la mort,a une heure pret,assis au… lire la suite

ORIONm88

Salut crap2sp,ORION ,ça te dit quelque chose?crap de 75/83 j ai perdu une jambe le 23/10/83 aéroport Beyrouth
Je suis un ex IP où IS c est selon

JILL

Cruel destin du colonel Erulin ;il est mort quelques années après d’une rupture d’anévrisme .Cet officier supérieur était appelé aux plus hautes fonctions ;ce fût une grande perte pour l’armée .

Claude

Et pour la France

dufaitrez

Le… Figaro précisait que l’opération fut montée en 48 heures..De Calvi à Kolwesi….
Autorisation de l’ONU ?? MDR!! Droits de l’Homme ? MDR !! L’Action !!
C’est bien ce qui nous manque maintenant ! Merci Giscard !

NADJAZA

Merci Monsieur Guillemain,j’ai eu la chance de connaître ces évènements et les acteurs dont vous rappelez les noms glorieux qui s’étaient,avec le temps, un peu estompés dans notre mémoire. Gloire au 2°REP,à ses chefs,ses combattats valeureux.Et vive la Légion Etrangère!

Yves ESSYLU

J’ai toujours soupçonné Mitterand d’avoir fait assassiner Ph.ERULIN par ses barbouzes

Pierre Lesincère

Mitterrand était une franche crapule, une ordure.

Décidément, il n’y a que les Français pour élire une pareille saloperie, comme Président.

Vive la monarchie, car c’est la stabilité et la droiture : un Roi n’a pas à mentir pour être élu !

TOUS vos présidents ont été des ordures. La république, c’est la merde au pouvoir, grâce à la connerie de l’électeur et surtout, de celui qui ne vote pas, ce fainéant irresponsable !

Pr Sheldon Cooper

Vu que Philippe Erulin est mort en 1979 je ne vois pas bien comment il aurait pu faire

Yves Essylu

le 26 09 79 Mitterand etait en pleine preparation de son accession au trône et je maintiens mon commentaire car il avait une trouille irraisonnée des freres Erulin

Pr Sheldon Cooper

Peur de quoi ?

UN GAULOIS

Pour être un peu chauvin, ne pas oublier que quelques paras du 13ème RDP ont aussi sauté sur Kolwezi.

JILL

Saluons Giscard qui en cette occasion eu ce que je pense où je pense pour prendre la bonne décision …dommage que lui non plus ne soit pas resté dans l’axe .

Robert Le Priellec

Les bonimenteurs et marchands d’illusions socialistes ont eu raison de Giscard en 1981.

gillic

Depuis 78, le statut des légionnaires a bien changé !! Il est le même que celui de l’ armée régulière et idem pour la discipline !!! Et je le tiens d’ un copain toujours en activité qui était mon radio à l’ époque de Kolwezi où j’ étais moi même chef de groupe !!!

Paskal

Il fallait quand même tenir le coup. A l’époque, les suicides n’étaient pas exceptionnels.

Krisztian

100% vrai

saintongeais

En 2018 la Légion étrangère n’est plus ce qu’elle était… aujourd’hui elle sert d’entrée en France de clandestins…

Krisztian

Exactement! Et depuis bien plus longtemps que 2018! Bien plus!!

roux

LES CAPITALISTES QUI PILLENT LES RICHESSES DE L AFRIQUE SONT PROTEGES PAR LES CHIENS DE GARDE DE L ARMEE FRANCAISE

Paskal

L’Afrique a été surexploitée par les trafiquants d’esclaves, pas tous européens loin de là. Aujourd’hui, Américains et Chinois sont sur les rangs. Les uns et les autres n’auraient rien pu faire sans la complicité d’Africains.

Simon

Puga ,Dary …..où êtes vous aujourd’hui?

ADLER

En tant que chef de détachement Gendarmerie, il y a 20 ans, je me trouvais en CORSE. Je me suis rendu au 2° REP pour un contact avec le Chef de Corps. J’ai également côtoyé les légionnaires au camp, dans un Transal pour des sauts de chûteurs. DES HOMMES EXCEPTIONNELS. Ce qui m’a marqué, c’est leur abnégation, leur discipline, leur courage, leur respect de la hiérarchie, de l’uniforme, et du drapeau. Je ne pourrais pas oublié. Maintenant le drapeau est souillé par des racailles, des sales individus et nos espèces de dirigeants ferment les yeux. UNE HONTE.
Messieurs,…………………RESPECT.

Mordicus

Une page d’histoire dont la France et sa Légion Étrangère peuvent être particulièrement fiers… Je vous conseille vivement le DVD « La légion saute sur Kolwesi » !
(Breveté Para n° 272100)

ADLER

DVD visionné. Excellent.

guillemain

lire : « Le 2è REP a été engagé au complet….. »

ADLER

Est-ce un livre. Je ne le trouve pas sur internet. Si c’est le cas, avez vous les références . Merci.

patito

depuis cette décision d’envoyer la légion j’ai pardonné à Giscard toutes ses erreurs un peu comme une sorte d’indulgence plénière

StrikeBack

C’était il y a 40 ans, l’esprit de défense soudé par le binôme Armée-Nation était réel, en particulier parmi les cadres de réserve que j’ai eu l’honneur de servir. Depuis qu’en reste-t-il ? Le 9 mai 2018, j’ai regardé avec admiration notre ennemi d’hier avec ses 13000 soldats, 159 véhicules de combats et 75 aéronefs défiler sur la Place Rouge ; en tête la garde d’honneur du Rgt Preobrazhensky marchant au pas Kremlin au son de Guerre sacrée, suivi par la revue du gl. Sergueï Choigou, ministre de la défense qui en franchissant la tour Nikolskaïa, surmontée d’une icone, s’est… lire la suite

Michel

La Russie a son histoire devant elle. Nous, nous l’avons derrière nous.

Pr Sheldon Cooper

« ¡Pero estos no son hombres, son demonios! »