1

En nous imposant le masque, ils nous mettent en danger

Le Covid est un virus fabriqué par l’homme. Le gouvernement nous impose de porter le masque toute la journée ; allez sur Wikipédia voir le dioxyde de carbone (CO2) dit le gaz carbonique. J’ai appris, lors de mes examens pour devenir pompier et ensuite pour monter en grade, la carboxyhémoglobine, qui est nocif alors que l’oxyhémoglobine est l’inverse. Vous allez vivre en respirant ce gaz. J’ai relevé un extrait des conséquences.

Copier/coller. À partir d’une certaine concentration dans l’air, ce gaz s’avère dangereux voire mortel à cause du risque d’asphyxie ou d’acidose, bien que le CO2 ne soit pas chimiquement toxique. La valeur limite d’exposition est de 3 % sur une durée de quinze minutes 57. Cette valeur ne doit jamais être dépassée. Au-delà, les effets sur la santé sont d’autant plus graves que la teneur en CO2 augmente. Ainsi, à 2 % de CO2 dans l’air, l’amplitude respiratoire augmente. À 4 %, la fréquence respiratoire s’accélère. À 10 %, peuvent apparaître des troubles visuels, des tremblements et des sueurs. À 15 %, c’est la perte de connaissance brutale. À 25 %, un arrêt respiratoire entraîne le décès. L’inhalation de dioxyde de carbone concentré entraîne un blocage de la ventilation, parfois décrit comme une violente sensation d’étranglement, un souffle coupé, une détresse respiratoire ou encore une oppression thoracique, pouvant rapidement mener au décès si l’exposition est prolongée.

Des études signalent selon l’ANSES « des concentrations associées à des effets sanitaires intrinsèques du CO2 (seuil à environ 10 000 ppm correspondant à l’apparition d’une acidose respiratoire (baisse du pH sanguin), premier effet critique du CO2) ». Une acidose respiratoire peut survenir dès 1 % (10 000 ppm) de CO2 dans l’air, s’il est respiré durant trente minutes ou plus par un adulte en bonne santé avec une charge physique modérée, et probablement plus tôt chez des individus vulnérables ou sensibles. Ces taux « sont supérieurs aux valeurs limites réglementaire et/ou normative de qualité du renouvellement d’air en France et au niveau international, qui varient usuellement entre 1 000 et 1 500 ppm de CO2 ». Une petite étude expérimentale (ayant concerné 22 adultes) a conclu à un effet du CO2 sur la psychomotricité et la fonction intellectuelle (prise de décision, résolution de problèmes) dès de

1 000 ppm (étude de Satish et al., 2012), mais cette étude doit être confirmée par des travaux ayant une puissance statistique plus élevée 58. L’ANSES note qu’il y a finalement peu d’études épidémiologiques sur ce gaz commun, dont sur d’éventuels effets CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques) 58.

Georges Hespel