En pactisant avec les dictatures islamiques le CIO a mis les athlètes musulmans en danger de mort

Publié le 20 août 2012 - par - 830 vues

Dans mon dernier coup de colère, (1) je mettais en évidence que la normalisation, par les instances sportives internationales, de ce que je baptisais le « tchador sportif » et les tenues islamiques était une décision grave  ne pouvant, à long terme, qu’avoir des conséquences défavorables aux sportives. Je ne pensais pas que l’histoire me donnerait raison aussi vite et que les choses deviendraient  rapidement aussi graves. A Londres la Tunisie vient d’obtenir des  médailles olympiques. Une en argent de Habiba Ghribi au 3000 mètres steeple (première médaille féminine tunisienne aux JO),  et 2 en natation avec Oussama Mellouli dont la médaille d’or aux 10 km. Ce devrait être une grande fierté, une grande fête pour ce petit pays d’avoir deux champions, qui par leur travail, leurs efforts, leurs qualités, ont porté aussi haut les couleurs de leur pays… Tout le pays devrait exploser de joie…. Sauf que des voix  du pouvoir politico-religieux, s’élèvent dans le pays, on frôle l’absurde, le ridicule. Que demandent les plus radicaux ? Rien moins que la déchéance de la nationalité tunisienne pour ces deux grands sportifs.

La décision du CIO d’accepter le hidjab et les tenues islamiques a mis en ligne de mire dans le viseur des islamistes les sportives musulmanes, on les scrute, on les regarde à la loupe, et s’il le faut on appuiera sur la gâchette. Est-ce leur effort qui compte, leur exploit qu’on encourage ? Pas du tout… Cette jeune femme a été vilipendée, taxée de « diabolique et immorale ». Elle aurait fait honte à son pays et aux femmes musulmanes à cause de son short. Maintenant les dés sont lancés, la machine infernale est en marche, dans le monde entier, et on voit mal comment revenir en arrière. Comment les sportives maliennes, afghanes ou autres,  vont-elles faire face aux groupes islamistes ?

En renonçant à ses fondements et à l’article 50 de la charte olympique(2), le CIO a fait entrer une religion (et quelle religion !) sur les stades olympiques. Ainsi l’islam   impose sa loi dans le Sport. Le CIO a nui aux musulmanes du monde entier, mais aussi aux athlètes hommes, car les islamistes vont vouloir les utiliser, eux aussi, et en faire des exemples. Oussama Mellouli a bu après son épreuve sur le10 km de natation, enfer  et damnation ! Le groupe Ansar al-Sharia, basé à Kairouan, a qualifié Mellouli « d’hérétique infidèle » pour avoir rompu le jeûne. “Nous n’avons pas besoin de ta médaille, qui fait de nous la risée de la nation islamique”, ont écrit les extrémistes. En représailles, le groupe militant islamique a appelé au meurtre du médaillé d’or olympique :”Tu nous fais honte et ta mort est désormais un devoir de la sharia, parce que nous n’acceptons pas l’humiliation”, a dit Ansar al-Sharia (dépêche AFP). On voit là le côté de plus en plus « big brother » de l’islam pour qui la pratique du ramadan devient un rite  contrôlé de manière stalinienne, dont on sanctionne, parfois violemment, ceux qui s’y dérobent ou s’y opposent jusque dans notre pays. (4)

Les laïcs tunisiens resteront-ils fermement mobilisés auprès de leurs deux athlètes comme ils semblent l’être pour défendre le statut des femmes, qu’ on veut transformer  d’égales des hommes( 3) en complémentaires des hommes ( ce qui n’est pas du tout la même chose) ? Souhaitons-le mais nous avons là un beau gâchis d’avoir permis de faire des sportifs  des cibles potentielles pour les radicaux…. Le sport un enjeu de propagande islamique ? Il ne nous manquait plus que cela ! Les groupes islamistes qui sèment la terreur un peu partout dans le monde doivent s’en frotter les mains ! Face au fanatisme religieux et à la renaissance de ce qu’il faut bien nommer l’ inquisition  la vigilance est de mise. Les décisions des (ir)responsables internationaux dans le domaine du Sport et leur allégeance aux puissances du Golfe se révèlent  criminelles. Les méfaits de ces renoncements nous rappellent singulièrement l’affaire  Salman Rushdie ((5) chapeau Messieurs!

Chantal Crabère 

(1) Cautionner le tchador sportif ? Ancienne prof d’EPS j’ai honte de la 

(2) L’article rappelle que les participants ne doivent arborer aucun signe  politique ou religieux dans les enceintes des JO.

(3) Il y a eu une belle manifestation le 13 août à Tunis.

(4) A ce propos,  que font, en France, nos élus à  cautionner  tout cela en allant rompre le jeûne avec les religieux de l’islam ? Iront-ils à Pâques partager l’Eucharistie et le pain béni avec les catholiques et tourner les moulins à prière avec les bouddhistes?  On est dans le grand n’importe quoi et plus du tout dans une République laïque. On pouvait attendre autre chose du  gouvernement  de gauche, finalement, sur ce plan là, il se comporte exactement  comme celui   d’avant !

(5) Auteur des « Versets sataniques », victime d’une fatwa des années durant. On encourageait les musulmans à sa mise à mort partout dans le monde.  Que faire quand une religion sème la terreur à ce point  ? S’opposer, résister, dire NON et surtout ne pas céder aux exigences des plus radicaux ni leur dérouler le tapis rouge sur les stades ! 

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi