En pleine pandémie, les ayatollahs ont forcé les gosses à fêter la révolution

Publié le 9 avril 2020 - par - 8 commentaires - 959 vues

« Toutes les personnes qui se révoltent contre le système, il faut leur couper une jambe et un bras ».

Le 14 novembre 2019, le peuple iranien se réveille et apprend qu’en une nuit le prix de l’essence a été multiplié par 3. Les gens descendent dans les rues, c’est une émeute, mais nous ne sommes pas en France.

Durant dix jours les Iraniens sont massacrés et Internet coupé afin que les nouvelles ne circulent plus.

Entre 1 500 et 5 000 tués.

Rien qu’à Ahvaz, une ville du sud, plus d’un millier d’enfants et d’adolescents furent arrêtés et on comptabilise au moins 7 000 arrestations dans 28 départements.

Des armes de guerre et des tanks ont été utilisés. Ils ont tiré sur les manifestants, mais le « régime » a affirmé que c’était « les ennemis de la révolution » qui avaient assassiné.

Les blessés par balles se cachent avec leurs blessures. Ils ne peuvent pas se rendre dans les hôpitaux où ils seront appréhendés.

« Le régime islamique et son empire, fondés dans le sang, ne se maintiennent que par le sang » (Souvenez-vous de la sentence de Montesquieu : « un régime fondé par les armes ne se maintiendra que par les armes »).

Le 8 janvier 2020, le régime iranien abat, à l’aide de deux missiles, un avion de ligne, 5 minutes après son décollage de Téhéran : 179 passagers tués, dont 147 Iraniens. Les traces de l’écrasement au sol sont effacées et pendant trois jours le régime ment, accusant les États-Unis (Titre du plus grand quotidien d’Iran « Keihan » (Le Monde).

Les cérémonies, pour les disparus de ce crime, ont été interdites.

La mère d’Amir Saïd Nia, l’une des victimes, a menacé de s’immoler par le feu devant le ministère. Sa sœur a été arrêtée et menacée d’être violée (a-t-elle informé dans une vidéo).

Quel État digne de ce nom ferait exploser sur son propre territoire son propre avion pour se venger d’un autre État ?

Le régime iranien a dépensé des milliards pour soutenir Assad, en Syrie et versé au « Hamas » palestinien contre Israël et au Yémen contre l’Arabie saoudite.

Ce régime islamiste vend tout ce qu’il possède dans l’objectif unique de détruire Israël.

L’organe militaire et terroriste des « mollahs », les « Pasdaran », veulent à tout prix avoir accès aux armes nucléaires, on se demande bien pourquoi !

Ils emprisonnent ou exécutent tous les défenseurs des droits humains, des droits des femmes, des enfants, afin de propager leur idéologie terroriste.

Et malgré tous ces constats, la France et l’Union européenne réclamaient la fin du boycott imposé par les USA.

Des pays comme le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas et la Suède, ne respectent ouvertement pas ce boycott.

Combien de dizaines de milliers d’Iraniens devront périr avant que les Européens comprennent qu’ils soutiennent un régime criminel et terroriste ?

Et voilà que le « Covid-19 » s’invite en Iran dans la première quinzaine de janvier. Mais, en Iran, il n’est pas arrivé totalement par hasard.

Alors que l’épidémie était connue en Chine, le régime des « mollahs » a autorisé 1 200 « apprentis mollahs », des « Talabah » ou « Taliban », à rendre visite à leurs familles, en Chine, puis à revenir à Qom.

Selon le président de l’université de médecine de Mashhad, le virus a été importé par ce biais (cette information a été supprimée immédiatement par le régime.)

Alors que tous les pays du monde avaient stoppé le commerce aérien avec la Chine, la compagnie aérienne « Mahan », appartenant aux « Pasdaran » effectuait 52 vols internes en Chine.

Dans une propagande télévisée, le régime affirmait que la vie était tout à fait normale à Qom, alors que les hôpitaux étaient pleins de malades et de cadavres. Le corps médical épuisé et démuni de moyens avertissait la population des dangers du « Covid-19 », le ministre de la Santé démentait, affirmant qu’il s’agissait de « rumeurs » propagées par les Occidentaux afin d’empêcher les élections de se dérouler normalement.

La population a réclamé la quarantaine mais les « mollahs » ont refusé, prétextant que cela serait une mesure du Moyen Âge, et, en très peu de temps, le virus s’est propagé dans tout le pays.

Les images satellites montraient qu’à Qom on creusait la nuit des fosses communes pour enterrer les morts par milliers et cela était confirmé par les habitants de Qom.

Alors que les médecins avertissaient du danger sur les réseaux sociaux.

En Iran, les patients doivent payer pour être soignés, alors que 70 % de la population, soit environ 50 millions, vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

Des dizaines de médecins et d’infirmières sont morts et le corps médical est obligé de déclarer ces morts par infarctus, comme cause principale.

Les mollahs confisquent tous les portables.

En février, durant 10 jours, les écoliers et le peuple ont été obligés de participer à la « fête anniversaire de la victoire de la révolution islamique », en pleine pandémie, et les élections sans aucune mesure de protection. Ce qui explique la participation ridicule des votants.

L’Iran n’acceptera l’aide des Occidentaux seulement si le blocus est levé, peu importe le nombre de morts (les médecins iraniens annoncent plus de 3 millions de décès si la quarantaine n’est pas appliquée dans tout le pays).

Manuel Gomez

(Source : un correspondant iranien, Ana Pak, envoyé le 28.03.2020)

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Dugenou

L’Iran a obligé ses gosses à fêter la révolution en dépit de la pandémie. Chez nous nous avions les municipales.

patphil

allons allons, l’iran des mollah a déjà accepté les envois de matériel médical de la france et acceptera même quelques vaccins (même israéliens seulement pour la nomenklatura, évidemment)

hurzi

“plus de 3 millions de décès…” inch allah

Liberté

J’ai visualisé un documentaire sur le Shah d’Iran, il s’exprimait avec un Français remarquable.
Il a quitté son pays aux commandes de son propre avion un Boeing 707
Je vois bien un ayatollah faire la même chose !
Comment la France pays soi-disant démocratique a t’il pu accueillir cette pourriture de Khomeiny.
Reza Chah Pahlavi inspirait la modernité, avec lui les extrémistes religieux ne faisaient pas long feux.
Le peuple iranien souffrait peut-être de cette monarchie certes, mais ils ont fait le choix d’installer une vieillerie islamique qui a plongé le pays dans une guerre de 8 ans avec l’Irak résultat 1 millions de morts, et la ruine qui va avec !
Aujourd’hui il faudrait venir au secours de ce pays avec à la tête un régime criminel qui applique la peine de mort à tour de bras

James

“L’Iran n’acceptera l’aide des Occidentaux seulement si le blocus est levé, peu importe le nombre de morts”

Bah tant mieux, pourquoi voudrions nous qu’ils “acceptent” notre aide ? On s’en sortira déjà pas nous même, qu’ils crèvent, ça fera toujours de la vermine musulmerde en moins sur la planète !

Monique

Sauf que tout les musulmerde ne sont pas à mettre dans le même sac . Beaucoup se battent aujourd’hui pour défier le régime démoniaque putride islamique au péril de leur propre vie .Vous seriez étonnez de savoir le nombre d ´Iraniens qui rejettent ce dogme de merde qu ´est cette immonde islam.

Marc

Les iraniens sont d’abord des perses.

wika

Je partage votre avis, James.
Les Iraniens ont plébiscité il y a 40 ans le retour à un gouvernement qui les a plongés dans l’horreur religieuse et la régression, alors qu’il étaient un pays laïque et tourné vers l’avenir
Les aider pour assurer un avenir commercial avec eux, pourquoi pas, mais il faudrait d’abord que nous soyons nous-mêmes capables d’aider, alors que nous manquons de tout et que nous donnons 1,2 milliards aux Africains.

Lire Aussi