En poursuivant Christine Tasin, le procureur s’est mis du côté de l’occupant

Je reviens sur le texte de l’avocat du CCIF dans l’affaire du jugement pour apologie du terrorisme contre madame Christine Tasin.

Selon cet avocat, madame Tasin comprendrait l’acte terroriste sans nécessairement l’approuver, mais sa conception invasive de la présence de plus en plus immodérée des musulmans dans notre pays la conduirait à approuver leur disparition.

Il y aurait alors un rapport direct entre le constat de l’invasion musulmane et des actes terroristes que son militantisme appellerait en retour.

Le rapport direct n’est pourtant pas démontré.

Vouloir faire disparaître, ce n’est pas nécessairement appeler à des actes terroristes violents.

Un magicien fait disparaître sans violence par exemple.

Il pourrait s’agir aussi de faire migrer tous les musulmans de manière ordonnée, le pacte de Marrakech n’est à ce jour pas attaqué devant les juridictions pour apologie du terrorisme, que je sache.

De même, lutter contre une invasion ne conduit pas nécessairement au terrorisme, on peut bien constater que sa cuisine est envahie de cafards sans pour autant verser dans la pose de bombes ou le mitraillage.

On se borne à glyphosater par souci hygiénique sans haine particulière, ce souci de santé publique relève alors de la prophylaxie et non du terrorisme.

Or ce qui vaut pour la surface d’une cuisine vaut pour un pays entier, la prophylaxie devenant consubstantielle à l’encyclique des droits de l‘Homme quand la santé publique d’une nation est en jeu.

De même, une société patriarcale ne verserait pas forcément dans le terrorisme en cas d’invasion du pays par des nuées de nymphettes blondes, suédoises ou slaves, par exemple. Ici les brunes se croiront fondées à y aller de leur couplet sur la discrimination, mais les goûts et les couleurs vous savez…

Et si la France était envahie de fées bien intentionnées, on peut prendre le pari qu’aucune de ces affaires d’islamophobie putative n’existerait.

Pour faire bref, ce qui horripile dans l’invasion musulmane, ce n’est pas tant l’invasion que le musulman.

Sa nature profonde.

Sa haine des Français athées, chrétiens, juifs, protestants, et les autres libres de penser et de dire.

D’ailleurs si la putative islamophobie ne touche que le musulman, on est obligé de s’interroger pour savoir si ce dernier n’y est pas pour quelque chose.

Les Français ne manifestent pas de phobie particulière envers les Témoins de Jéhovah, les bouddhistes, les hindouistes, les Lao-tseuistes, les confucistes, les Inuits ou les juifs par exemple.

C’est bien un commencement de preuve que le musulman seul a quelque chose à y voir, qu’il est le seul coupable de ce qui lui arrive, que c’est lui qui crée de l’islamophobie en somme.

Un dernier argument ? Mettez un chiite face à un sunnite et faites-les débattre de théologie ; l’islamophobie de l’un égalera l’islamophobie de l’autre, et c’est bien la démonstration que seul le musulman est islamophobe et n’a pas besoin d’un non musulman pour manifester sa haine.

Curieusement ça n’interpelle jamais les magistrats français qui, confondant la cause avec les effets, ont développé une nouvelle manie déviante qui consiste à traîner devant la justice la victime plutôt que le coupable : c’est le musulman qui crée l’islamophobie, et c’est le non musulman, victime des agissements pathologiques du Sarrasin, qui doit en rendre compte.

D’ailleurs il n’y a pas qu’en France que le musulman crée de l’islamophobie, c’est internationalement qu’il se rend insupportable.

Élargissons l’espace géographique pour mieux examiner les solutions qui ont été apportées dans une tentative finale de résolution du problème des agissements islamophobes malsains du musulman.

En Chine on le rééduque, c’est donc qu’il n’est pas dans les clous du bien-vivre ensemble.

En Birmanie, il s’est fait littéralement chasser, c’est donc qu’il était devenu totalement insupportable.

En Inde , on vient d‘apprendre qu’on ne lui donnera plus la nationalité du pays, c’est donc que le musulman est désormais, après une expérience malheureuse sans doute, considéré comme non assimilable.

Il n’y a que les crétins politiciens européens pour obliger leurs peuples à supporter l’insupportable, et il est probable que cela finira mal.

En France, le politicien est devenu d’ailleurs un abonné au délit d’anti-constitutionnalité.

En effet, notre Constitution n’a jamais disposé que le citoyen doit se soumettre à l’insupportable et aux interdit religieux.

Or les politiciens français, par aveuglement, ignorance, appât du gain ou autre motif tel que la connerie pure qui ne semble pas être le moins plausible, ont conduit le pays à la soumission à de véritables interdits religieux de fait.

On va jusqu’à ne plus proposer le porc dans les cantines, on supprime le mobilier rouge dans les espaces publics, on admet que des médecins hommes ne puissent plus ausculter une musulmane et vice versa, on laisse s’établir les espaces différenciés hommes/espaces femmes, on autorise les prières de rues qui sont autant d’interdits au droit fondamental à circuler librement, etc.

La France, pays de laïcité, est devenue le pays des interdits religieux à cause de ses politiciens au pouvoir depuis 40 ans qui se sont convertis à l’idéologie misérabiliste de l’abrutissement généralisé de l’Union européenne.

Enfin, dans cette affaire, l’avocat du CCIF et le procureur qui a requis retiennent la qualification d’actes terroristes.

Ils oublient que le terroriste pour l’un est un résistant pour un autre.

Des juges et des procureurs ont commis la même erreur d’appréciation de 1940 à 1944 en France.

On doit donc admettre qu’en qualifiant ainsi, l’avocat du CCIF et le procureur se sont mis du côté de l’occupant.

Si le procureur avait plaidé la relaxe au motif d’actes de résistance, il se serait mis du côté des futurs libérateurs.

Mais ils ont choisi l’acte terroriste au lieu de l’acte de résistance, avec les risques judiciaires que cela implique en cas de victoire des forces antimusulmanes.

Car il devient clair que les positions resteront toujours irréconciliables et que le conflit ne pourra se résoudre que par une victoire militaire d’un camp sur l’autre.

Alors résumons, que reste-t-il de l’acte d’accusation contre madame Tasin ?

D’avoir voulu jouer les magiciennes en empruntant le chemin ouvert par le président de la République qui, en signant le pacte de Marrakech, a écarté toutes grandes, de ses petits bras noueux, les eaux de la mer Rouge pour une migration ordonnée des musulmans hors de France pour les faire disparaître ?

Mais dans quel pays a-t-on déjà vu des magiciens mis en examen pour avoir donné à rêver aux enfants émerveillés sous les chapiteaux des cirques ?

Texte critiqué :

« Aujourd’hui Christine Tasin, directrice de publication du site Résistance Républicaine, s’est défendue en invoquant la liberté d’expression, et en disant qu’elle est dans la compréhension de l’acte terroriste, et non dans l’approbation de cet acte. Sauf qu’on sait, et Mme Tasin l’assume, qu’elle conçoit la présence musulmane en France comme une invasion ; et elle le répète dans son texte. Les mosquées, les femmes qui portent le foulard, etc. doivent, pour elle, disparaître complètement de notre pays.

Donc invoquer le style littéraire pour se cacher derrière une idéologie meurtrière, comme elle l’a fait également suite aux attentats de Christchurch, c’est valider l’idée qu’il doit exister une guerre civile en France contre les musulmans. Ses textes, comme ceux des auteurs et polémistes qu’elle soutient, sont des armes idéologiques pour ceux qui veulent « prendre les choses en main » et lancer des offensives physiques contre les personnes de confession musulmane.

C’est en cela qu’elle fait l’apologie du terrorisme, ce qu’a retenu le procureur, qui a requis à l’encontre de Christine Tasin 6 mois d’emprisonnement (dont 4 mois ferme) et 5 000 € d’amende.

Le délibéré sera rendu le 4 février 2020. »

Jean d’Acre

image_pdfimage_print

15 Commentaires

  1. Il faut préciser que la Justice française s’est rarement vantée d’avoir collaboré avec le régime de vichy, voir même excusée, ce qu’a fait très justement remarquer le docteur petiot lors de son procès, rappelant à ses juges qu’ils étaient là sous Petain.

    • La racaille judiciaire n’a jamais honte de rien : c’est ce qui fait sa grande force. Il suffit de voir les déguisements de pingouins ridicules dont elle s’affuble.

  2. Il faudrait donner le nom du procureur, que l’on puisse le poursuivre pour intelligence avec l’ennemi.

  3. C’est clairement un procès d’intention car le message de Christine est justement d’expliquer qu’à force de se sentir submergés, certains déséquilibrés perdant le contrôle de leurs nerfs peuvent se retrouver amenés à commettre des actes irréparables, ce qui revient en soi plutôt à appeler à mettre fin à l’accroissement du ratio de musulman et à la multiplication de leurs manifestations communautaires. C’est donc en soi plutôt un appel à la sagesse, entendue dans le sens de son point de vue, plutôt qu’à la violence. Cette rhétorique de plaidoirie me paraît simple à établir et à développer car il suffit simplement de ramener l’évidence sur la table et de balayer comme nul et non avenu l’objet même de la plainte, qui est perfide et biaise, comme toujours, et il suffit seulement de le montrer.

  4. la liberté d’expression c’est uniquement pour les « progressistes », point barre!
    les zélites le disent, les juges l’appliquent, les crs la matraquent mais les réfractaires osent encore ne pas vouloir se taire!
    gaulois, n’oubliez pas d’aller voter

  5. La justice n’est pas indépendante. Elle est à la solde du gouvernement qui ouvre grand les portes aux immigrés en contrepartie de négociations financières juteuses.

  6. elle est plus redoutable que tous les rappeurs pleins d’amour
    plus dangereuse, plus démoniaque, indigne d’avoir la liberté d’expression
    qu’on autorise à certains « jeunes »
    plus de Christine, plus de plaies au cou en France, c’est pourtant évident.

  7. Dommage pour le juge, il devra s’expliquer après la Reconquista !
    Il plaidera sa bonne foi mais ses actes plaideront contre lui et il sera châtié comme traitre à la nation et collaborateur de l’ennemi génocidaire donc, traité comme tel !

  8. Il faudrait aussi ajouter pour sa défense qu’elle est contre l’islam politique étrangère contre à nos valeurs car c’est bien lui qui nous envahit.

  9. J’aime assez quand les procureurs disent qu’ils savent mieux que ce qu’ils poursuivent, ce qu’ils pensent ! C’est ce qu’on appelle la politique de la pensée qui ne peut être qu’unique : vous « comprenez » ===> C’est que vous « approuvez », c’est que « vous le voulez », c’est que « vous incitez », c’est que « vous êtes complice » et donc
    QUE VOUS ÊTES COUPABLE

  10. Voilà un vrai témoignage, les juges ont ridiculisé la vieille peau, qui au procès n’a assumé aucun de ces textes écrits ici.
    Pourtant l’Islam pousse à la compassion donc le CCIF dans ça bonne islamité à proposer à tasin de simple excuse au lieu de continuer le procès, ce qu’elle a refusé.
    Mais bon continuer, nous on vous frappera la ou ça fait mal … au portefeuille.
    Preparer les cheques les kouffar.
    https://www.youtube.com/watch?v=IziOMACZBbM
    ps:Je sais que je vais me faire insulter de tous les noms par des vermines qui n’auront même pas vu la vidéo …

  11. Y aura t il assez de lampadaires dans nos villes pour y pendre haut et court 90% de nos juges ? ! …

Les commentaires sont fermés.