En s’opposant à un défilé militaire, Macron refuse d’honorer mon grand-père

Publié le 25 octobre 2018 - par - 64 commentaires - 2 679 vues
Share

Pour le centenaire  de la fin de la Première Guerre mondiale, caporal Macron a décidé de laisser pourrir tous ces soldats morts dans les tranchées de façon à ne pas froisser la jupe revancharde de Merkel. Il n’y aura pas de défilé militaire avec en tête quelques figurants habillés de ce bleu azur pour rappeler le départ de milliers de paysans et d’ouvriers, la fleur au fusil, sur le front de l’est.

Mais depuis des lustres, le 11 novembre passe pour le jour de la victoire du Bien sur le Mal. Et pour cette gloire éphémère, des millions de Français et d’Allemands ont été sacrifiés sur les champs de bataille. Pour une dispute de deux trous du cul, officiellement à la tête de chacun de leur pays, ce fut un carnage qui prépara une autre vengeance tout aussi exécrable que la première.

Je tiens à rendre hommage à cet homme qui fut embarqué dans une aventure qui le perturba très vite comme ce fut le cas de millions d’autres soldats français.

Mon grand-père François Ernest Honoré (le dernier prénom, comme c’était la mode, était son prénom courant) a fait les 4 ans de la Grande Guerre et en est revenu sans une égratignure.

Après deux périodes d’activité en octobre 1899 puis en mars 1902 où il quittait pour la première fois son village natal en train pour des séjours à Belfort au 44e Régiment d’Infanterie, il est libéré et placé dans les réserves le 1er octobre 1906.

Il reprend alors son métier de tourneur sur buis, fabricant des pièces de jeux d’échecs : pions, tours, cavaliers, fous, reines et rois, toute la panoplie humaine. À ce moment-là l’actualité était à la paix pour encore récupérer de la guerre de 1870, ce qui donnait à l’Europe une période de presque 50 ans sans hostilités.

Lorsque les déclarations de guerre sont lancées entre l’Autriche, la Serbie, la France, la Russie et l’Allemagne, en août 1914, ce fut un branle-bas de combat jusque dans les coins reculés de France. À Chancia, petit village jurassien au confluent de la Bienne et de l’Ain, mon grand-père sembla comme beaucoup d’ouvriers et de cultivateurs, totalement dépassé. Né le 12 mai 1872, il avait alors 42 ans, déjà un âge avancé pour l’époque. Mais il reçut son ordre de «  mobilisation » comme rappelé au service de la France, le 20 novembre 1914 pour être intégré au 6e Régiment de Génie situé à Angers (Maine-et-Loire). Il est alors mobilisé (bon pour le service) le 22 novembre 1914, équipé et expédié vers Mézières sous les ordre du colonel Bernard.

Là commence son terrible parcours de soldat de seconde puis de première classe : c’est la campagne de la Marne pour arrêter l’avancée des Allemands. Son régiment recule jusqu’à la Marne et prend position dans des tranchées pour arrêter l’offensive des «  Boches ». Puis en octobre 1915, il part en train à Ypres pour la terrible bataille. Le 6 novembre, un obus tombe sur les lignes françaises pas loin du soldat Jeantet, faisant plusieurs morts.

En 1916, il se retrouve près du village d’Esnes, au Chemin des Dames face à Verdun. Il survit au massacre comme sapeur chargé de couper les barbelés pour ouvrir des voies pour des attaques insensées. Autour de lui sont tués et blessés ses frères de la guerre. Lui s’en sort sans une blessure.

En auto, il est conduit en Champagne pour la dernière phase de la guerre. Il en ressort vivant. Son régiment reçoit le ruban de la Croix de Guerre avec palmes. Il gardera longtemps ses décorations dans une boite cachée dans une armoire. Il ne la sortit selon mes souvenirs qu’une fois pour les montrer à ses petits-enfants dont je faisais partie.

Ce fut peut-être la seule fois où il parla d’un terrible moment de la guerre quand il a été choisi comme tireur d’élite pour un peloton d’exécution : il devait fusiller un mutiné.  C’était en 1917.

Mais sa vie au front a toujours eu énormément de mal à extirper des souvenirs de mon grand-père car il refusait de parler de ce qu’il considérait comme un honteux massacre.

D’ailleurs, il n’a JAMAIS voulu participer à aucune cérémonie et ce jour-là, il s’enfermait dans son atelier à tailler des pièces d’échecs : pions (dont il a fait partie en 14/18), fous (ses officiers et généraux qui les envoyaient à la boucherie), reines et rois, ceux de là-haut comme le Kaiser et Clemenceau.

Sur le monument aux morts de son village dans le Jura, son nom n’y est pas puisqu’il en est revenu vivant. Mais ses amis d’enfance avec qui il faisait des tours pendables sont là, gravés dans le granit comme des débiles qui ont cru à la grandeur de la France. Mon aïeul n’y a jamais souscrit. Mais lorsque son village fut brûlé par les Allemands le 13 juillet 1944, un coin si retiré qui se croyait à l’abri d’une telle destruction, il souffrit plus que sur les champs de bataille de 14/18 puisque cette horrible guerre n’avait servi à rien. Ses copains étaient morts pour rien et il en avait la rage au ventre.

Il redescendit de la montagne où s’étaient réfugiés les habitants de Chancia, prévenus par les maquisards qu’ils allaient tendre une embuscade à un régiment d’Allemands en route vers le nord, pour constater les dégâts. Sa maison en bord de rivière avait été la première visée avec une bombe incendiaire. Plus rien ne restait : la traction de mon père faisait 15 centimètres de hauteur, les cuillères avaient fondu, les papiers brûlés et ses décorations et souvenirs de la guerre de 14 disparus.

La ville de Dortan à quelques kilomètres subit le même sort et devint une ville martyre.

Jamais ce brave poilu n’avait cru que son combat et la mort de millions de soldats se termineraient par un carnage dans sa vallée et la destruction de trois villages, un par soldat allemand tué dans l’embuscade.

Et à partir de ce jour-là, pour le sapeur Honoré Jeantet, la folie des hommes avait éliminé de sa mémoire toute trace de la guerre de 14-18. Il était devenu amnésique quant à la gloire artificielle et honteuse de cette victoire. Pour lui et certainement pour des milliers d’autres Poilus, ce n’était pas une victoire dont il fallait être fier mais une horrible boucherie déclenchée par l’ambition et l’égoïsme de quelques royautés et chefs d’État.

Pourtant il faut aller au-delà de l’amertume de mon grand-père : il avait fait son devoir et s’était porté sans hésitation au devant de l’ennemi. S’il en était revenu vivant, il en était resté très marqué par le sacrifice de tous les soldats qu’il avait fréquentés et suivis dans les tranchées et qu’il avait vu s’écrouler, touché au front ou en plein cœur d’une balle de mitrailleuse. Aucune ne portait son nom et il en était encore tout retourné, d’après ma grand-mère et ma mère (elle avait en 1918, 14 ans) d’avoir ainsi échappé à ce terrible sort. Il respectait les morts sans ostentation et gardait au fond de sa poitrine les cris, le claquements des armes et l’explosion des obus. Ce fut un long travail d’obus que je pus observer surtout après la destruction de sa maison en 1944 dans un coin du Jura où la paix durait depuis des siècles. Là explosa sa rancœur et je pus le constater à l’âge de dix ans lorsqu’il s’enfermait dans son atelier à travailler sur son tour.

Face à l’interdiction d’un défilé militaire pour commémorer ce sacrifice, mon grand-père aurait connu sa troisième désillusion avec les dirigeants de la France : en 1914, envoyer au front des soldats habillés de bleu puis les pousser hors des tranchées pour des massacres insensés, en 1944 ( trente ans plus tard) des « Boches » brûlant son village et maintenant un coup de pied de Macron aux morts pour rien du tout d’après lui car il cédait devant l’Allemagne.

Le patriotisme est un gros mot pour lui dont le rêve et le projet politique est de faire sombrer, une fois pour toutes, la France dans l’anonymat de l’Europe, transformant notre patrie en simple parcelle régionale de l’Ouest de l’Europe dont il prendrait les rênes.

Alors malgré mon «  pacifisme », je dis merci à mon grand-père d’être parti fièrement comme Français au front pour défendre notre pays.

André Girod

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Saintpol

Cette date anniversaire mettant fin à cet horrible massacre ne regarde pas le pantin qui se prétend  » président  » des Francais c’est une honte ! ! ! Son attitude ridicule et ses discours stériles feront tâche une fois de plus sur notre nation …Ses dernières déclarations fustigeant les populistes et les nationalistes prouvent à quel point il hait la France et les Français ! ! ! Dans ces conditions sa présence à cette cérémonie est une infamie ….

Natou

Quel bel article André et merci car c’est votre grand père et moi mon arrière grand père alors OUI je suis comme vous scandalisée !!!!
Ce Macron est à # gerber# dans tout ce qu’il fait !!!!
Toute sa clique idem !!!!
Dehors !!!

denis

Mon grand-père maternel a été enrôlé en 1914 sous l’uniforme feldgrau et mon grand-père paternel,à la même époque, sous l’uniforme bleu horizon.Je mesure donc toute l’ineptie de cette guerre fratricide.Il faut honorer les soldats des 2 camps .Ils ont tous souffert et n’avaient d’autre choix que d’obéir.Mais que peut,ou veut, comprendre un macron ou une merkel ,ces mondialo-capitalistes apatrides,à cette histoire?

jeannot

Le kaiser manchot guillaume 2 responsable de tous nos malheurs, est mort paisiblement dans sont lit. Il a engendré indirectement tous les salopards qui ont prospéré jusqu’à aujourd’hui et qui s’acharnent à détruire la France et l’Europe

André Léo

Un peu simpliste, non?
les US auraient hâté leur hégémonie mondiale, sans la guerre…et encore. Ils se sont mêlés à la bataille en 1917, après qu’un sous marin allemand eut coulé un de leur paquebots. Et la Révolution russe de 1917, du pipi de chat? . Et la capitulation allemande était une nécessité pour les Krupp et autres patrons. Parce qu’après cette saignée formidable dans les classes ouvrières, ça n’avait pas suffit et Rosa Luxembourg et Karl Liebnech réorganisaient les prolos dans les spartakistes. L’allemagne avait besoin de liquider elle même son propre peuple et Rosa Luxembourg fut assassinée. La dictature qui suivit a préparé hitler et le nazisme. Non, vraiment le kaiser n’a pas « foutu la bistrouille » tout seul.

barbot

Bien sur que non, et,à certains moments,on aurait tres bien pu s’entendre avec l’Allemagne.Mais il y a eu les tireurs de ficelles que tout le monde connait et qui ont gagné dans ce sanglant massacre beaucoup d’argent.
rappelons au passage les 27000 soldats français TUES dans les ardennes belges le 27Aout1914 (5 fois plus qu’à waterloo !!!)
Joffre était un criinel totalement ignorant de son métier de sratège et Clemenceaau un fou furieux qui a refusé une paix raisonnable pour détruire l’Autriche catholique.
Merci à eux pour la suite (que j’ai vécue en direct).

guimauve

il est temps de salir la mémoire de cette immonde ordure de clémenceau, franc mac,laicard et anticatholique ! on voit aujourd’hui le résultat avec l’islamisation et le grand remplacement

William CHOPIN

Mon grand père maternel, allemand d’origine, Ancien de la Légion étrangère, retraité de cette institution en 1912, devenu Français, participera naturellement cette guerre fratricide, je trouve inadmissible qu’un freluquet qui n’a même pas été soldat, soit le chef des Armée.

barbot

Tellementt vrai !!!!!

CHAVET

mon grand père est né a CHANCIA il a été blessé à VERDUN. Egalement tourneur sur bois à DORTAN. Ils se sont certainement connus. Mon père maquisard a très activement participé aux combats de la région. Ce 11 novembre du centenaire « baillonné » par l’enfant roi immature n’ayant jamais connu le service militaire qui est censé nous gouverner ne doit pas rester ignoré de nous .Que les cloches sonnent.

andre Girod

Les Chavet sont les cousins des Jeantet et je voyais pendant les vacances les Chavet qui travaillaient à la petite usine de Chancia. J’en parle dans plusieurs de mes livres.Est-ce la famille du Gustave ?

CHAVET Bernard

non la famille de Henri CHAVET devenu patron après avoir été ouvrier tourneur de l’usine de jeux d’echec du meme nom. decédé en 1966.
mon pere Raymond resistant (maquis du haut jura ) decédé l’année dernière à l’age de 99 ans.J’aimerai avoir les titres de vos livres afin de les commander si possible encore.

andre Girod

mon grand-père, le samedi après avoir trié ses pièces au cours de soirées très conviviales auxquelles je participais, les blancs d’un côté, les tachés de l’autre pour les noirs, apportaient sur une charrette les sacs à un Chavet à Dortan ( 6 kilomètres) et je me souviens blotti sur le chariot le matin à écouter les grosses chaussures sur la chaussée.
Livre:  » Copeaux de mon enfance » qui n’est plus en librairie. Je peux en envoyer une copie. Autre livre  » Flammes du père inconnu » qui raconte mon enfance dans le Jura ( Amazon ou FNAC)

CHAVET

CHAVETHENRI de DORTAN c’est bien lui. il y a bien eu un Francis CHAVET de CHANCIA qui travaillait à l’usine et une LILI CHAVET de CHANCIA (décédee en 2017). J’ai moi aussi trié les pièces pendant mes vacances scolaires.Je pense que vu la taille des villages nous sommes tous cousins.Je vais aller sur AMAZON commander tout ce que je peux.
Cordialement
Bernard CHAVET
10RUE DU 21 JUILLET 44
DORTAN

andré Girod

je vous envoie une copie de  » Copeaux de mon enfance » et j’aurai le plaisir d’écrire Dortan sur l’enveloppe

andré Girod

Je me souviens très bien du Francis qui habitait à deux maisons de celle de mon grand-père: il partait travailler à Dortan en vélo. Il était vieux garçon et n’aimait pas les gamins que nous étions car on se moquait de sa démarche, grand et un peu bancal!!!!!

CHAVET

Francis dit « Edouard » travaillait chez nous a Dortan nous l’agacions aussi. il nous poursuivait avec des orties pour nous « caresser » les fesses et nous apprendre à vivre, sous l’œil amusé de mon grand père. Sa maman couturière nous retaillait nos pantalons et nos chemises.
c’était le bon temps.C’est étonnant de se trouver par l’intermédiaire de RL.
bchavet@sfr.fr

andré Girod

Sa mère, je me souviens, était appelée  » La Tilly »

andre Girod

Je connais les Chavet de Chancia en particulier le Gustave votre père a dû comme le sien être dans la résistance

Allobroge

Sans doute Macron considère-t-il qu’honorer nos « Poilus » c »‘est faire preuve de « nationalisme » , ce qu’il combat car ignare en Histoire il ne peut pas concevoir qu’on soit capable de combattre et mourir pour sa patrie. La sienne de patrie c’est le fric qui pourrit tout !.A mon avis il confond patriotisme et nationalisme et pour un picard ça n’est pas à son honneur. Il aurait du aller plus souvent sur les champs de bataille autour d’Amiens plutôt que de courir la « gueuse » de son lycée !

barbot

Belle réponse à ce petit con. Il faudrait lui apprendre ce qu’est un fusil:c’est un engin qui peut servir à fusiller les communards mais aussi les employés de banque au service de l’ennemi.

Allobroge

Avaient ils de la haine ceux de 14 ? Non ! Ils combattaient pour la France car le patriotisme on le leur avait appris !Par ailleurs l’immense majorité était paysanne et attachée charnellement à sa terre, la terre de France et cette majorité ne concevait pas de la laisser aux mains de l’envahisseur.Devant l’effroyable carnage, je n’ai pas souvenir que mon grand père ait conçu quelque haine à l’encontre des « poilus » allemands. Ils souffraient de la même façon d’un côté comme de l’autre au nom de leur patrie.Ces commémorations ne veulent pas vanter telle ou telle gloire, mais commémorer le sacrifice de tous, bleus horizon ou verts de gris morts pour une cause qui les dépassait.Mais surtout commémorer la victoire sur la mort et la vie qui continue et si nous vivons nous aujourd’hui dans l’opulence nous la leur devons aussi à eux, qui « reposent » dans les grands cimetières disséminés un peu partout et en particulier en France pour la Grande Guerre !. Ne pas honorer comme il se doit nos chers « poilus » est une ignominie de plus mais il est vrai que les dits poilus ont du commettre quelques crimes contre l’humanité, eux aussi !

barbot

Le mieux aurait été de fleurir tous les cimetières militaires du nord-est, français et allemands.Il ne s’y trouve que des braves qui ont tous beaucoup souffert pour RIEN;
Ou alors, imiter le peuple russe qui défile derrière les photos du »Regiment immortel ».

patphil

la mode c’est de célébrer les défaites et d’ignorer les victoires
la mode c’est de fouler au pieds nos traditions et de célébrer celles des autres
la mode c’esr de réécrire l’histoire pour démontrer que la france et les français n’existent pas
hollande faisaient courir des djeunes sur les tombes des poilus, celui ci va encore plus loin! quelle honte! j’espère que les petits enfants de ce président iront cracher sur sa tombe!

Une patriote

Mon arrière grand père parti pour 4 ans de guerre à l’âge de 37 ans en revint sourd car il était canonnier. Il n’a jamais parlé des horreurs qu’il avait vu, mais était extrêmement fière d’être porte drapeau et d’être médaillé ! AUJOURD’HUI JE SUIS SUR QU’IL AURAIT HONTE QUE LA FRANCE SOIT REPRESENTER PAR UN TYPE COMME MACRON ET QUE CE DERNIER OSE VENIR SE PROCLAMER  » CHEF DES ARMEES  » ALORS QU’IL EST VENDU AUX PLUS OFFRANTS POUR BRADER NOTRE PAYS !

eric delaitre

Pareil pour mon grand père. Verdun.Il en est revenu vivant, un peu amoché à cause des barbelés, mais entier. Tous ceux de nous qui ont une photo de leur grand père, arrière grand père devraient en envoyer une copie à E Macron, écrire au président n’ a pas besoin d’affranchissement, phot ou pas d’allers, un nom sur une feuille ferait l’affaire.

Une patriote

JAMAIS, je ne voudrais surtout pas que la photo de mon grand père soit touché par cet avorton qui a refusé de faire son service et ne veut pas rendre hommage A DE VRAIS HOMMES !

Une patriote

( arrière grand père )

barbot

BRAVO!!!!!

Jill.r

Mon grand-père en est revenu, mais est mort en 1924 des suites de la guerre. Ma grand-mère était considérée comme veuve de guerre et
percevrait la pension qui s’y rapportait.
Sur le monument au morts de mon village breton
qui comptait environ 1500 habitants il y a 80
noms, dont trois de mes grand-oncles;pas une
famille qui n’ait Été touchée.
Et on va mégoter pour rendre hommage à ces
soldats qui sont morts pour quoi en fait ?
Et si ils revenaient aujourd’hui pour voir dans quel état ces salauds de politicards ont mis la France ils sauraient sur qui tirer.

ura ue tahe de plus sur sa conscience, s'il en a u

Bel hommage à son grand père, nous les vieux, ce 11 novembre nous l’honorons toujours. Et ce monsieur, que certains ont élu, aura une tache de plus sur sa conscience, s’il en a une.

Canada

Jusqu’ou macron doit il aller pour que la france se reveille? Et nous savons qu’il ira encore plus loin! On a encore rien vu!

Kader Oussel

C’est une revendication d’autant plus émouvante sous la plume d’André Girod que lui-même a pensé bon d’éviter de participer à la guerre d’Algérie. Il s’en est expliqué ici même.
https://ripostelaique.com/je-nai-pas-voulu-faire-la-guerre-dalgerie.html

Marnie

L’instruction française aux mains de la gauche depuis fort longtemps a engendré des apatrides, des monstres. Nous en avons un bel exemple à la tête de notre pays.

FRANCE PILLEE

bien sûr il faut honorer nos morts
mais la priorité c’est de protéger les vivants
consacrons l’argent d’abord à lutter contre la surpopulation mondiale, l’islamisation et l’immigration

Tyrolus

Il faut commencer par lutter contre les causes de l’immigration de masse.

Grosjean

N’oublions pas que dans ses réflexions à haute voix ,Mr Macron a déclaré que cette guerre était ,je le cite « une guerre civile européenne »!propos énoncés lors de l »inauguration de l’historial de la Grande Guerre sur le site du Vieil-Armand le 10/11/2017!

André Léo

Chaque municipalité, des grandes aux petites, ajoutera cette année ses propres hommages au rituel imposé par décret, du déroulement de la cérémonie. Et la macronie, sortie comme un lapin du chapeau schizophrène de la médiacratie mondialiste, est peu présente dans nos communes et ne pourra pas « s’asseoir » sur notre patriotisme.
A Paris, dans les métropoles régionales et à Pau, là où les opportunistes PS et Bayrou sont allés à la soupe d’en Marche, ils feront ce qu’ils voudront.
Partout ailleurs, nos Morts pour la France recevront l’hommage des Citoyens.
Macron ou pas, la commémoration du centenaire de la capitulation allemande aura lieu le 11 novembre 2018 comme chaque année.. mieux que chaque année!. Toutes les communes de France ont à cœur d’honorer leurs Poilus, dont les noms sont inscrits sur les 36.000 monuments aux morts pour la France.

Paris valait bien une messe pour le protestant Henri III de Navarre, alors UN MILLION cinq cent mille Morts pour la France en quatre années, ça vaut bien un défilé militaire et l’Hommage de la Nation, pour un mondialiste, non?.
Mais avec la mondialisation « en marche », reste-t-il une Nation France?

Michel Martin

Il serait bon que chaque village de France en plus d’honorer les  » morts pour la France » ajoute à coté du monument aux morts les noms de ceux qui se sont battus pour la France et en sont revenus. Ils méritent aussi notre respect !

On peut écrire le nom de tous les Français. Tous les hommes ont fait la guerre de 14.

André Léo

Très juste! Tous les hommes mobilisables, de 19 ans à 49 ans, soit Huit millions 500 mille hommes, ont combattu. Et plus de SIX millions ont été blessés. Trop de morts, trop de noms! Il existe à ND de Lorette un « mur de la mémoire où sont inscrits 540.000 noms de Morts, Français et étrangers.
Le « Soldat » inconnu », que Macron refuse d’honorer par un défilé devant l’Arc de Triomphe représente à lui SEUL, mieux qu’ne litanie de millions de noms, un Symbole de Patriotisme qu’il faut détruire !

Jill.r

Non, mais cela ferait beaucoup de monde tout
de même.

crétinPhobique

Il fallait vraiment avoir la fibre patriotoque pour donner sa vie pour son pays ses frontières. C’est devenu inimaginable aujourd’hui, a quoi servirait de défendre les frontières d’un socialo-califat en devenir ?

jane

Plus rien ne semble pouvoir stopper l’avancée mahométane

Kader Oussel

Relisez l’histoire espagnole ! Les cartes sont parlantes. Il ne restait pas grand chose comme territoire « vierge » de musulmans avant la reconquête : un vrai miracle. S’il y a un miracle andalous, c’est bien celui-là. Après la marée haute, la marée basse.

Anonyme

Bonjour, qu’attendez vous de petit machin ? Rien il ne faut rien attendre de lui, car le courage ça le dépasse, il ne connaît pas le mot courage, non il ne connaît que le mot, pavanage, le mot mépris et surtout le mot hypocrite voilà les mots qu’il connaît bonne journée

hathoriti

et le mot HONNEUR, il connaît, la fiotte ?

Bombastus

Exact, d’aileurs si d’aventure, par accident, il avait une attitude non scandaleuse sur le sujet, ce serait une autre façon de salir la mémoire de la France défunte: Macron présidant ce défilé après les délires de la fête de la musique à l’Elysée où de Saint Martin, pour moi ce serait indigne. Il ne faut rien attendre de positif de sa part.

surimi

j’espère qu’elle aura lieu cette commémoration et aussi le défilé militaire, sinon ce serait une honte pour la France et totalement indigne pour ceux qui sont morts au champ d’horreur ! indigne pour mes 2 grands oncles qui ont donné leurs vies, l’un tué d’un éclat d’obus à Reims, l’autre au bout de la baillonette à Verdun

a.hourquetted'are

Elle n’aura pas lieu car c’est son projeeeeeeet!

Allonzenfan

Nous avons une limace à la tête du pays… Pauvre France !

Saintpol

Une limace. ? ? ? C’est encore trop l’honorer. ! ! ! !

hathoriti

Cessez, je vous en supplie, de dire et d’écrire « pauvre France » ! Je vois trop souvent ces deux mots dans les commentaires ici ou ailleurs et ça me gonfle ! Oui, pauvre France, nous le savons, c’est pas la peine d’en rajouter, de plus, ça ne veut rien dire ! France , debout et MONTJOIE ST DENIS !

barbot

N’insultez pas les limaces, elles, elles aiment leur territoire,ce qui n’espasle cas de la fiotte à Brizittte

Bermudienne

Et si chaque famille française envoyait à notre président la photo et le nom de ses aïeuls ou de tout parent ayant combattu pour la patrie, qu’ils aient eu la chance d’échapper à l’hécatombe ou qu’ils aient payé de leur vie ou de leur intégrité physique et mentale l’honneur, le devoir de défendre leur pays ?
La conscience a inspiré Victor Hugo :
https://www.poetica.fr/poeme-49/victor-hugo-la-conscience/

eric delaitre

désolé, si je dis comme vous, je n’avais pas lu votre commentaire, mais en fait, si la même idée nous est venue, ce n’est ni anormal ni par hasard, j’avais également envisagé le fait de ne pas avoir de photo, moi , j’ai son livret militaire, dont il manque le bas, dilué dans l’eau des tranchées.

GAVIVA

au risque de vous froisser, si c’est pour sortir un pandémonium de tarlouzes se trémoussant sur de la « zikmu » de MERDE ou bien un machin grotesque façon 14 juillet en macronie je crois qu’il vaut mieux s’abstenir…

Dupond

GAVIVA
+1000000000000000000000
Les commémorations du 11 novembre dans nos villages ont beaucoup plus de dignité

angora

seront elles autorisées?

bandemou

Oui, si Ben Allah et ses frères ont du temps pour préparer des manifestations populaires.

ab irato

Mais qu’attend-on pour mettre sur pied le 11 novembre prochain dans toute la France des contre-manifestations de patriotes de tous bords pour laver l’ignoble affront macronien fait à notre Histoire?

eric delaitre

Elles ont toujours eu lieu. je vois mal comment les interdire ? Quoique, une décision du préfet, donc de l’état et les ennuis commencent. Disons que vous aurez le même nombre de migrants en réplique au nombre de présents à la cérémonie. Mais on sait ce que fait le président de l’histoire de France, tout ça c’est du passé…Il n’a pas eu un grand père ou arrière grand père mobilisé en 14 ? Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il était mort ou …bien planqué ? Pour détruire la France, ce qui semble être son entreprise, il faut oublier son passé, c’est normal. mais qu’il continue donc ainsi.

hathoriti

GAVIVA, Dupond, bien de votre avis ! vous imaginez des tarlouzes bronzées en bas résille se trémousser sur les Champs, au son d’une Marseillaise « tam-tammée » ?

pauledesbaux

non seulement nous n’allons pas nous abstenir – cette tapette serait trop contente-mais encore :J ARBORERAI AVEC FIERTE L INSIGNE DE LA FRANCISQUE DU VAINQUEUR DE VERDUN, je l’ai reçue dans mon héritage paternel et j’en suis fière …..