En service commandé, Dounia Bouzar enfume les Européens pour disculper l’islam

Publié le 18 mai 2014 - par - 1 994 vues
Share

Dounia BouzarDans l’article sur Le Monde : « Le djihadisme atteint toutes les couches sociales »

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/24/le-djihadisme-atteint-toutes-les-couches-sociales_4406038_3224.html) , Dounia Bouzar, en tant qu’anthropologue spécialiste du fait religieux et de la laïcité, a publié en janvier dernier « Désamorcer l’islam radical : ces dérives sectaires qui défigurent l’islam ! »

Sur le même article, on apprend que le gouvernement a dévoilé mercredi 23 avril, en conseil des ministres, une vingtaine de mesures destinées à empêcher les jeunes Français d’aller pratiquer le djihad en Syrie  (http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/22/le-gouvernement-devoile-ses-mesures-anti-djihad_4405063_3224.html).

Djihadistes en Syrie (AFP/JM LOPEZ et AP/Manu Brabo) : « Jusqu’à 11.000 étrangers ont combattu en Syrie entre 2011 et 2013, selon le Centre international pour l’étude de la radicalisation (CSR). Paris estime que 500 français ont rejoint les opposants à Bacha Al-Assad.

On constate un dénominateur commun à Dounia Bouzar et au gouvernement : ils ne font jamais mention des sources de l’islam : le Coran et la Sunna de Mahomet, autrement dit la Tradition du Prophète à travers ses actes et ceux de ses compagnons ou disciples.

Cette manière d’occulter les fondements de l’islam, n’est pas neutre. Elle est destinée à présenter ce que Dounia Bouzar appel l’islam radical, comme une défiguration de l’islam authentique. Mais comme cet islam authentique, tel qu’il est instauré et mis en application par son fondateur Mahomet, ne diffère en rien de l’islam « radical »  de Dounia Bouzar, celle-ci, comme le gouvernement et l’ensemble de la classe politico-médiatique, n’ont d’autre choix que d’occulter totalement le sujet. Dans leur manipulation, ils saturent l’espace médiatique de pseudo-explications, mais ils s’interdisent de faire la moindre allusion à la cause fondamentale du terrorisme : les préceptes coraniques qui incitent explicitement à la violence, au meurtre et à la guerre, ainsi que les actes de Mahomet qui, avec ses compagnons ou disciples, a  mis en application ces préceptes d’Allah. Ainsi, l’Islam de France à travers Dounia Bouzar et ses relais dans la classe médiatico-politique, occulteront toujours les massacres, les viols, le pillage, les assassinats et les meurtres commis par Mahomet, en tant que fondateur de l’islam, et par ses disciples, compagnons et successeurs.

Dans la première partie de l’article précédent, j’ai exposé les directives données par Allah et Mahomet, pour manipuler les non musulmans. J’ai cité en particulier le précepte fondamental d’ « Al Wala Wal Baraa », en montrant son application sur un plan global.

Dans ce qui suit, je reprends ce précepte, en mettant en évidence son application aux plus proches, en particulier au sein de la famille. Je reprends également les manipulations de Dounia Bouzar et celles de l’immense majorité de la classe politique et médiatique.

Dans son article sur Le Monde : « Le djihadisme atteint toutes les couches sociales » :

(http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/24/le-djihadisme-atteint-toutes-les-couches-sociales_4406038_3224.html ), Dounia Bouzar, se transforme en conseillère en psychothérapie, et précise aux parents quels sont les symptômes de la « maladie djihadiste ». Elle précise ainsi :

«un autre indicateur important est la rupture familiale, c’est-à-dire que le groupe endoctrinant se substitue à l’autorité parentale et explique à l’enfant qu’il ne doit pas obéir à ses parents».

Alors qu’elle a été membre du CFCM, Dounia Bouzar pratique la taqyah à un degré rarement atteint. Elle fait semblant d’ignorer que c’est Allah et Mahomet qui prescrivent aux jeunes d’ignorer l’autorité parentale :

(S9 : V23) : « Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour alliés, vos pères et vos frères s’ils préfèrent la mécréance à la foi. Et quiconque parmi vous les prend pour alliés… ceux-là sont les injustes. »

Elle poursuit sa manipulation, en disant aux parents crédules : « L’islam radical d’aujourd’hui se sert d’un mode de communication virtuel pour donner l’illusion aux jeunes qu’ils sont élus pour faire partie d’une communauté virtuelle, supérieure au reste du monde. Il dispose d’une haute technicité et d’un degré de connaissance pensé spécialement en français ».

Ce qu’elle sait très bien et qu’elle cache par taqyah (dissimulation), c’est le fait que le prétendu « islam radical » tire sa connaissance du Coran et du précepte fondamental d’ « Al Wala Wal Baraa » dans l’islam. C’est bien Allah et Mahomet qui ordonnent dans le Coran :

(S58 : V22) : «Tu n’en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s’opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leur père, leur fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. (Ceux qui respectent ce précepte) Allah a prescrit la foi dans leurs cœurs et Il les a aidés de Son secours. Il les fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Allah les agrée et ils L’agréent. Ceux-là sont le parti d’Allah. Le parti d’Allah est celui de ceux qui réussissent».

Dounia Bouzar fait semblant d’ignorer l’explication donnée par les exégètes musulmans de ce verset. Que ce soit Tabarri,  Ibn Khathir dans leur « Tafsir Al Qur’ann » ou les autres historiens des premiers siècles de l’islam, il y a unanimité pour rappeler la circonstance de la « révélation » de ce verset coranique : ne pas reculer jusqu’au meurtre de ses frères, ses pères et ses proches. Ainsi, on peut citer l’exégète donnée parIbn Khathir http://quran.al-islam.com/Page.aspx?pageid=221&BookID=11&Page=1  dans son Tafsir :

« Ce verset a été révélé dans le cas d’Abu `Ubaydah` Amir bin ‘Abdullah bin Al-Jarrah quand il a tué son père infidéle, au cours de la bataille de Badr, dans le cas d’Abou Bakr As-Siddiq (future Calife) quand il avait l’intention de tuer son fils infidéle, `Abdur-Rahman, et sur le cas de Mus `ab bin` Umayr, qui a tué son frère, `Ubayd bin` Umayr. Il y eu aussi, Omar et Ali, les futurs Califes, ainsi que Hamza qui n’hésitèrent pas à tuer des proches dans cette même bataille de Badr »,

Et après ces rappels, Allah précise dans le Coran, le devoir qui attend chaque musulman qui a prêté allégeance à Mahomet :

(S4, V71-76) : « Ô  croyants ! Prenez vos précautions et partez en expédition par détachements ou en masse.Parmi vous, il y aura certes quelqu’un qui tardera [à aller au combat] et qui, si un malheur vous atteint, dira : “Certes, Allah m’a fait une faveur en ce que je ne me suis pas trouvé en leur compagnie”;et si une grâce (une victoire) vous atteint de la part d’Allah, il se mettra, certes, à dire, comme s’il n’y avait aucune affection entre vous et lui : “Quel dommage ! Si j’avais été avec eux, j’aurais alors acquis un gain énorme”.

Qu’ils combattent donc dans le sentier d’Allah, ceux qui troquent la vie présente contre la vie future. Et quiconque combat dans le sentier d’Allah, tué ou vainqueur, Nous lui donnerons bientôt une énorme récompense.

Et qu’avez-vous à ne pas combattre dans le sentier d’Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : “Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur”.

Les croyants combattent dans le sentier d’Allah, et ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du tyran. Eh bien, combattez les alliés de Diable, car la ruse du Diable est certes, faible.»

Dans la tête des candidats au Djihad, ces versets de la sourate AnNissa’, semblent décrire explicitement ce qui se passe aujourd’hui en Syrie. Rien ne manque : le départ en groupe, la solidarité avec les faible : hommes, femmes et enfants subissant les atrocités du Tyran (Al Assad) et tout cela avec la ruse du Diable (l’Occident).

Ainsi, les responsables musulmans sont très clairs quand ils s’adressent à leurs fidèles en arabe. A l’exemple de Morsi, l’ex président de l’Egypte :

  • Le Coran est notre Constitution.
  • Le Prophète Mahomet est notre guide.
  • Le Djihad est notre chemin.
  • La mort sur chemin de Dieu est notre idéal.

Mohamed Morsi : Le Coran est notre Constitution…

https://www.youtube.com/watch?v=g8NtiUMOFFg

Alors comment nier que le Coran et l’islam sont les seuls et uniques responsables du départ de jeunes Français au Djihad. Il suffit de rappeler à Dounia Bouzar, ces quelques commandements d’Allah :

(S9, V111) : « Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent, et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allah à son engagement ? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait : Et c’est là le très grand succès. »

(S33, V36) : « Il n’appartient pas à un Croyant ou à une Croyante, une fois que Dieu et Son Messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. »

(S24, V51) : « La seule parole des Croyants, quand on les appelle vers Dieu et Son Messager, pour que celui-ci juge parmi eux, est : ‹Nous avons entendu et nous avons obéi. »

(S14, V4) : « Allah vous aime quand vous  combattez dans Son droit chemin (le Djihad pour soumettre les nations)  en rang serré pareils à une muraille soudée et renforcée

(S61, V4) : « Allah aime ceux qui combattent dans Son chemin en rang serré pareils à un édifice renforcé. »

(Sourate  2, Verset 193) : « Et combattez les (infidèles) jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. »

(S47, V4) :« Quand vous rencontrerez les infidèles, tuez-les jusqu’à en faire un grand carnage… »

(Sourate 8, Verset 17) :« Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah qui les a tués.»

Zohra Nedaa-Amal

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.