1

Encore 4 mois et on se débarrasse de l’emmerdeur

L’EMMERDEUR !

En 1973, Édouard Molinaro avait fait un film plaisant avec un acteur de talent qu’il avait intitulé L’emmerdeur. La France et les Français avaient aimé.

Aujourd’hui, la fiction a fait place à une réalité beaucoup moins sympathique dans laquelle un emmerdeur autoproclamé se trouve à la tête de l’État et revendique son rôle d’emmerdeur public. Je ne suis pas certain que la France et les Français trouvent la comédie très drôle. Tout le monde ne peut pas être Jacques Brel. Faute de grive le pays ne saurait se contenter d’un merle, fût-il aussi jupitérien que celui qui occupe le rôle maintenant avec insincérité et morgue.

Avec Macron rien n’est jamais moins sincère que les serments qu’il fait pour corriger l’image navrante d’un Président attaché, depuis son intronisation en 2017, à abaisser la France et diffamer ses concitoyens.

Afin de laver, autant qu’il soit possible de le faire, la tache immonde des multiples injures adressées à nombre de ses concitoyens, il avait, au micro d’une grande chaîne de télévision, formulé un aimable réquisitoire en forme de plaidoyer indulgent, à la suite duquel il avait promis et juré qu’il ne recommencerait plus ce genre d’attaques qu’un Président « ne doit pas faire ».

https://www.youtube.com/watch?v=RbwFee3DWJI

Mais voilà ! Macron est Macron et vouloir chasser son naturel par la porte demeure une gageure injouable car immanquablement, ce naturel détestable reviendra en force par la fenêtre. Macron est un enfant irrespectueux et capricieux, pas même un adolescent prétentieux auquel on pourrait accorder une indulgente patience en raison d’un caractère possiblement exalté.  Ce n’est qu’un voyou mal élevé pour qui la fin justifie toujours les moyens même lorsque ceux-ci paraissent inacceptables. C’est un clown acrobate capable de toutes les pirouettes qui le conduisent la plupart du temps à dire tout et son contraire en même temps. C’est un poltron qui prend régulièrement ces concitoyens pour des imbéciles. C’est un falsificateur qui conte l’Histoire de France à sa façon pour en faire un torchon taché de toutes les infamies mensongères. Une espèce de commissaire-priseur un peu escroc qui liquide les valeurs de la France au bénéfice d’avides profiteurs.

À peine a-t-il reconnu, du bout des lèvres et sous la menace d’une réprobation grandissante, avoir proféré des mots déplacés, arrogants voire insolents, voilà que d’autres invectives indignes d’une fonction qu’il a ramenée au niveau du caniveau sortent de sa bouche fielleuse et mal intentionnée.

Cette fois-ci, oubliant les véritables obligations et devoirs de sa charge, il se donne pour mission « d’emmerder les Français »… En l’occurrence, il veut emmerder les non-vaccinés qu’il condamne pour absence supposée de solidarité.

Un Président doit-il être un emmerdeur ?

https://www.youtube.com/watch?v=EAniNEZo5dY

Ce mauvais Président, sans doute le plus mauvais de tous ceux que la Ve République a connus jusqu’à aujourd’hui, certainement le pire qu’il soit possible d’imaginer, a la capacité de déteindre sur ses collaborateurs ou peut-être les choisit-il à son image ou peut-être encore les sélectionne-t-il pour certaines de leurs aptitudes à retourner leur veste (n’est-ce pas Bruno Lemaire ? N’est-ce pas Darmanin ?).

Ainsi, Jean Castex, une parodie de Premier ministre, un avatar de « Monsieur Loyal » déguisé en commis de bureau, un laborieux, atrabilaire et à l’aspect rebutant, n’a pas hésité, le 4 janvier 2022 dans l’Hémicycle à vilipender la représentation nationale au motif que celle-ci se serait opposée à la volonté de l’exécutif, refusant de poursuivre indéfiniment un débat qu’elle jugeait peut-être contraire au bon sens. Sans doute un première dans toute l’histoire de la République française. Sa colère sidérante et déplacée et sa vindicte haineuse faisaient peine à voir, non pour lui dont on sait déjà que l’histoire ne retiendra de lui que le souvenir de sa médiocrité, mais pour notre pauvre démocratie bafouée par son discours furieux et incongru. Peu importe à ce fasciste (dans son cas le mot est juste adapté à un individu qui récuse l’expression légitime et légale du Parlement) que la voix du peuple et de sa représentation s’oppose à sa sournoiserie avec force et droit. Ce qui compte c’est d’imposer sa politique quoi qu’il arrive, quoi qu’il en coûte comme dirait l’autre. Un Premier ministre, fût-il de pacotille, ne devrait pas juger « irresponsable » l’expression d’un vote de l’Assemblée nationale.

https://www.youtube.com/watch?v=n9cXMW_uG1A

Si par malheur les Français reconduisaient Macron, cet individu sans foi ni loi, à la magistrature suprême en avril 2022, le pire serait à redouter. Le pire de l’ignominie s’emparerait alors d’un pouvoir qui agirait sans plus jamais aucun état d’âme ni aucune vergogne. Il serait même à redouter un danger absolu pour la démocratie.

En effet, n’ayant plus rien à attendre ni à redouter de rien ni de personne en vue d’une réélection dont il ne pourrait plus avoir l’ambition (le parcours d’un Président se bornant à deux mandatures consécutives seulement), Macron aurait les mains libres et l’esprit dégagé de toutes contingences électoralistes pour agir dans le sens de tous les excès que son progressisme aveugle et dictatorial lui dicte sans modération.

En ce premier jour de Présidence française de l’UE, cet adepte fervent de la supranationalité a cru bon de parer l’Arc de Triomphe du seul drapeau bleu étoilé. L’extradition du drapeau bleu-blanc-rouge pourrait bien devenir sous peu définitive. L’extravagant Castaner, autre mutation défaillante de la fonction ministérielle en provenance des franges délictuelles d’une société malade, n’a-t-il pas dit que l’élection présidentielle aurait vocation dans un avenir proche à devenir une élection locale dans un espace supranational ? Ben voyons !…

On sait maintenant que le plan d’intégration européen voulu par les pères de l’Europe (Monnet appointé par la CIA et Robert Schuman entre autres) n’avait pour but que d’effacer la Nation, effacer la France. Ce projet trouve aujourd’hui, avec Macron, sa concrétisation, son avènement dans une démarche mondialiste néfaste car naïve et irréaliste au regard des enjeux totalement opposés des pays comme la Chine, les USA, la Russie ou l’Inde, pays pour lesquels l’ambition est au contraire de faire grandir leur pays, leur économie et leur puissance dans la réaffirmation de leur identité.

Il est encore temps de réagir. Il reste 4 mois pour expulser Macron et refuser de se laisser « emmerder » par ce Président qui n’aime rien tant qu’emmerder ses concitoyens et rabaisser notre pays.

Jean-Jacques FIFRE