1

Encore une enfant de 14 ans assassinée au couteau…

 

Quand je dis que j’AI MA DOSE, je ne parle pas de vaccin

Au JT, l’annonce a été écourtée, abrégée au maximum, car tous ces salopards de présentateurs hypocrites et surpayés (car considérés comme « pipoles », fêtés comme des stars……acclamés par la presse, buveurs de Champagne et vêtus Calvin Klein, béatement admirés par le prolétariat) étaient bien trop pressés de retourner à leur sujet favori :

Le coro qui tue ! Et s’ils parlaient plutôt du coran qui tue ? Hein ?

L’auteur, un « jeune homme », ayant porté le coup de saignoir mortel, serait âgé de 16 ans et aurait été placé en garde à vue. J’entends déjà les excuses qu’on va lui fournir. Le pauvre petit, après tout ce qu’il a vécu… Ses parents n’ont pas le temps de s’occuper de lui… il a eu la coqueluche à l’âge de 4 ans…D’ailleurs, il est psychologiquement instable. Suivi par un psy. Ses voisins, interpellés, parlent de lui comme d’un ange…. « Il fait les courses pour les mamies », « dit bonjour », « lui, un tueur ? Jamais ! ». Une famille sans histoires.

Là, je vous dis : et si c’était votre petite fille qu’il avait empalée de son poignard ? Celle que vous aimez, que vous allez border dans son lit tous les soirs ? A qui vous avez, soir après soir, fredonné « la chanson douce, que me chantait ma maman » ? La prunelle de vos yeux, votre princesse, l’amour de votre vie ?

Et la police, hein ? Trop occupée à pénaliser les non-masqués ? A noter les coupables de non-garrotage ? Qui ne « prennent pas soin des autres » ? Qui « mettent en danger leurs voisins » ? Qui ne pratiquent pas le « tous ensemble contre le covid » ?

Le nom de la petite fille, svp ? Car ce n’est pas une jeune fille : non, à 14 ans on est une enfant ! Une petite fille qui s’endort peut-être encore avec sa poupée, qui appelle sa maman quand elle a un cauchemar…Et le cauchemar, maintenant, ce sont les parents qui le subissent. Au moment même où l’ordure est traitée avec ménagements par la police (attention, pas touche ! Gare à la marche blanche, à Miss Traoré et Cie, à Black Lives Matter, gare aux accusations d’incitation à la haine, à l’exclusion pour violences policières). Des années durant. Peut-être même jusqu’à la fin de leur insupportable vie, de leur vie de Français opprimés, forcés d’obéir à des politiques incapables de les protéger (Remarque personnelle : DEHORS !) et qui y laissent leur plus cher trésor.

 Je lis : « Ce lundi 22 février, une « jeune fille » de 14 ans a été tuée d’un coup de couteau dans le ventre lors d’une rixe à Saint-Chéron (Essonne) entre deux bandes rivales, en pleine rue à proximité du collège“, a indiqué mardi le parquet d’Evry. Ceci pour faire croire aux courges que nous sommes, que la petite était elle aussi occupée à dûment rosser des chances pour la France… » Lors d’une rixe »… « Dans le contexte d’une bagarre ».. bien exprimé, judicieux ! Ça va encore passer comme une lettre à la poste.

Mais lorsqu’il s’agit d’enfants, mon sang ne fait qu’un tour !

Yuriy, il y a juste quelques jours. Le petit de 8 ans dont personne ne connait le nom, poussé sous un TGV par un foudallah (je sais, je me répète, que voulez-vous, j’en suis encore malade – chaque fois que je suis à Francfort, je ne peux m’empêcher de me recueillir sur le quai numéro 8). La petite Mila, la jeune Maria torturée et noyée à Fribourg, Victorine…. Le petit garçon de 12 ans, dans le 18ème, qui s’est fait rétamer au collège par 5 (CINQ) autres pour n’avoir pas voulu ôter la petite croix qu’il portait autour du cou, et toutes les petites martyres de 3 à 4 ans qui se font exciser avec le couteau répugnant de leur grand-mère. Je ne supporte pas.

 Le drame s’est produit hier après-midi. « C’est lors d’une « vive explication entre « jeunes de Dourdan et de Saint-Chéron (c’est charmant… digne de la guerre des boutons…) (Remarque : il faudrait déjà qu’ils sachent parler, ces « jeunes », pour s’expliquer) qu’une jeune fille se serait interposée et aurait reçu un coup de couteau. « Reçu »… comme s’il s’agissait d’un présent… Mais qu’est-ce que vous mentez !! Elle a été poignardée, transpercée, saignée, embrochée !

La petite est originaire de Saint-Chéron, scolarisée au gymnase Emile-Auvray de Dourdan. La famille de l’assassin (pardon : présumé, probable) vit en centre-ville. On parie qu’ils « vivent » de nos sous ? (Sans garantie, je n’en sais rien).

La sénatrice de l’Essonne est très choquée (elle aussi ?) par le drame. « Je veux vraiment présenter mes condoléances à la famille. Mais ce qui s’est produit est au-delà. C’est inimaginable d’apprendre qu’un tel drame ait pu avoir lieu. On ne peut pas penser que cela puisse se passer dans notre ville ». Eh ben si, Madame, cela se passe. De plus en plus souvent, même. J’irais jusqu’à prétendre que « cela » devient de plus en plus fréquent, surtout depuis 2015.

Subtile, elle ajoute. « Je trouve que la violence monte crescendo. J’ai la sensation que l’agressivité monte. Et le drame, c’est de voir qu’il n’y a plus de limites ».

« C’est un terrible drame. J’adresse au nom de la ville mes condoléances à la famille. Je suis inquiet de voir cette montée de la violence, de plus en plus présente dans la société. Mais hélas, nous élus locaux, sommes impuissants face à ce problème » (Jean-Marie Gelé, maire de la commune). Monsieur le Maire, et si, une bonne fois pour toutes, vous interdisiez le port du couteau dans vos rues ? Au lieu d’interdire le non-port du garrot ? A votre place, moi j’interdirais illico toutes les casquettes retournées, c’est simple !

 

Photo : le gratin

Ces affaires gangrènent l’Essonne et placent les mineurs en première ligne », déplore Caroline Nisand, procureure de la République (enquête ouverte pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans et violences en réunion).

Je résume :

DONC, en France, les gamins peuvent circuler devant le collège avec des couteaux en poche !!!!

DONC, ils se mettent toujours à plusieurs contre un seul faible de préférence !

DONC on a tout de suite trouvé une excuse à ces ordures : elle se serait « interposée » entre deux bandes (courageuse, en plus !).

Dites-donc, les bienpensants, vous trouvez normal que des tas de personnes vivent actuellement sous protection policière 24 h sur 24 ? C’est pour rigoler, ou quoi ? Pour occuper la police qui n’a rien à foutre ? J’aimerais comprendre.

Mais ce sont les jeunes de Génération Identitaire qui se font traiter d’extrême droite et accuser de violence ? Eux qui n’ont jamais seulement touché à un cheveu de niktamère, qui ne brandissent pas des saignoirs comme ces racailles, mais seulement des banderoles sur lesquelles on peut lire : STOP IMMIGRATION » !! Depuis quand ça tue, une banderole ?

Si le mot HAINE n’existait pas, il faudrait l’inventer pour moi. Et je la revendique, ma haine. Je ne suis pas du genre « vous ne l’aurez pas… », moi, car vous l’avez, la mienne, et bien profond !

Certes, je préférerais jubiler de joie, chanter d’allégresse, danser de contentement, écrire des poèmes fleuris, des romances fleur bleue, des couplets rêveurs, des romans érotiques – je laisse cela à Marlène la reine des salopes (Ce n’est pas de moi, mais d’Atlantico, je ne fais que recopier)… Il faut bien qu’il y en ait qui se dévouent pour la cause !

Alors, Dar-bara-tin, vous allez « vous rendre sur place » ? « Prendre la parole » ? Prétendre que vous « condamnez fermement cet acte barbare » ? Et faire gober aux manants que « toutes vos pensées vont vers les parents et les proches « ? Vous savez ce qu’ils vous disent, les parents ? Fermez-la ! De toute urgence. Et par la même occasion, les lieux de cul-te de ces « jeunes ». Pour de bon.

Anne Schubert