Enfin, Robert Ménard a osé : « le problème, c’est l’islam ! »

Publié le 5 mai 2018 - par - 142 commentaires
Share

Enfin ! Je l’avoue, cela fait des années que j’attends qu’un responsable politique de premier plan ose dire que « le problème, c’est l’islam ».

Juste ce que disait déjà la grande Wafa Sultan, il y a maintenant plus de dix ans !

J’ai écrit, ces derniers temps, deux textes montrant mon exaspération devant la timidité de ceux qui pétitionnent contre « le séparatisme islamiste », ou qui demandent aux dignitaires musulmans de lutter contre l’antisémitisme, sans être capables de prononcer le mot « islam ».

https://ripostelaique.com/a-quoi-sert-une-petition-qui-demande-a-lislam-de-lutter-contre-lantisemitisme.html

https://ripostelaique.com/le-separatisme-islamiste-cest-lislam-votre-petition-a-10-ans-de-retard-camarades.html

Parmi ces pétitionnaires, il y de véritables collabos de l’islamisation de la France, mais aussi des gens sincères, qui, nous l’espérons, oseront être nos compagnons de route, un jour, malgré la campagne de diabolisation dont nous sommes l’objet.

C’est à cause de ceux qui continuent à se planquer derrière le mot « islamisme » pour préserver l’islam, que nous sommes si exposés, à Riposte Laïque. Nous sommes trop isolés, trop seuls à avoir le courage de dire clairement les choses, et de ne pas nous cacher derrière des faux-fuyants. C’est aussi à cause d’eux si nous subissons autant de procès, parce qu’ils nous laissent aller au feu, et préfèrent regarder ailleurs.

Je viens d’avoir le grand plaisir d’entendre Robert Ménard, lors d’un débat avec le cinéaste gauchiste Romain Goupil (un temps séduit par les thèses néo-conservatrices, mais qui a besoin de garder son immigrationnisme fou des années 1970 pour se croire encore de gauche, cinquante ans après mai 68).

Le maire de Béziers cloue au pilori le plan Borloo, et démontre, à travers son témoignage de terrain, qu’il tape à côté de la plaque. Il évoque un quartier démoli, et reconstruit de constructions plus petites, et montre que c’est malgré tout devenu encore un pire ghetto. Et il conclut que la question n’est pas l’urbanisme, mais que « le problème, c’est l’islam ». Bravo Robert, même ce courage lui vaudra d’être qualifié de « raciste » par le gros bourgeois soixante-huitard Goupil !

Que de chemin parcouru depuis cette interview, quand il m’avait apostrophé violemment, quelques jours avant l’apéro saucisson-pinard, initiative qu’il qualifiait de raciste, rien de moins.

https://www.youtube.com/watch?v=g83oTUwYA8s

Même si l’homme, par la suite, était toujours resté courtois et amical, me proposant même une interview dans ses locaux, quelques mois plus tard, le désaccord sur l’islam demeurait entier.

Surtout quand il nous avait désespérés par sa participation aux journées de l’UOIF, en 2011, au Bourget, et par des propos élogieux sur Tariq Ramadan.

http://puteaux-libre.over-blog.com/article-tariq-ramadan-et-robert-menard-au-congres-de-l-uoif-72586234.html

Ce fut ensuite une évolution spectaculaire, avec son épouse Emmanuelle Duverger, sur cette question. Quand ils fondèrent Boulevard Voltaire, ils nous donnèrent fréquemment la parole, permettant des débats très vifs avec Nicolas Gauthier ou Camel Bechikh, président de Fils de France, qui essayaient de nous raconter les fables habituelles sur l’islam.

Il nous fit même l’honneur, avec son épouse Emmanuelle, de nous saluer, à l’occasion des 10 ans de Riposte Laïque, et tous deux nous envoient toujours un message amical, à l’occasion de nos initiatives.

Même si ses positions évoluaient, au fur et à mesure de ses prises de position, Robert Ménard s’abritait toujours derrière le bon islam, se contentant de pointer du doigt le méchant islamisme. Exactement comme l’ensemble des dirigeants du Front national, Marine Le Pen en tête, qui ira jusqu’à dire, elle, croyant éviter un piège médiatique, que « l’islam était compatible avec la République et avec la France ».

Un pas est franchi, avec cette déclaration sans nuance de Robert, quand il dit que « dans ce quartier, le problème, c’est l’islam ». Reste qu’à présent, il ne peut pas en rester là. Il faut en tirer les conclusions. L’islam n’est pas que le problème de ce quartier de Béziers, il est celui de toute la France, de l’Europe et de toute l’humanité. Donc, un homme politique comme Robert, et son épouse Emmanuelle, se doivent de proposer des solutions réalistes, à la hauteur des enjeux et des menaces qui guettent notre pays.

Et nous avons beau chercher, nous interroger, multiplier les idées, nous ne voyons que l’interdiction de ce dogme, qui n’est pas qu’une religion, de tous ses signes visibles, et la remigration de tous ceux qui, même de nationalité française, prônent la charia.

Et comme il est minuit moins une, plus vite un homme politique lancera cette piste, plus elle sera reprise par des signataires plus offensifs que ceux des pétitionnaires que j’ai critiqués pour leur refus de nommer les choses, plus elle permettra de sauver notre pays du terrible cancer qui est en train de le ronger.

Comme je le disais récemment à un ami, je rêve d’une pétition, impulsée par les Finkielkraut, Val, Elisabeth Levy, Delvalle, Pina, Bruckner, Boualem Sansal, Zineb, Onfray, Rioufol, quelques politiques courageux, et tous les patriotes lucides, réclamant l’interdiction de l’islam et la remigration massive des musulmans adeptes de la charia.

Les hésitants pourront nous commander le livre de René Marchand, « Pourquoi et comment interdire l’islam », nous nous ferons un plaisir de leur faire parvenir.

https://ripostelaique.com/livres/pourquoi-et-comment-interdire-lislam

Le temps nous est compté, les amis…

Pierre Cassen

PS : A l’heure où je finis mon article, j’apprends la scandaleuse agression dont Robert a été victime, dans une ville du Sud-Ouest. Au-delà de la solidarité militante indispensable, il est temps de pointer du doigt ceux qui, délibérément, classent, de manière mensongère,  les patriotes comme le maire de Béziers à l’extrême droite, et qui amalgament à du racisme le combat contre l’islamisation de notre pays.

Il est temps de dénoncer cette gauche totalitaire qui, systématiquement, organise des rassemblements près des initiatives patriotes, cherchant l’affrontement ou espérant obtenir du préfet l’interdiction de l’événement.

Il est temps, encore une fois, de dénoncer la complaisance du gouvernement devant les milices gauchistes, et l’attitude agressive de nombre de militants dégénérés de gauche et d’extrême gauche, qui prétendent combattre un fascisme qui n’existe plus depuis 80 ans bientôt, tout en déroulant un véritable tapis rouge devant les islamistes, les seuls aujourd’hui à menacer nos libertés, notre civilisation et nos vies.

Il est plus nécessaire que jamais de rappeler que ceux qui ont agressé Robert Ménard (on espère qu’ils devront rendre des comptes devant la justice) se comportent, eux, comme de vrais fascistes, et sont les dignes héritiers des collabos des années 1940, en soutenant une occupation étrangère, certes d’un autre type, sur le territoire français. 

Ils sont aux antipodes des idéaux de la gauche. Mais comme ils sont trop lâches pour accepter un vrai débat sur ces questions, il ne leur reste, comme les fascistes et les staliniens, que l’agression physique… 

https://www.sudouest.fr/2018/05/05/saint-andre-de-cubzac-33-robert-menard-violemment-bouscule-5032963-3072.php

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
AFMC98000

Depuis des années certains d’entre nous déclarons que l’islam est la pire des sectes religieuses. Dans le coran nous y trouvons tout pour que ses adeptes deviennent des dangereux personnages. Que l’on soit juif, chrétien, athée, ou d’une autre religion : nous sommes condamnés à mort si nous ne nous convertissons pas et resistons, avec la méthode d’exécution bien décrite. Il est donc indispensable d’interdire le coran les mosquées et la pratique de la dite « religion musulmane ». Ceux qui persisteraient à se déclarer musulmans doivent soit être expulsés soit être emprisonnés à vie dans un bagne sécurisé très loin de… lire la suite

Clamp

Il est temps aussi de ne plus se contenter de dire que ces gauchistes violents se comportent comme des fascistes, mais qu’ils sont des fascistes, et de ne plus jamais appeler ceux qui se prétendent eux-mêmes anti-fa par cette odieuse imposture lexicale mais de leur donner leur véritable nom : les hyper-fa ! Et de répandre ce vocabulaire comme le feu sur une traînée de poudre pour que tout le monde comprenne bien l’ordre réel des choses et cesse d’être aveuglé par une appropriation indue du camp du bien par le seul fait de prétentions rhétoriques délirantes : qui veut… lire la suite