Enorme : 50 % des Français ne croient plus à la démocratie

Publié le 9 février 2014 - par - 2 555 vues
Share

Blablabla, reprendra-t-on toujours les mêmes ?

Le pays avance séisme politique en séisme politique.

Ces séismes commencent à catalyser comme le prouve le magazine Valeurs Actuelles en révélant dans son numéro 4026 les meilleurs passages – que les commanditaires du sondage auraient aimé garder loin de la connaissance du public – de l’enquête annuelle menée par l’institut Opinionway et le Centre de Recherche Politique de Sciences Po, intitulé « Baromètre de la confiance politique ».

Des résultats stupéfiants et réconfortants.

75% des Français rejettent l’Etat et la République

Je fais partie de ces 75% qui n’ont plus confiance dans l’Etat français.

D’abord parce que cet Etat a commis trois énormes erreurs au début des années 70 :

– il a maintenu la redistribution sociale dans une économie malmenée par les crises pétrolières, laissant ainsi croire aux Français qu’il était une vache à lait intarissable,

– il n’a pas combattu les syndicats figés sur des acquis sociaux qu’il est plus exact d’appeler des privilèges acquis durant les Trente glorieuses,

– il a favorisé l’immigration à travers le regroupement familial de Giscard à un moment où l’économie et la société françaises étaient touchées par une crise dans laquelle, depuis, elle n’a plus cessé de s’enfoncer.

Ensuite, parce que depuis les événements calédoniens (1984-1988), les gouvernements socialo-communistes puis chiraquiens ont toujours œuvré pour la réalisation de l’indépendance kanake.

Pour moi, l’Etat français n’est plus qu’une machine froide, aveugle, obstinée avec aux commandes des démagogues et des imbéciles à l’idéologie tiers-mondiste frelatée.

Quand la gauche parle de valeurs, c’est pour imposer celles des ennemis de la Nation, c’est pour mépriser les Français de souche forcément racistes, xénophobes, islamophobes.

88% des Français rejettent catégoriquement les partis politiques

L’UMPS est au pouvoir depuis des décennies.

Ce parti n’est différent par ses courants que dans les marges. Les hommes y sont tous pareils : vaniteux, fieffés coquins, trompant aussi bien le peuple français que leurs compagnes, arrogants, d’une dimension intellectuelle souvent très restreinte, les uns croient que « vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaire » (Laignel, député PS, le 13 octobre 1981), les autres pensent que les promesses qu’ils font n’engagent que ceux qui les écoutent.

Le seul parti qui a ma préférence électorale est le Front National. Non pas parce que j’ai confiance absolue en lui, mais parce que je crois qu’il est le seul qui peut encore mettre un grand coup de pied dans la termitière politique. Le fera-t-il ? Je n’en suis pas certain.

87% des Français jugent que Hollande n’a pas l’étoffe d’un président

Rien d’étonnant. Au fil des mois, Hollande apparaît pour ce qu’il est, un type qui se moque des Français de souche, de la Nation, de son histoire, de sa culture. Il représente parfaitement ce que sont devenus les politiques : un clan dont les seules préoccupations sont d’ordre matériel pour lui-même et sociétales pour récupérer les électeurs qui font basculer une élection : les bobos, les homosexuels, les écolos, les musulmans…

Pour ce clan, les citoyens – les vrais, pas ceux de papiers sponsorisés par Manuel Valls – doivent baisser la tête, se soumettre.

Du code de la route jusqu’aux lois condamnant toute liberté d’expression en passant par les diktats écologiques sur le contrôle de nos poubelles, il a mis en œuvre une stratégie de terreur encore douce mais qui ne demande qu’à se durcir

Certes, en démocratie les peuples ont les gouvernants qu’ils méritent, mais sommes-nous en démocratie ?

61% des Français sont prêts à manifester alors qu’ils n’étaient que 30% en 2010

Manifester pour quoi ? Contre qui ?

En Métropole, l’Etat français reste sourd aux manifestations même quand elles mettent un million de personnes dans les rues de Paris.

L’Etat UMPS a toujours méprisé les manifestants. Il a toujours méprisé ceux qui voulaient garder leur pays dans sa grandeur, ceux qui comme les Calédoniens se sont dressés contre l’évolution de leur archipel vers l’indépendance.

Manifester ne sert pas à grand-chose quand il est décidé par les organisateurs, dès le départ,  que l’on resterait dans le cadre de la loi dictée par le pouvoir, qu’on ne protesterait que d’une manière symbolique sous contrôle d’huissiers.

Avec cette méthode, la “res publica” demeurera éternellement entre les mains des mêmes

Peut-on promouvoir l’insurrection ukrainienne et interdire la colère des Français de souche sans que la supercherie n’apparaisse ?

La Révolution française sans la prise de la Bastille et des Tuileries aurait-elle eu lieu ?

71% des Français ne font pas confiance aux syndicats

Les Français ne font plus confiance à ces sous-produits de la politique, à ces gardes-chiourme des ouvriers.

Les syndicats français qui devraient garantir les droits des travailleurs se sont depuis longtemps piégés entre deux univers également liberticides :

– ils sont restés inféodés à la gauche et l’ont donc suivie dans ses dérives,

– ils ont verrouillé la société française dans un réseau inextricable de règles, d’obligations, d’interdits, de blocages qui tous aboutissent à préserver des privilèges catégoriels.

On peut ajouter deux autres raisons au désintérêt majeur des citoyens pour le syndicalisme :

– trop de syndicalistes ont confondus leur fonction en théorie au service des travailleurs et de l’amélioration de leurs conditions avec leurs propres intérêts personnels,

– les sociétés modernes ne supportent plus les discours oiseux aux accents faussement révolutionnaires des pantouflards syndicaux.

50% des Français ne croient plus à la démocratie

Comment 50% des Français peuvent-ils encore croire à la démocratie quand :

– tout ce qui conteste le pouvoir UMPS est aussitôt analysé par les politiciens, les experts, la presse comme « la montée de l’extrémisme »,

– les écologistes ont 17 députés avec 825 000 voix et le FN, 2 députés avec 6,4 millions de voix,

–  le référendum sur la Constitution européenne de 2005 ayant clairement abouti au rejet du texte, celui est revenu par la fenêtre du parlement parce que tel était le vœu des banques et des grandes sociétés pour davantage de profit au détriment de la protection assurée par la Nation contre une immigration devenue insupportable.

– la population calédonienne ayant rejeté l’indépendance lors de quatre référendums s’est vue quand même imposer la marche vers l’indépendance avec gel du corps électoral et levé du drapeau de Kanaky.

Au total, nationalement comme localement, il y a mille raisons de ne plus croire en la démocratie, dominée par le mensonge, la corruption, les promesses non tenues, l’utilisation du vote à des fins personnelles ou idéologiques aux antipodes de ce que souhaitent les électeurs.

67% des Français pensent qu’il y  trop d’immigrés en France

Cela fera du monde dans les camps de rééducation, à moins que les 44 mesures visant à remplacer les Français de souche par les immigrés mettent enfin le feu aux poudres.

50% des Français sont pour le rétablissement de la peine de mort (ils n’étaient que 35% en 2011).

J’en fais partie. J’ai toujours été opposé à la suppression de la peine de mort.

Sauf si une loi autorise enfin les Français à s’armer et se défendre.

L’UMPS étant toujours aux commandes de la parodie de démocratie dans laquelle nous vivons, je n’imagine pas comment elle pourrait être capable de se réformer pour proposer une société protégeant les citoyens, leur Nation, leur histoire, leur culture et rejetant le salmigondis de la diversité. Je n’imagine pas pourquoi elle cesserait soudain de mentir aux Français de souche en défaisant les lois sociétales qui fracassent un peu plus chaque jour notre quotidien.

Marcus Graven

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.