Enrichissement migratoire : la propagande du régime

La propagande bat son plein en cette fin 2019.

C’est d’abord le vice-président de l’université Paris-Dauphine qui assène que « La mobilité des migrants est un gage d’efficacité économique ».

Puis c’est le cabinet Deloitte qui, sur la foi d’une étude, nous explique que « L’inclusion et la diversité sont deux éléments essentiels à l’attractivité et à la croissance des entreprises ».

 Il faut lire les éléments de langage déployés par Deloitte pour le croire tant ces professions de foi relèvent du discours propagandiste, et non de l’analyse des chiffres des dépenses réelles et des réalités vécues.

Voici quelques pépites de langage utilisées qui valent leur pesant de cacahuètes. Tout identitaire subversif pourra les tourner à son profit :

« L’expérience Talent » doit être jalonnée d’opportunités permettant à chaque collaborateur, quels que soient son genre ou sa culture, de contribuer à l’activité et de l’enrichir de son parcours ou de ses idées en vue de l’accomplissement du projet de l’organisation ».

Il est ici demandé à chaque collaborateur de mettre sa culture et son genre au service de l’entreprise.

Il n’est pas précisé si la culture de la haine développée par le Coran, et celle de l’égorgement, font partie des enrichissements d’entreprise préconisés par Deloitte.

« Un leadership inclusif doit faire preuve de sens critique et d’intelligence émotionnelle et exprimer sa singularité tout en reconnaissant celle des autres.

Quant aux managers, ils sont appelés à devenir des « développeurs de talents » : ils doivent être en mesure d’accompagner un individu dans sa singularité, sans a priori socioculturels, et doivent chercher constamment l’équilibre entre l’attention portée à la personne et l’accomplissement du projet collectif ».

Il est ici demandé aux chefs de service de faire entre autre leur coming out (exprimer sa singularité) ; en contrepartie ils doivent accepter la singularité des autres.

Le mode d’emploi manque si dans le personnel inclusif des musulmans ont la haine des homosexuels, et si des Noirs africains ne supportent pas les masculins devenus féminins et vice versa.

Il est toutefois recommandé au chef de projet collectif qui n’aurait aucune appétence pour des personnes ne ressortant pas de son genre de faire preuve d’ « intelligence émotionnelle ».

Le cabinet de conseil ne précise pas vraiment ce qu’il entend par personne « dans sa singularité » ; on aurait aimé des détails concrets pour les reconnaître quand on en rencontre.

Il serait beau de voir les Gilets « dans leur singularité jaune» s’approprier le langage de Deloitte pour exiger de Macron qu’il fasse montre d’ « intelligence émotionnelle ».

De même, je n’hésite pas à conseiller aux caissières de Carrefour, d’Auchan, Casino et autres hypers de s’inviter dans les réunions de direction pour demander aux chefs du projet collectif d’avoir l‘« intelligence émotionnelle » du petit coup de pouce de fin de mois.

« Dans un contexte où les collaborateurs, en particulier les jeunes générations, attendent plus de sens au travail, de responsabilisation et de flexibilité, les dirigeants devront poursuivre leurs efforts en faveur de la diversité et de l’inclusion.

Au fond, ce que l’inclusion challenge, c’est la capacité à basculer vers une organisation responsable et ouverte qui est le lieu de rencontre entre des individus authentiques et un projet collectif ».

Nous entrons ici dans le dynamitage de l’organisation entrepreneuriale capitaliste.

L’entreprise devient une organisation responsable et ouverte à tous ; bref, elle devient un centre de rencontre avant d’être un lieu de travail.

Une chose chiffonne tout de même, affirmer que la nouvelle entreprise doit devenir le lieu de rencontre d’individus authentiques laisse entendre que les anciens de la boîte ne seraient pas authentiques.

Il n’est pas précisé davantage ce qui distingue le non authentique de l’authentique.

Comme tout le discours de Deloitte s’inscrit dans l’inclusion migratoire, doit-on en conclure qu’un salarié blanc avec 20 ans d’ancienneté n’a rien d’authentique, tandis que le Noir ou le Maghrébin fraîchement débarqué de l’Aquarius dans le port de Marseille aurait seul les qualités de l’authentique ???

Néanmoins ce changement de concept et de dénomination introduit de nouvelles normes de négociations salariales.

On quitte l’ancien monde pour entrer en modernité macronienne, osé-je dire.

Le face à face ne met plus aux prises un exécutif d’entreprise avec des salariés, mais désormais des individus authentiques dans leur singularité qui discutent d’un projet collectif avec des développeurs de talent qui on déjà fait leur coming out.

Cette nouvelle intimité change les relations de subordination, de soumission et d’autorité puisque tout ce petit monde évolue dans un open space verbal responsable.

Ce serait un plus pour mes petites caissières de Carrefour, d’Auchan, Casino et les petites dames du secteur de l’hôtellerie exploitées par les négriers des temps modernes, sauf si le nouveau concept d’authenticité les conduisait à être exclues car trop blanches et trop anciennes dans la boîte.

Bien entendu, les effets d’un tel changement relationnel n’ont pas été encore mesurés à l’hôpital public, mais si toutes les équipes administratives gestionnaires doivent prendre en compte les singularités authentiques des infirmières et des urgentistes dans le projet collectif de soins aux patients, ça va changer la donne : il est évident que les directeurs d’hôpitaux n’auront d’autre choix que de se mettre à la botte des professionnels du soin à l’inverse de ce qui se pratique aujourd’hui.

En effet, ce sont les personnels qui soignent qui donnent corps, osé-je dire, au projet collectif, les comptables n’étant que des accessoires chargés de gérer les stocks, et rien de plus.

Jean d’Acre

image_pdfimage_print

10 Commentaires

  1. Pour moi, tout charabia qui étale des arguments sur le « genre » relève de la pseudo-science façon Lyssenko. A mettre illico à la poubelle.

    • Haha c’est un délire le truc, les intitulés des postes j’en peux plus :’)
      On colle 3 mots anglais et on se sent compétent et important, sans doute …

  2. enrichissement migratoire …. mais seulement pour les patrons véreux!
    l’année dernière colissimo était en grève car les sous-traitants n’employaient que des migrants sans papiers, les payant 3€ l’heure (quand ils étaient payés)

  3. charabia de con au service de la connerie de LREM et de son chef le pervers narcissique.

  4. Les politiques ne s’en rendent même pas compte. Ils ont perdu tout bon sens et sont devenus les premiers ennemis de la France et de leurs concitoyens. Ils ont oublié le principe de précaution. Ne parlons pas du respect de leur propre pays et de ses habitants. Gare à eux !

  5. Vomir l’islam et le musulman, seront notre seule issue, et notre unique planche de salut ! …

Les commentaires sont fermés.