Enseignante en 6e, je constate le désastre : merci Peillon, merci Belkacem !

Publié le 20 février 2018 - par - 57 commentaires - 3 090 vues
Share

Ainsi que je l’ai déjà expliqué dans mes publications, je suis enseignante. J’enseigne notre belle langue française de la sixième à la terminale, au gré des affectations dans une de nos belles régions de France.  

Ayant repris le métier après une longue coupure, j’ai pu mesurer l’indéniable baisse de niveau de nos élèves, depuis l’ère Mitterrand. Malheureusement, force m’a été de constater que cette chute graduelle est devenue exponentielle depuis le passage d’un certain Flamby et de ses ministres à la présidence de notre pays. 

En effet, je suis depuis quelques mois en charge de deux classes de sixième. Et je ne peux que constater les dégâts. Ces élèves sont entrés au CP, à la rentrée 2012.  Durant leurs cinq années de primaire, ils ont subi le pédagogisme poussé à son paroxysme.  

Tout d’abord, et pour ne pas changer, la plupart d’entre eux ânonnent quand ils doivent lire et sur 10 qui lisent fluidement, 7 ne comprennent pas ce qu’ils lisent. Si le mot leur pose un problème, ils le transforment afin qu’il fasse sens pour eux, sans se soucier du sens général de la phrase. 

D’autant qu’ils sont intellectuellement crasses. Ils ne savent pas le quart de la moitié de ce que nos parents avaient appris à la communale. C’est tout juste s’ils savent différencier un verbe d’un nom commun. Une terminaison de participe passé à la place d’un imparfait ou inversement, ne leur pose aucun problème.  Leur vocabulaire est extrêmement pauvre.  Une phrase à l’ancienne et ils sont perdus :  » mais Madame, ça veut rien dire : Il leur offre de les accompagner. Ça veut dire quoi : maculée ? Pourquoi vous avez pas écrit le pas dans : il ne peut venir ? Etc. etc. Ils ne connaissent pas la simple règle de trois et donc encore moins la poser. Madame, ça fait combien sur 20, 20 sur 30 ? Selon les normes en vigueur, ils sont tous ( ou presque) dys quelque chose.  

Faire une dictée relève du parcours du combattant : Tout d’abord vous devez interdire effaceurs et autres « blanco », car s’ils estiment avoir fait une erreur, ils veulent la corriger de suite, perdant ainsi le fil de la dictée,  » madame vous pouvez répéter, madame ch’ais pu où j’en suis, madame j’comprends pas… » .  Une fois que vous avez réussi à leur faire comprendre que la correction d’erreurs viendra à la relecture, vous pouvez alors très très lentement commencer la dictée. Très lentement, parce qu’ayant été nourri à la photocopie, ils ne savent plus écrire. Tracer à la main leur demande un effort surhumain. Et puis, il faut écouter et écrire en même temps… Leur attention est quasi nulle. Comme pour les troubles du langage et de l’écriture, selon les normes en vigueur, ils souffrent tous de TDAH. Trouble de l’attention et hyperactivité. Pourquoi, parce que l’école ne doit plus brimer, ne doit plus contraindre, l’école doit laisser l’enfant s’épanouir…. Résultat, ils se lèvent en pleine classe (nous parlons ici d’enfants de 11 ans, pas 2 ans) pour jeter un papier, aller chercher un cahier dans le casier, prêter un crayon à l’autre bout de la classe… et ne comprennent pas le reproche qui leur en est fait.  Ils interrompent la parole, du camarade ou de l’adulte en permanence au prétexte de raconter tout et n’importe quoi,  » mais madame, j’voulais dire que… »  » cela a t-il à voir avec le cours ? Est-ce quelque chose que tu n’as pas compris ?  »  » Ben non »  » bon alors tais toi et écris ».  Quand ils ne réfléchissent pas à voix haute, chantonnent, se tiennent à genoux sur leur chaise, vautrés sur la table, avachis le long de la chaise… Ils tripotent en permanence leur stylo, leur tube de colle, leur souris correctrice dont ils dévident le fil, la règle ou la trousse qui finit par tomber… 

Je dois vous avouer que je suis une très méchante enseignante qui fait écrire dans le cahier, ce qu’elle écrit au tableau. Je ne donne pas de photocopies. Avec moi, on écrit le cours dans le cahier, puis j’explique, puis on fait des exercices afférents au cours. 

Le pédagogisme veut que ma pratique soit obsolète, au profit du tout oral. J’en veux pour preuve les manuels. En 2014, j’avais un manuel édité en 2011. Manuel sur lequel je pouvais appuyer mon cours. A la fin de chaque texte, de nombreuses questions étaient proposées, tant de grammaire que de compréhension du texte. J’ai maintenant le manuel édité en 2016. Il est d’une insondable vacuité. Il n’y a plus rien, si ce n’est une ou deux rares questions qui doivent être faites à l’oral, comme,  » A l’oral explique ce que tu penses du texte. «  

Tout cela combiné à l’éducation déficiente des parents. Un enfant, qu’on laisse pousser tout seul, tant les problèmes qui hantent l’adulescent devenu parent l’occupent. Un enfant qui doit comprendre que maman et papa n’ont pas que cela à faire, car ils doivent s’occuper de leur divorce, de leur nouvel épanouissement avec un nouveau compagnon, de leur épanouissement professionnel, épanouissement sportif, mental, amoureux, sexuel, et que sais-je encore. Au milieu, quelques gamins dotés de parents normaux, qui font leur boulot de parents, ont été normalement éduqués, ont eu droit à un instit vieille France qui leur a enseigné de véritables connaissances. 

Le livre de Mme Lefebvre est ô combien d’actualité.

Laurence-Antigone 

Print Friendly, PDF & Email
Share

57 réponses à “Enseignante en 6e, je constate le désastre : merci Peillon, merci Belkacem !”

  1. un résistant dit :

    vu le nombre de fautes d’orthographe dans les commentaires, parmi mes amis, mes copains et autres textes que je lis, il serait judicieux d’apprendre le Français à notre population de souche. il y a belle lurette que l’on ne sait plus écrire, et que les dictées ont disparu de notre horizon. quant à apprendre notre langue aux migrants, on y laissera notre temps et notre argent avant que les grands patrons en tirent profit ( ce qu’ils pensent). on est dans la merde jusqu’au cou, mais la tête la première !!!!

  2. Legendre dit :

    Merci au moins une personne qui vit et dit les choses mon fils va rentrer en 6 ème en sept et je m arrache les cheveux car les enfants arrivent avec aucune notion de grammaire et d orthographe ce qu’ il fait en CM2 c est ce sue l on faisait en ce2 bref pauvre France de plus les générations qui arrivent nous disent je n ai pas envie alors je ne fais pas je le vis tous les jours car moi les élèves je les vois a la piscine ou j essaie de les familiarisés ou apprendre à nager.merci pour ce droit de parole

    • Hasso dit :

      Si je peux me permettre un conseil, envoyez votre enfant à l’étranger, même en Angleterre, il aura plus de chances d’apprendre le français correctement, et pour une raison simple : là-bas, ils n’ont pas connu les pédagogistes/marxistes à la française !
      Edwy Plenel l’a très bien écrit dans les années 70 :
      « Pour nous, au contraire, il ne s’agit pas de réformer l’école, de l’améliorer, de la démocratiser car, tout simplement, c’est un objectif utopique, irréalisable : l’école est par essence, par nature, par origine un appareil de sélection sociale, de diffusion de l’idéologie bourgeoise. Cette école-là, elle n’est pas amendable, il faudra la détruire … »

  3. Franek71 dit :

    Il la laisse enseigner après un tel jugement ???

    • Marie d\'Aragon dit :

      @ Franek71 .
      Cher Monsieur, vous devriez plutôt féliciter ce Professeur pour son courage !
      C’est clair, vous n’avez aucune idée du désastre !
      Bien à vous,

  4. Marie d\'Aragon dit :

    Excellent et hélas bien vrai !
    Merci madame pour ce triste constat et votre objectivité sans langue de bois !
    Bien à vous,
    Marie

  5. Hellène dit :

    Ne jetez pas la pierre aux élèves : certains « enseignants » ne valent guère mieux.
    Ainsi, je connais des profs de biologie qui disent « unE pétale » et « unE globule rouge », tout en écrivant « dhiarrée ». Dans le même temps, le prof d’histoire écrit « Shengen » et « krak boursier » (comme le krak des chevaliers). Quant à la prof de français, j’ai renoncé à compter ses fautes…

  6. dufaitrez dit :

    Quand on ne peut plus rien dire, on se tait…
    Mais les mânes du Certificat d’Etudes, du Bécherelle, etc…nous hantent !
    C’était mieux avant ? Interdit !

    • Marie d\'Aragon dit :

      Très juste !
      Bescherelle et Bled sont rangés dans les placards de l’ E.N. mais pas dans les sacs des écoliers !
      Les mânes se font seuls…
      Bien à vous,
      Marie

  7. Parlervrai dit :

    Fils d’instituteur je comprends parfaitement.
    Je me permets une « amecdote » (oui, j’aime Coluche ;-) : mon beau-frère était, à l’époque du service militaire, VFI = Volontaire Formateur en Informatique. Mais il s’est rendu compte que ses élèves (adultes) ne savaient pas compter.
    Enfin:
    – TDAH = trouble de l’attention avec hyperactivité
    – TDA/H = trouble de l’attention sans hyperactivité

  8. Valentin dit :

    Quoique les médias disent des États Unis… Un jeune ami à passer 2 ans dans une université AMÉRICAINE.. . Les profs ne voulaient plus faire cours auxfrancais tellement ils se tenaient mal!

  9. Valentin dit :

    Pour alimenter le constat effarant de la baisse de niveau. Aujourd’hui quand un élève prépare un cap, le professeur de Francais à pour consigne d’évaluer les progrès de l’élève donc : si Mahmadou ne reconnaissait pas le verbe dans une phrase et que maintenant il sait le faire, et bien il mérite au moins 15 sur 20! Et si Thyram ( ne souriez pas j’ai une grande culture ès prénoms exotiques) lit maintenant une phrase sans s’arrêter, le prof peut aller jusqu’à 18! Mieux vaut rire de tout sinon on pleure!

    • wika dit :

      Oui, @Valentin, c’est ce qu’on appelle l’évaluation positive, car c’est épouvantablement traumatisant pour un enfant ou un jeune de voir sa note diminuée à cause de ses fautes ( pardon, il ne faut plus dire faute, mais erreur)
      Donc, on fait l’inverse, on compte ce qui est juste par rapport aux autres. On appelle cela également un enseignement bienveillant.
      Sauf que cet enseignement bienveillant ne prépare pas du tout les jeunes au monde du travail et fait le bonheur de tas d’officines qui donnent des cours de remise à niveau en orthographe-grammaire dans les entreprises ou universités

  10. DURADUPF dit :

    Ou ils ont mené notre Pays . Des lendemains qui vont bien déchanter pour nos pauvres générations futures. Espérons un sursaut du Peuple !!!???

    • Francois Desvignes dit :

      Sous la cendre , la braise.
      Ceux qui ont mille ans de mémoire génétique sur le sol de France, c’est la braise qui ne meurt jamais.
      Ceux qui ont mille ans de mémoire génétique de la barbarie, c’est la cendre qui ne sait pas qu’elle est morte et en plus condamnée.
      Qui consommera l’autre ?
      Pour un 1 blanc qui tombera, 1000 colored tomberont.

  11. patphil dit :

    un ancien professeur se permet de vous rappeler que les enseignants peuvent faire ce que bon leur semble! même ne pas exécuter les diktats des ministres!
    j’ai eu des stagiaires IUFM pendant quelques années, l’une est venue une fois avec un polycopié de sept pages, elle a tenu à le faire remplir, elle s’est vite rendue compte que les élèves décrochaient car ils ne comprenaient pas le jargon employé, je suis sur qu’elle a compris le message.

  12. Bruno dit :

    Il faudrait grandement reformer l’arabe littéraire afin de mieux apprendre aux infidèles les concepts de tolérance de la charia (décapitation avec le sourire, lapidation avec le smile, torture pour le bien de l’âme, dénis de la femme pour le bien des porcs islamistes)… Faisons une loi pour modifier l’arabe littéraire, ils montrerons leurs vrai visage à ce moment là

  13. Joël dit :

    Dire qu’en fin de maternelle, j’apprenais…la calligraphie. Enfin maintenant, c’est juste des garderies (maman travaille aussi n’a pas fait que du bien) où l’on joue aux lego. Les jeux vidéos c’est plus tard au CP.

    • Sévérac dit :

      D’accord avec vous, le niveau de maternelle s’est effondré, par contre en fin CP les élèves doivent savoir lire et écrire, cherchez l’erreur…Quant aux jeux vidéos c’est dès 2 ou 3 ans avec l’émerveillement béat des parents…

  14. Sévérac dit :

    Enseignant du primaire, j’ai parfois l’impression d’être un dompteur au milieu des fauves. Mais je ne lâche rien, ils n’auront pas ma peau…Sinon leur état général de santé physique et psychique m’inquiète : dyslexiques, dyspraxiques, dys… quelque chose, dépendants aux écrans (les 2/3 de ma classe) les immatures, les malpolis…Notre société est bien malade pour engendrer autant de « cas ». Je prévois des lendemains bien difficiles pour notre pays.

    • Joël dit :

      Et pour soigner les dys… quelque chose, des « experts » ont eu la merveilleuse idée d’amener des psy… quelque chose dans les écoles. Une bonne baffe prend beaucoup moins de temps et coûte bien moins cher.

      • Sévérac dit :

        D’accord avec vous pour l’inefficacité globale des aides proposées par les spécialistes. Rien ne remplace l’histoire que les parents vont lire à l’enfant avant de se coucher et plus généralement toutes les activités et le travail qu’ils feront ensemble. Apprendre à parler c’est surtout à la maison et comme dit une collègue de CP : »comment apprendre à lire à des élèves qui ne savent pas parler? » Mais sinon « vive la télé! », au moins les gosses sont calmes.

    • un résistant dit :

      c’est ce que j’ai écris en haut de la page. cela fait quarante ans que nous chutons, mais jamais de fond de gouffre, toujours plus de CHUTE. jusqu’ou ?

  15. Arthur dit :

    Vieille enseignant, je confirme que la majorité des élèves de lycée souffrent de troubles de l’attention. D’ailleurs, pire que le petit matériel scolaire, il y a le téléphone portable qui est une cause de distraction très recherchée ——-
    Quant au raisonnements mathématiques, dans de mauvaises classes , en seconde, la majorité des élèves est incapable de résoudre un problème du type :

     » 5 kg de pommes de terre coûtent 10 Euros, combien coûte 1 kg ?  »

    Certains divise 5 par 10, d’autres multiplient 5 et 10 —-

    • Arthur dit :

      Désolé, pour la faute. Je corrige : « Certains divisENT)

    • Joël dit :

      Moi je sais, ça coûte 50 kg. lol

      • Arthur dit :

        Sur un problème équivalent à celui évoqué, j’ai obtenu quelques réponse du genre de la vôtre !

        • Lotus bleu dit :

          «j’ai obtenu quelques réponse». Le faites-vous exprès ou est-ce naturel chez vous?

          • Arthur dit :

            Comme je l’ai écrit plus haut j’ai horreur d’écrire avec un clavier. ET puisque vous êtes très malin, vous avez dû remarquer que l’on ne peut pas corriger une faute sur un texte déjà envoyé et pourtant psychologiquement c’est sur ces envois que l’on voit le mieux ses étourderies.
            Pour le reste comptez sur moi pour surveiller vos éventuelles erreurs.

    • Lotus bleu dit :

      Êtes-vous une vieille enseignante ou un vieil enseignant? Branchez-vous!
      «Quant au raisonnements mathématiques» (auX)
      Souffrez-vous de trouble d’attention?

      • Arthur dit :

        Etes vous intelligent ou un pinailleur incapable de pardonner un faute d’étourderie ? Enfin, je vous plaints.

      • Arthur dit :

        J’ajoute que quelqueS (ça vous va ?) leçonS de politesse et de charité, mon vieuX, ne vous ferez pas de mal.

        • Lotus bleu dit :

          En général, je ne corrige pas les fautes mes compatriotes et moi-même, j’ai fait, quand je me relis, j’en découvre, mais pour vous, c’est différent, vous nous avez dit que vous étiez un vieux prof. Que les ouvriers écrivent en faisant des fautes, on peut le comprendre, mais qu’un vieux prof en fasse, alors là, c’est difficile à comprendre, normalement vous devriez donner l’exemple. Vous pouvez surveiller mes éventuelles fautes, je m’en fouTS.
          Suis-je un pinailleur? Un peu, j’aime taquiner le poisson, mais avant tout, je suis un patriote et un chrétien fusilleur.

        • Lotus bleu dit :

          «ne vous ferez pas de mal» Vous recommencez. «ne vous feront pas» Vous n’êtes pas un vieux prof, impossible.
          Des leçons de politesse et de charité ne me feront pas de mal et pour vous, des leçons d’orthographe.

  16. Caroline ARTUS dit :

    Quelques exemples de « pédagogie  » :
    1 – Deux classes de maternelles, un lundi matin, dans la salle de musée d’un château. Glissades sur le parquet, chamailleries, roulades avant et arrière ne perturbaient pas l’instit qui expliquait, extatiquedevant un tableau, l’art naïf sud-américain.
    2- Dans la forêt, une classe avec tous les élèves sur des vélos et casques identiques écoutant pendant 5 bonnes minutes « pourquoi il est dangereux d’utiliser son portable en conduisant son vélo »
    3 – Forêt encore : toute une classe avec 2 bâtons chacun, tous les mêmes, apprendre à faire du ski nordique.
    4 – Dans la rue, une classe avec feuille à la main : apprendre à s’orienter dans sa ville.
    C’est sûr qu’ils ne risqueront pas de connaître « Victor Hugo sur le bout des doigts » !

  17. Henri Lautréamont dit :

    A quoi sert-il que les enfants apprennent puisqu’il ne leur est demandé que de savoir manipuler une console de jeu ? Pour courir après une promotion de chocolat liquide rien ne sert de connaître le Passé Simple, la solidité des poings est un meilleur atout. Pour se laisser guider par les religieux, nul besoin d’esprit critique, la simplicité de l’esprit suffit. Madame le constat accablant que vous dressez, tous les parents consciencieux de France le font, mais lorsque l’heure du vote arrive, les Français réitèrent leur  » confiance  » à ceux à qui profitent le crime. Il est vivement conseiller de regarder le film  » Idiocracy  » sous ses airs rigolos, il fait froid dans le dos…

  18. Caroline ARTUS dit :

    3- Jusqu’à ce que le pédagôchisme n’avait pas encore infesté l’Ecole, celle-ci avait pour mission de pallier les déficiences en tous genres des parents et ces parents, soucieux de voir leurs enfants réussir mieux qu’eux, pouvaient-ils s’en remettre à elle. Dans bien des cas, ce n’est plus le cas.
    Et ce retour au « tout oral » fait vraiment penser aux sociétés primitives sans écriture. On sait bien qu’elles finissent par disparaître. Le pédagôchisme n’a pas échoué mais a, au contraire, parfaitement atteint son but, comme disait Eric Zemmour. Sans retournement de la situation, l’avenir s’annonce bien sombre…
    Avec mes encouragements, Laurence Antigone et mon profond respect.

    • Lotus bleu dit :

      Je suis d’accord avec vous, les socialistes et les communistes ont mis la merde dans l’EN, pas involontairement, mais volontairement. Ces Français qui contrôlent l’EN sont des fous et pourquoi sont-ils fous? Parce qu’ils ont été endoctrinés par l’idéologie communiste et socialiste par leurs parents éduqués à l’EN.
      Vous auriez dû écrire un article complet sur ce sujet au lieu de compléter celui de Mme Antigone, quel joli nom!

  19. Mxmx dit :

    Si vous êtes l’auteur de « assassinat de la France expliqué à ma petite fille », une telle naïveté quant à la situation m’étonne de votre part.

  20. Caroline ARTUS dit :

    2-(il est frappant de constater…) les réflexes de pensée désespérément pavloviens et, surtout, un cruel défaut de sensibilité et d’empathie quand ils comprennent que vous appartenez au « camp du mal ». Je les ressens comme de véritables bombes à retardement, comme les bras armés de l’idéologie qui les a façonnés, prêts, le jour voulu, à obéir aux ordres. C’est la société du « Moi Seulement » qui prévaut maintenant, et les parents (ceux qui ont encore la tête sur les épaules et le sens du devoir chevillé à l’âme sont des héros…) n’y échappent pas. S’épanouir, réussir sa vie et tout ce que vous décrivez prend tant de place qu’ils n’ont plus ni temps ni énergie ni même volonté pour s’occuper vraiment de leurs gosses. Voir 3-

    • Lotus bleu dit :

      «de leurs gosses» Un peu de hauteur Mme Artus, là ça fait ouvrier de 3° classe. Dites: de leurs enfants ou adolescents. Merci.

  21. Caroline ARTUS dit :

    1 – Le nivellement par le bas a commencé avec mai 68. Au fil des ans, les chances pour les élèves de bénéficier de « maîtres instructeurs », à qui il avait été enseigné la capacité de transmettre leur savoir et de tirer tous les élèves vers le haut sont allées en s’amenuisant jusqu’à disparaître comme peau de chagrin. Les enseignants comme vous, madame Antigone, sont désormais la portion congrue de l’enseignement et doivent faire profil bas car l’Education nationale ne vous demande plus de rendre les élèves instruits et dotés d’un esprit critique mais de former des bataillons de clones dans la mouvance  » anti fasciste « . Il est frappant de constater chez les jeunes la profondeur abyssale de l’inculture, l’absence totale de discernement… (voir 2-)

    • Marie35 dit :

      Oh la « esprit critique », vous n’y pensez pas. Je vois tous les jours mes garçons rentrer du lycée et du collège en me disant qu’ils ont « dû faire du macron » (dire aux profs ce qu’ils ont envie d’entendre), pas de contestation possible, il faut être conforme aux idées de l’EN, on leur demande de faire de l’argumentation en limitant leur liberté de parole. Exemple : obligation d’aller voir une pièce de théâtre en français (un truc féministe mal joué ) et au lieu d’ouvrir le débat, il faut que tout le monde soit emballé par la pièce. J’attends de voir pour le dernier, il m’a dit qu ils iraient voir un film sur les pauvres migrants, mais toujours pas de mot pour informer les familles.

    • Lotus bleu dit :

      Le nivellement par le bas, c’est exactement ça. Tous ces jeunes Français vont finir paumés, leur vie professionnelle va être un échec, ensuite leur vie personnelle, car en plus d’être faibles en connaissances rationnelles, ils sont nuls en connaissances spirituelles. Ça va faire mal.

      • un résistant dit :

        le nivellement par le bas permet de mieux maitriser les masses, il est plus facile de diriger un âne qu’un cheval de courses.
        nos gouvernants s’y emploient depuis très longtemps.

  22. Fradth dit :

    Futur enseignant, ça me donne envie de sauter le pas et de devenir ministre histoire de remettre ça dans le droit chemin. C’est sans doute de la présomption, mais le taux d’amateurisme et le manque de professionnalisme des décideurs de l’état est tel, qu’un stagiaire n’ayant pas fini son master serait probablement plus efficace qu’eux.

  23. Bond Nauséa Bond dit :

    Je suis nouvel enseignant de sciences et je souscris à tout cet article. Je suis pourtant dans une zone plutôt privilégiée mais c’est une catastrophe, la moitié des élèves ne veulent rien faire et beaucoup sont insolents.

  24. cirrus dit :

    Je ne comprends pas pourquoi les ministres de l’EN ne sont généralement pas d’anciens enseignants du primaire/secondaire. Les enseignants du supérieur ne savent plus ce qu’est un ado ou un enfant. Ce ne sont pourtant pas les enseignants qui manquent en politique, en particulier dans les rangs de ceux qui gouvernent ou ont gouverné la France.

  25. BobbyFR94 dit :

    L’une des techniques de l’asservissement d’un peuple consiste à faire en sorte qu’ils aient de plus en plus de problèmes sociaux, sociétaux, les empêchant ainsi de « relever la tête » afin de pouvoir voir, analyser et comprendre…

    Egalement, dans tous leurs problèmes, sur toutes sortes de plans, de ne pas – plus – pouvoir se consacrer à l’éducation de leurs enfants, enfin, ça, c’est pour les parents « normaux »…

    Les « chances pour la France », elles, ont déjà des parents qui sont des abrutis, vous comprenez bien mieux le nivellement par le bas de l’éducation nationale, qui devrait maintenant s’appeler la rééducation nationale …comme dans l’ex-URSS !!!

    Et TOUT est à l’avenant, dans TOUS les domaines, car les MONDIALISTES veulent, le plus vite possible, une MASSE de CRETINS !!!

    • Arthur dit :

      « Les « chances pour la France », elles, ont déjà des parents qui sont des abrutis » (sic)

      Je ne dirais pas qu’ils sont abrutis. Selon moi, il s’agit de parents inadaptés à notre culture et qui sont incapables d’élever leurs enfants suivant nos critères.

      • maujo dit :

        J’ai été responsable dans une entreprise de transport international, je suis à la retraite depuis 10 ans.
        L’année ou je suis parti en retraite, un ami enseignant dans une école de transport à Rouen m’avait appelé pour que je l’aide à corriger les examens du BAC professionnel, c’est avec plaisir que je m y suis rendu.
        Il y avait 25 élèves, filles et garçons, aucun eleve issu de la diversité, que des bons gaulois, j’ai été horrifié de ce que j’ai découvert, le probleme de mathematique du niveau du CEP, la majorité etait incapable de calculer un volume, de savoir combien il etait possible de mettre de cartons sur une palette, une catastrophe, le Français pareil, des fautes à toutes les lignes, resultat, la majorité des notes largement en dessous de la moyenne, seule 2 l’ont obtenu.

      • maujo dit :

        l’année suivante j’ai retenté la même expérience, pareil, aucune évolution.
        Une semaine après, mon ami m’apprends qu’il est viré de l’école de transport car trop sévère avec les notes et cerise sur le gâteau, toutes nos notes avaient été annulées, tous les élevés ont eu la moyenne, naturellement ils ont eu le BAC , l’année precedente aussi et nous nous sommes des guignols que l’ont a manipulé.