1

Enseignants agressés : beaucoup n'ont que ce qu'ils méritent !


On nous bassine avec le manque de moyens, et ce n’est pas le problème. Le problème, c’est la lâcheté et le laxisme du gouvernement ! On a laissé des malotrus s’amuser depuis des décennies. Les politiciens sont coupables. Un lycée est un sanctuaire de l’enseignement ! Pourquoi les personnes entrées sans autorisation ne sont-elles pas immédiatement arrêtées ?
Il y a quelques années encore, les parents conviés par un enseignant pour parler de leur enfant s’habillaient avec soin, étaient intimidés, respectueux, apportaient parfois une douzaine d’œufs frais ou quelques fleurs du jardin.
Nous, les élèves, nous levions automatiquement à l’entrée du prof et ne quittions le banc qu’avec son autorisation. Le bavardage était sévèrement puni. On levait le doigt pour avoir l’autorisation de répondre. Aujourd’hui, on ne peut qu’en rêver, du bavardage !
Les années ont passé, et je m’étonne toujours du manque de civisme des ados et des « jeunes » dans la circulation. Le respect est une notion poussiéreuse.
J’avoue qu’à plusieurs reprises, j’ai eu des envies de meurtre envers certains profs de mes enfants, assez régulièrement, même. A une occasion, je suis entrée dans la classe en pleine matinée, ai tiré ma fille par la main et l’ai emmenée dans le lycée de la ville voisine. Où elle a immédiatement été acceptée. Quant à la principale de mon fils ainé, j’en rêvais la nuit. Parfois sur un bucher, d’autres au cachot, et toujours torturée par une armée de sauvages. Je n’ai jamais passé à l’action, Dieu merci !
Sources :
Créteil : il menace sa professeure avec un pistolet factice (20.10.2018).
Pantin : pourquoi ne révèle-t-on pas le contenu des lettres de la directrice d’école qui s’est suicidée ?
Sarcelles : un enseignant du lycée de la Tourelle violemment agressé par un élève
Dans les années 1970, ma cousine était institutrice. Un soir elle rentre chez nous bouleversée et nous raconte ceci : elle a puni un petit élève de famille marocaine et il lui a répondu : « Maintenant c’est toi qui commandes, d’ici peu ce sera nous qui commanderons » Un gosse d’une dizaine d’années n’invente pas cela, il répète ce qu’il entend à la maison. (Source : Anne Lauwaert):
Marseille : le personnel de Camille Jullian bloque le lycée

Le 8 janvier, les élèves du lycée ont été renvoyés chez eux, une pancarte mise sur l’entrée. Le personnel a bloqué l’établissement toute la matinée. En cause : les agressions répétées de parents d’élèves. L’établissement est resté fermé toute la matinée.
Le personnel a voulu mettre en avant son droit de retrait qui leur avait été refusé par l’inspecteur académique. La dernière agression avait eu lieu lundi.
Des attaques répétées depuis la rentrée.
Les professeurs et les assistants d’éducation ont été victimes de multiples violences depuis le début de l’année scolaire. Les parents d’élèves n’hésitant pas à pénétrer dans l’établissement. « Nous sommes agressés. Se prenant pour Mamadou le Malien, certains parents d’élèves escaladent le portail pour venir nous insulter, nous menacer et prendre des photos. La situation est intolérable », indique un professeur désirant garder l’anonymat.
Lundi 6 janvier, la conseillère principale d’éducation avait déjà été agressée verbalement et menacée par un parent d’élève. Choquée, elle a décidé de porter plainte et a été mise en arrêt. Le personnel souhaite plus de sécurité dans l’établissement.
« Nous ne sommes plus en sécurité. Nous travaillons en paniquant, ce n’est plus possible », explique une enseignante.
http://www.fdesouche.com/1321181-marseille-portes-closes-dans-un-lycee-pour-cause-dagressions-repetees-commises-par-des-parents-deleves
Taverny : agression par un de leurs élèves, la troisième dans le département en quelques jours, soupçonné d’avoir giflé lundi deux enseignantes. Cet élève avait une altercation avec une enseignante dans les couloirs du lycée Louis-Jouvet quand une autre collègue est venue lui apporter de l’aide : les deux profs « ont reçu des gifles », a indiqué la direction des services départementaux de l’éducation nationale (DSDEN).
https://www.bfmtv.com/police-justice/val-d-oise-troisieme-agression-d-un-enseignant-par-un-lyceen-depuis-la-rentree-1783785.html
« Je vais te crever » l’agression violente d’une enseignante menacée de mort par deux parents d’élèves
https://www.gentside.com/agression/je-vais-te-crever-lagression-violente-dune-enseignante-menacee-de-mort-par-deux-parents-deleves-video_art92633.html
Un enseignant violemment agressé par un parent d’élève
Un père de famille s’en est pris au directeur de l’école Buisson, à Valence (Drôme), ce jeudi. L’homme a été interpellé.  Il s’est introduit dans l’école et s’est précipité dans la classe du directeur et lui a porté deux coups de poing au visage devant les élèves de CM1-CM2.
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/un-enseignant-violemment-agresse-a-valence-1560503161
La directrice de l’école Hubert-Monnais, à Lunéville (54), a été victime d’une agression. Un père de famille, invité à venir récupérer son enfant malade s’en est pris verbalement et physiquement à la directrice devant plusieurs témoins mais également des enfants, présents au moment des faits.
https://www.estrepublicain.fr/edition-de-luneville/2019/01/24/luneville-la-directrice-de-l-ecole-hubert-monnais-agressee-ce-jeudi-par-un-parent-d-eleve?preview=true
Les parents d’un élève du lycée Jean-Mermoz, à Béziers (Hérault), sont accusés d’avoir roué de coups un professeur, ce vendredi matin, dans l’enceinte de l’établissement. Le couple se serait présenté à l’accueil du lycée, pour évoquer le cas de leur fils de 15 ans. Alors qu’un professeur de leur progéniture serait passé par là, les parents se seraient jetés sur lui, et l’auraient violemment frappél.
Les professeurs n’ont pas donné cours pendant deux heures
Le couple aurait été maîtrisé, avant d’être interpellé par la police et placé en garde à vue
https://www.20minutes.fr/faits_divers/2446951-20190208-beziers-professeur-roue-coups-lycee-parents-eleves
La violence est une tache au fronton de la République. Les médecins en sont victimes, plus de 1.000 d’entre eux ont été agressés dans leur cabinet l’an dernier. Les écoles aussi en sont victimes,  cette semaine, une école maternelle a été incendiée à Chanteloup-les-Vignes. En Seine-Saint-Denis, près d’un lycée, des jeunes s’attaquent au marteau et à la machette.
Et les mêmes scènes se reproduisent en province. Les maires de la banlieue parisienne de toute tendance, gauche et droite, sont exaspérés et pensent faire comme le maire de Sevran, qui a préféré démissionner, désespéré par l’indifférence de l’État. La violence, présente depuis des années, ne fait que s’aggraver. Dans ces quartiers, la violence est devenue un mode de vie, un mode d’expression pour beaucoup d’adolescents ou de jeunes adultes.
Je n’ai qu’une idée à donner aux enseignants agressés. Immédiatement se porter malade. Quitter le lycée, se rendre illico chez le médecin et en sortir avec le papier. (Plusieurs jours seraient recommandables) A récidiver à chaque fois. Il devra bien se passer quelque chose.
Anne Schubert