Entre Delanoë et Baroin, qui fait mieux dans le match Paris-Troyes du ramadan ?

Publié le 18 juillet 2013 - par - 1 900 vues
Share

Si le ramadan n’existait pas, il faudrait l’inventer. Ainsi doivent penser, en cette période pré-électorale, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, et le maire de Troyes, François Baroin (1). Paris, Troyes, la France valent bien un ramadan !

La compétition bien connue du Paris-Troyes s’est ainsi affublée d’une compétition politique plutôt grotesque. En rompant le jeûne avec la communauté musulmane lors de banquets du ramadan, qui gagnera le plus d’électeurs musulmans, Bertrand ou François ? Le PS ou l’UMP ? Quand les échéances électorales pointent à l’horizon (municipales l’an prochain,  présidentielles, pourquoi pas ?) nos édiles ne manquent vraiment aucune occasion. Ils sont prêts à tous les abandons y compris celui de la laïcité qu’ils sont censés respecter en tant qu’élus. Même si un orthodoxe, un juif, un musulman, un catholique, un protestant sont tous des administrés, la réserve devrait s’imposer aux élus sur leurs relations avec des pratiques religieuses cultuelles, quelle qu’en soit la religion.

C’est donc au coucher du soleil la veille du 14 juillet, que le maire de Troyes a consacré sa soirée à rompre le jeûne (des autres) au 6, rue des Ponts. Adresse bien choisie, question d’établir des ponts pré-électoraux avec l’islam en France. …

Au menu de cette soirée que rapporte L’est-éclair (2),  « de la soupe [pour réchauffer l’atmosphère ?], des œufs durs [bonne précaution], de l’agneau [halal forcément], des dattes [mémorables], de la patisserie orientale, etc … », bref un menu type du terroir français qui sent la bonne intégration !  La présence de l’ancien ministre des finances a fait « chaud au cœur » du président du CRCM (Conseil Régional du Culte Musulman), lequel a, à son palmarès, les visites à Troyes de Hani Ramadan, membre de la Confrérie des Frères Musulmans et directeur du Centre islamique de Genève, et la diffusion des livres d’al-Qardawi … (3)  (dont Les non-musulmans dans la société islamique ). Ce qui revient à dire que le maire de Troyes, ce soir-là, était, pour ses hôtes, le parfait dhimmi au service de l’islam quand il pensait, lui, que ses hôtes étaient à son propre service.

Comment donc le maire de Troyes, pour la seconde fois, a-t-il accepté d’être représenté ou présent à une invitation chapeautée par le Maroc, en la personne, cette fois-ci,  du consul-adjoint du Maroc à Dijon et attaché social au même consulat ? Ce personnage n’est-il pas un délégué du roi de Maroc, attaché au Conseil Consultatif des Marocains de l’Étranger (CCME) dont l’activité, dite sociale,  est d’encourager l’identité nationale et religieuse des immigrés marocains et de veiller à la non-intégration des Marocains en France ? On peut dire que c’est un « empêcheur d’intégration » (comme l’est Mme Najat Vallot Belkacem) qui était à la même table qu’un ancien ministre de la République et premier magistrat de la ville de Troyes.

Le maire de Troyes, qui s’y connait en communication, n’a pas manqué d’adresser à ces « coupeurs de jeûne » les flatteries dont il a le secret : « C’est un honneur que vous me faites. Ce rendez-vous est important pour votre communauté donc pour tous les Troyens [En est-il bien sûr ? En tout cas, pas pour moi]. Que cette période soit la plus précieuse dans votre foi, la plus agréable, conviviale et familiale.  Je souhaite que nous puissions, les uns les autres, vous accompagner dans cette étape. C’est un message d’optimisme pour nos projets, de respect à l’égard du ramadan et d’amitié pour l’ensemble de la communauté musulmane ».

Parc des Moulins001

Il faut dire que si le maire fait les yeux doux à la communauté musulmane – élection oblige -, la communauté musulmane a intérêt, elle aussi, à faire les yeux doux au maire de Troyes : elle envisage la construction d’une grande mosquée à Troyes, à quelques centaines de mètres de la première même si on recense actuellement 8 mosquées à Troyes et dans son agglomération. Mais on sait qu’un Algérien ne prie pas chez les Marocains, un Turc chez les Arabes, les Sunnites chez les Chiites etc. … Il faut donc beaucoup de mosquées ! En tout cas, cette mosquée jouxterait un immense parc en cours d’aménagement qui ferait les beaux jours de la communauté musulmane du quartier. Génial !

Mosquée al-Ghazali troyes02

« MOSQUEE ACHETER AVEC UN CREDIT BANCAIRE :

750 000 € + LES INTERETS »

(Photo et mention : http://www.limada.net/t571-mosquees-troyes2centre-al-ghazali)

La communauté musulmane de la mosquée al-Ghazâli, dans le quartier des Sénardes,  espère donc construire une nouvelle mosquée et le 13 juillet fut, sans aucun doute, une bonne occasion pour elle de réclamer des faveurs à  la municipalité.  Pendant ce temps-là, à La Chapelle St-Luc, dans le Grand Troyes, la communauté est en train d’achever un « centre culturel et social », comme l’indique le permis de construire, qui n’est autre qu’une mosquée. A Troyes comme ailleurs, la République, avec la complicité des préfets et des élus, bafoue ses propres lois.

Bernard DICK

(1) Nous apprenons ce jour, 18 juillet, que Bertrand et François sont concurrencés par Manuel, nouveau coupeur de jeûne qui déclare son « affection » pour les musulmans et son hostilité à l’islamophobie. A qui le tour ?

(2) L’est-éclair, Troyes, 15/07/2013 p. 2

(3) Yousef al-Qardawi, est président de l’Union internationale des savants musulmans, président du conseil européen pour la recherche et la fatwa, consultant de la chaîne al-Jazeera, Il vient d’être expulsé de Qatar, son pays d’adoption et son mentor politique et financier. Il a émis une fatwa déclarant le jihad licite en Syrie.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.