Entre pauvreté et mort : pourquoi des mercenaires syriens se rendent en Azerbaïdjan ?

Publié le 4 octobre 2020 - par - 5 commentaires - 740 vues

Ce n’est pas un secret que des centaines de mercenaires de Syrie et de Libye ont été récemment déployés dans les territoires contestés du Haut-Karabakh. Ainsi, la Turquie tente d’aider son État frère, l’Azerbaïdjan, à affronter l’Arménie.

Ankara a apparemment décidé de ne pas cacher ses actions illégales. De nombreux dirigeants étrangers se sont déjà déclarés préoccupés par la politique agressive de la Turquie. Le 2 octobre, le Président français Emmanuel Macron a annoncé que son pays avait des informations sur le transfert de jihadistes en Azerbaïdjan. « C’est un fait nouveau très sérieux, qui change la situation », a-t-il déclaré.

Les journalistes de la chaîne d’information américaine CNN ont également réussi à obtenir des détails sur le recrutement des combattants de “l’armée nationale syrienne” par les forces armées turques. Selon CNN, la Turquie a promis aux Syriens environ 1 500 dollars par mois pour se rendre en Azerbaïdjan. Des sources syriennes confirment également cette information.

Certains de ces mercenaires révèlent eux-mêmes la manière dont les Turcs ont effectué le recrutement et l’envoi de combattants dans l’État du Caucase. Les recrues y ont d’abord été amenées pour assurer la protection des gazoducs et des oléoducs. Selon l’un des combattants du groupe syrien, après leur arrivée en Azerbaïdjan, ils font face aux combats comme ils l’ont été en Syrie et en Libye. “Nous avons appris que c’était la guerre et non pas travailler pour une entreprise de sécurité”, a déclaré le combattant syrien à CNN. Il a ajouté qu’environ 1 000 combattants ont déjà été envoyés en Azerbaïdjan.

Elizabeth Tsurkov, membre du Foreign Policy Research Institute, basé aux États-Unis, a écrit que la principale raison pour laquelle les mercenaires syriens se battent pour les intérêts géopolitiques de la Turquie dans différentes régions du monde est l’extrême pauvreté et la situation catastrophique des jeunes hommes et de leurs familles dans leur pays d’origine.

Cependant, les combattants syriens ne doivent pas oublier l’expérience de leurs camarades du groupe Sultan Murad, qui ont d’abord été recrutés pour rejoindre les combats aux côtés du GNA en Libye mais puis ont été envoyés en Azerbaïdjan. En fait, la Turquie les considère comme de la chair à canon, les poussant au milieu des combats entre Arméniens et Azerbaïdjanais. Beaucoup d’entre eux n’ont pas reçu le salaire promis, du moins parce qu’ils sont morts en combattant pour les intérêts de la Turquie.

Selon des informations récentes, depuis le 1er octobre, plus de 12 combattants de l’armée nationale syrienne ont déjà été tués lors des affrontements au Haut-Karabakh. Le producteur de la BBC, Riam Dalati, a affirmé que huit mercenaires avaient été tués lors d’une attaque contre les défenses arméniennes tandis que de multiples tentatives pour sauver les blessés avaient échoué car ils étaient tombés sous les tirs d’artillerie et de mortier.

Le conflit armé au Haut-Karabakh est un autre exemple de guerre par procuration qu’Ankara mène sans relâche en Afrique du Nord, en Méditerranée orientale et dans le Grand Moyen-Orient. Il ne fait aucun doute qu’à la poursuite de ses objectifs le Président turc Recep Erdogan ne se soucie pas des mercenaires syriens et libyens qui se battent pour obtenir une récompense financière. La lutte pour les intérêts géopolitiques de la Turquie ne leur promet que des blessures et la mort.

Ahmad Salah

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Charles Demassieux

C’est une guerre de religions qui se joue là-bas comme ailleurs, avec comme acteur récurrent l’islam, toujours l’islam…!

zéphyrin

c’est souvent le cas pour les mercenaires en général….ce ne sont pas ceux qui connaissent le confort et la paix qui vont mourir pour 3 francs 6 sous….ailleurs…
au fait pourquoi la syrie et la libye sont appauvris et en guerre ?

patphil

malheur aux arméniens qui ont échappé au génocide ottoman de 1915; ils sont chrétiens donc amenés à être tués comme le prone le saint coran

Clamp

C’est Poutine qui tient le sifflet mais il roupille ! C’est pas la peine d’attendre que la situation soit irréversible Vladi, de toute façon, on est tous dans le même bateau alors autant lancer la croisière tout de suite, the sooner the better, chaque jour qui passe, l’ennemi se renforce !

sitting bull

12 en moins moi je sors le champagne !

Lire Aussi