Envoyé Spécial et Salut les Terriens : l’appareil d’Etat en action…

Comme Christine Tasin, rapportant la chose dans un article de Riposte laïque la semaine dernière car elle y était vertement calomniée, j’ai vu l’« honnête » reportage diffusé sur France 2, jeudi 13 février, dans l’émission gauche et consensuelle Envoyé spécial : « La rumeur du 9.3. » J’avoue que je garde intacte ma capacité d’étonnement à chaque nouvelle saillie journalistique.

Ecouter ces hérauts de l’appareil d’Etat se révolter contre la propagation de rumeurs c’était un peu comme entendre Pablo Escobar me dire depuis son sépulcre  que : la drogue c’est de la merde !

Parce que le coup de l’ETA après les attentats de 2004 à Madrid ; de l’extrême droite pour le massacre de Toulouse, etc., n’étaient-ce pas des rumeurs infâmes qui extrapolaient les faits objectifs ? Récemment encore, nous avons goûté à la rumeur officielle – disponible dans toutes les « bonnes » rédactions ! – avec l’affaire Clément Méric.

D’ailleurs, le reportage de France 2 se construit lui aussi comme une rumeur : le retour de la vilaine bébête immonde ! Les premières minutes font même très peur ! Heureusement, tout se termine en un mielleux mélo qui nous dévoile une paisible commune de France transformée en phalanstère du multiculturalisme où tout va bien, accueillant des réfugiés bien intégrés, et j’en passe. Entretemps, on aura entendu le terrible et presque sincère courroux d’élus « accusés » – les pauvres ! – d’accueillir des populations de Seine-Saint-Denis dans leurs villes en échange de substantielles sommes d’argent. A-t-on déjà vu des élus accepter des pots-de-vin ? Les gens ont de ces idées !

Et si les morts de la Saint-Sylvestre, les fusillades de Marseille, les J.O. du Djihad en Syrie où se pressent des candidats de toute l’Europe, la surreprésentation des « minorités visibles », les aides faramineuses concédées à leurs associations, etc., tout ça n’était qu’une rumeur ? Peut-être, comme pour l’insécurité, n’est-ce qu’un sentiment  méchamment entretenu par les heures les plus sombres de notre bonne poire ?

Sérieusement, à moins d’avoir des œillères et de marcher en regardant ses pompes, il n’y a qu’à observer notre pays pour se rendre compte d’une réalité qui dérange : l’immigration du continent africain a explosé. Leur taux de natalité, malgré ce que racontent les chiffres brandis par un spécialiste bon teint, ne se calque pas sur le modèle autochtone. Et la violence ne leur est pas étrangère, pour oser le jeu de mots ! « Objection ! Ils sont Français ces gens-là ! » Sur le papier, oui. Pour le reste, vous permettrez que je doute !

De pareils reportages, loin de « moraliser » les esprits rétifs à la doctrine d’Etat, ne font que les révolter. La partie est en passe d’être perdue et c’est pourquoi les médias s’autorisent toutes les démagogies et les mensonges, grossissant là une broutille quand ils taisent des crimes abominables qui ne rentrent pas dans leur échelle de perception du bien et du mal. Rappelez-vous l’accueil fait à Laurent Obertone lorsqu’il osa l’impensable : exposer au vu et au su de tous la vérité sur la criminalité en France.

On invite ainsi Marine Le Pen dans un traquenard à Salut les terriens !, sur Canal + – une émission montée et pas en direct, je le précise, donc propice à tous les « arrangements » bien-pensants ! –, encadrée par : Philippe Besson (auteur homosexuel et de Gauche) ; Gérard Filoche (militant CGT) ; Myriam Leroy (une énième « talentueuse » chroniqueuse paramétrée pour la maison Canal +) ; et, cerise sur le gâteau, Mourad Boudjellal (éditeur succesful issu de la diversité). Il ne manquait rien. Marine Le Pen, rompue à ces piteuses tentatives de déstabilisation, ne s’est cependant pas transformée en monstre vert colérique et a, sans doute pour son malheur, damé le pion à Thierry Ardisson, dit le sournois.

Elle court, elle court la rumeur, et la banlieue – la France en fait ! – elle brûle. Aux extincteurs : aux urnes citoyens !

Charles Demassieux

image_pdf
0
0