Erdogan ou la haine de l’Occident, d’Artur du Plessis : indispensable !

Après des années d’abstinence littéraire, Laurent Artur du Plessis revient à la une avec un ouvrage indispensable : Erdogan, ou la haine de l’Occident, publié aux Éditions Jean-Cyrille Godefroy. Une biographie de plus du sultan d’Ankara en librairie, me direz-vous ? Bien plus que cela. Et cela tient avant tout à la personnalité, à l’intuition et à l’impressionnant travail de recherche d’un auteur pointu et exigeant. Car du Plessis fut, en 2005, le premier à voir en Erdogan une menace terrible pour l’Europe. Souvenez-vous : Chirac militait alors activement pour l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, la sphère médiatico-politique, toujours aussi éclairée et visionnaire, comparait l’AKP, parti islamiste, aux démocrates-chrétiens allemands ou italiens…

Seul l’auteur du livre évoquait alors l’ampleur du danger qu’Erdogan ne manquerait pas de faire courir à l’Occident, dans un livre intitulé « 10 questions sur la Turquie… et dix réponses dérangeantes. » Livre accueilli alors par un concert de critiques, « islamophobe », « complotiste », et tout le dictionnaire des anathèmes qui ne manquent pas de tomber sur ceux qui y voient clair avant tout le monde, et surtout à rebours de la ligne officielle du moment.

Le livre est avant tout une biographie sérieuse, minutieuse, qui nous plonge jusque dans l’enfance d’Erdogan, pour nous aider à comprendre qui il est vraiment. Enfant issu d’un milieu très modeste, du Plessis nous brosse le portrait d’un Erdogan qui, loin d’être un simple manipulateur usant de l’islam comme d’un étendard politique, est un musulman pieu, imprégné d’une foi profonde, dont la vie est depuis toujours réglée par les règles, obligations et traditions religieuses. Un enfant, puis un adolescent patriote, qui porte aussi le deuil de l’Empire Ottoman.

Erdogan n’est pas seulement un despote, c’est un homme de foi et de conviction. Qui fera tout pour restaurer la grandeur de son pays, et étendre l’influence de sa religion, surtout dans une Europe chrétienne ou laïque qu’il n’a jamais cessé de voir comme le rival de toujours. C’est aussi un stratège hors pair, fortement inspiré par la « taqîya » que le Coran conseille fortement à qui veut contribuer à la percée de l’islam en terre infidèle : c’est pourquoi Erdogan avait un temps réussit à rassurer les dirigeants de l’Union européenne sur ses intentions, Chirac en tête.

Roué, intelligent, fin stratège, mu par la foi en ses idées et en son prophète, Erdogan usera de tous les stratagèmes, de toutes les outrances, de toutes les manigances et les menaces contre l’Occident. Et le livre explique par le détail ce qui nous attend.

Indispensable…

Olivier Piacentini

 

image_pdf
0
0

13 Commentaires

  1. Cette sous-merde muzz d’erdogan (e minuscule volontaire) mérite un sort à la Kennedy, pour moi sa peau ne vaut même pas le prix de la cartouche, mais bon il faut se débarrasser de cette ordure criminelle dangereuse pour l’europe !!!

  2. Erdogan, qu’on l’apprécie ou pas, est un vrai chef d’Etat, prompt à défendre les intérêts de la Turquie. Il veut entrer dans l’UE, oui, mais à ses conditions…

  3. La Haine ! Vous n’avez que ce mot à la bouche ! peut-être Erdogan, en chef d’Etat conséquent, n’est il après tout que soucieux de défendre les intérêts de son pays ? Pour vous, un chef d’Etat étranger n’est fréquentable que s’il rampe à vos pieds. Triste…

  4. Le erdogan il me semble avoir déjà entendu ce nom n’est ce pas celui d’un connard ?

  5. Le titre de ce livre est une erreur: Erdogan, et les Turcs en général, ne détestent pas l’Occident, mais tout ce qui n’est pas musulman.
    La preuve est que la Turquie était un pays entièrement chrétien, siège de l’empire byzantin, et qu’aujourd’hui il y a moins de 1% de chrétiens dans ce pays.
    Ces chrétiens n’étaient pas des Occidentaux. Donc les musulmans ne détestent pas seulement l’Occident, ils détestent tout ce qui n’est pas musulman, et cela en Orient comme en Occident.

  6. L’UE s’accorde sur un budget de près de 15 milliards d’euros pour aider les candidats à l’adhésion, dont la Turquie ( Fdesouche le 03/06/22)…….je sent la fin de l’UE actuelle dés que la Turquie mettra un pied dans cette UE !

    • Alors l’Europe sera définitivement foutue et envahie, si des forces armées patriotes ne reprennent pas les rênes de nos pays européens en main pour y faire le grand nettoyage qui s’impose;

  7. 1° Les américains continueront à essayer de nous réduire, comme ils l’ont fait en Indochine et Algérie, en étendant leur action à l’Europe, en s’appuyant sur la nostalgie de conquêtes et de puissance de la Turquie ; les ferments de totalitarismes, qui s’expriment de plus en plus dans ce pays, ne leur feront ni chaud, ni froid…
    2° Il est vrai que si on faisait un sondage en Europe, et même en France, et aux Etats-Unis sur le sens profond du mot “taqîya” (auquel il faudrait ajouter ceux de « dlihad extérieur » et d' »oumma ») on ne serait pas déçu des résultats ; et donc on aurait une explication vraisemblablement très plausible de cette naïveté utopique que l’on peut observer auprès d’une majorité de nos concitoyens; quant à la minorité restante il n’y a pas à s’étonner de leurs ana

  8. C est un psychopathe qui rêvent de nous détruire et de nous remplacer

    • Oui, patience, il a 67 ans, Jack Lang 81, personne n’est éternel…

Les commentaires sont fermés.