1

Erdogan ou la haine de l’Occident, d’Artur du Plessis : indispensable !

Après des années d’abstinence littéraire, Laurent Artur du Plessis revient à la une avec un ouvrage indispensable : Erdogan, ou la haine de l’Occident, publié aux Éditions Jean-Cyrille Godefroy. Une biographie de plus du sultan d’Ankara en librairie, me direz-vous ? Bien plus que cela. Et cela tient avant tout à la personnalité, à l’intuition et à l’impressionnant travail de recherche d’un auteur pointu et exigeant. Car du Plessis fut, en 2005, le premier à voir en Erdogan une menace terrible pour l’Europe. Souvenez-vous : Chirac militait alors activement pour l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, la sphère médiatico-politique, toujours aussi éclairée et visionnaire, comparait l’AKP, parti islamiste, aux démocrates-chrétiens allemands ou italiens…

Seul l’auteur du livre évoquait alors l’ampleur du danger qu’Erdogan ne manquerait pas de faire courir à l’Occident, dans un livre intitulé « 10 questions sur la Turquie… et dix réponses dérangeantes. » Livre accueilli alors par un concert de critiques, « islamophobe », « complotiste », et tout le dictionnaire des anathèmes qui ne manquent pas de tomber sur ceux qui y voient clair avant tout le monde, et surtout à rebours de la ligne officielle du moment.

Le livre est avant tout une biographie sérieuse, minutieuse, qui nous plonge jusque dans l’enfance d’Erdogan, pour nous aider à comprendre qui il est vraiment. Enfant issu d’un milieu très modeste, du Plessis nous brosse le portrait d’un Erdogan qui, loin d’être un simple manipulateur usant de l’islam comme d’un étendard politique, est un musulman pieu, imprégné d’une foi profonde, dont la vie est depuis toujours réglée par les règles, obligations et traditions religieuses. Un enfant, puis un adolescent patriote, qui porte aussi le deuil de l’Empire Ottoman.

Erdogan n’est pas seulement un despote, c’est un homme de foi et de conviction. Qui fera tout pour restaurer la grandeur de son pays, et étendre l’influence de sa religion, surtout dans une Europe chrétienne ou laïque qu’il n’a jamais cessé de voir comme le rival de toujours. C’est aussi un stratège hors pair, fortement inspiré par la « taqîya » que le Coran conseille fortement à qui veut contribuer à la percée de l’islam en terre infidèle : c’est pourquoi Erdogan avait un temps réussit à rassurer les dirigeants de l’Union européenne sur ses intentions, Chirac en tête.

Roué, intelligent, fin stratège, mu par la foi en ses idées et en son prophète, Erdogan usera de tous les stratagèmes, de toutes les outrances, de toutes les manigances et les menaces contre l’Occident. Et le livre explique par le détail ce qui nous attend.

Indispensable…

Olivier Piacentini