1

Éric Zemmour au Figaro : Cette élection est notre dernière chance

Longuement interviewé par le quotidien, Éric Zemmour  fait le point sur sa campagne.

Ukraine

Certes, la Russie vient de violer la souveraineté de l’Ukraine, mais c’est aussi le résultat de la politique menée par les Occidentaux et l’Otan, qui n’ont jamais pris en compte les préoccupations sécuritaires légitimes de la Russie, en refusant tout dialogue sérieux sur la sécurité européenne.

Dès mon élection, je proposerai à la Russie et aux États européens qui le voudront la négociation d’un traité consacrant la fin de l’expansion de l’Otan en échange de la résolution des conflits territoriaux en Europe orientale, avec le respect de la liberté et de la souveraineté des États, impliquant le retrait des troupes russes à la frontière de l’Ukraine.

Transmission d’entreprises et propriété immobilière

Je veux favoriser l’enracinement en France et la transmission familiale. Je veux une France de propriétaires.

L’achat du premier logement sera exonéré de droits de mutation.

Aujourd’hui, si vous vendez une résidence secondaire que vous possédez depuis moins de 30 ans, vous payez 19 % d’impôts et 17,2 % de CSG sur la plus-value. Cette fiscalité confiscatoire, on la doit à Nicolas Sarkozy.

Je supprimerai l’impôt sur la plus-value après 15 ans de détention.

Je sortirai la totalité de la résidence principale de l’IFI, l’impôt sur la fortune immobilière.

Je porterai les dons aux enfants et petits-enfants à 200 000 euros tous les 10 ans, au lieu de 100 000 tous les 15 ans.

Je supprimerai les droits de succession pour les héritages inférieurs à 200 000 euros.

Êtes-vous un « libéral » au plan économique ?

Je suis un pragmatique. Si le libéralisme c’est la liberté de marché et d’entreprendre, je suis un libéral.

Si le libéralisme c’est la concurrence déloyale et la mondialisation heureuse, je ne suis pas libéral.

Je baisserai les prélèvements obligatoires qui sont à 47 % alors qu’ils n’étaient que de 33 % sous de Gaulle.

Je restaurerai la compétitivité des entreprises et augmenterai le salaire net.

Prime zéro charge, baisse de la CSG, heures supplémentaires défiscalisées sont dans mon programme. Je veux rassembler les classes populaires et les bourgeois patriotes, en enterrant la lutte des classes.

Le véritable clivage, ce serait entre vous et Emmanuel Macron ?

Pour Emmanuel Macron, la France n’est qu’un territoire, sans peuple ni culture propres et dont il faut déconstruire l’histoire.

Je veux au contraire défendre notre histoire qui a 1500 ans, notre langue, notre culture façonnée par l’Église et notre patrimoine culturel  produit par le peuple français.

La maison royale des Bourbon-Parme vous a accordé son soutien au motif que vous glorifiez la France plutôt que la République. Pour vous, que représente la République ?

Je suis très fier de ce soutien. Oui, je clôture mes discours par « Vive la République et surtout vive la France ».

Il y a une continuité évidente entre la monarchie, l’Empire et la République.

Ce sont 40 rois qui ont fait la France, Napoléon qui l’a organisée et la République s’inscrit dans cet héritage.

Je suis un républicain, mais je veux une république qui reste française, qui ne soit ni étrangère ni islamique.

Si la République n’est qu’un régime, alors c’est Roubaix, c’est la créolisation de Jean-Luc Mélenchon.

Si on n’arrête pas l’immigration, la France sera le Liban en 2050 puis deviendra une république islamique.

Les lois de la démographie sont implacables. C’est pour cela que je suis candidat.

Vous souhaitez l’union des droites, mais n’êtes-vous pas plutôt en train de créer un RN bis ?

Non, de nombreux ralliements viennent de LR. Guillaume Peltier, le député Nicolas Dhuicq, Philippe de Villiers ancien ministre de Jacques Chirac. Il y en aura d’autres, avant le premier tour ou après. Beaucoup choisiront leur pays avant leur parti.

Il faudra choisir entre Macron et moi. Cette élection est notre dernière chance.

Que répondez-vous à ceux qui assurent que votre qualification au deuxième tour est la certitude d’une réélection d’Emmanuel Macron ?

Les présidentielles précédentes montrent que les sondages se sont souvent trompés.

Je n’ai pas encore gagné, mais partout où je passe on attend ce match Macron-Zemmour. La dynamique joue pour moi.

Ce débat sera un véritable affrontement idéologique sur la civilisation que nous voulons.

En cas d’échec, resterez-vous à la tête de votre formation politique ?

Oui, je n’abandonnerai jamais les 110 000 adhérents de Reconquête, ni les millions de Français qui votent pour nous et me disent « sauvez-nous ! »

Nous ouvrons une troisième page de l’histoire de la Ve République, après l’ère du gaullisme puis celle du mitterrandisme post-1981. Ni Valérie Pécresse, ni Marine Le Pen ne veulent sortir de leur boutique.

Moi, je veux rassembler d’abord toute la droite, puis tous les Français.

—————————————

Et on apprend qu’un super meeting serait dans les tuyaux place du Trocadéro, capable de rassembler 50 000 personnes ! Du jamais vu. Souhaitons le succès à notre champion.

Pour conclure, voici le dernier sondage Harris interactive du jour :

Macron 24 % , Marine 17 %, Zemmour  15,5 %, Pécresse 13,5 % et Mélenchon 12%

Un sondage Elabe donne même Pécresse à 11,5 %

Je pense qu’elle peut rentrer au vestiaire. L’élection se fera sans LR.

Jacques Guillemain