1

Éric Zemmour pense au futur 

 

Il faut voir la vérité en face. Ce n’est pas un hasard si Marine Le Pen n’a pas été en mesure de peser convenablement sur les événements médiatiques et politiques en ce mois de septembre. Hélas, les doutes commencent à s’accumuler sur sa stratégie politique et sa capacité à surmonter ses difficultés personnelles.

Comment justifier son absence au Congrès du sommet démographique qui vient de se dérouler à Budapest ? La démographie et les migrations des populations humaines l’intéressent si peu ?

Malgré son absence remarquée en Hongrie et en même temps, son insistance à vouloir saluer publiquement quelques militants et badauds à Hayange, en Moselle, cela dénote qu’elle a volontairement préféré se détourner de cet événement international. Et pendant les conférences et les actes de colloques qui ont eu lieu au sommet démographique sur les rives du Danube, Marine Le Pen a continué à faire comme si rien d’important ne se déroulait à Budapest. Ne sait-elle donc pas qu‘il y a un temps pour chaque chose ?

Et après son affrontement démocratique avec Jean-Luc Mélenchon qui a intéressé près de quatre millions de téléspectateurs, Éric Zemmour, amoureux de la France et de son histoire, a fait part de sa vive préoccupation auprès de la nombreuse assistance présente à ce congrès pour souligner les facteurs qui déstabilisent le continent européen, à savoir particulièrement le vieillissement de la population, une faible natalité et une inéluctable migration. Ces trois facteurs démographiques généreront, tôt ou tard, des bouleversements irréversibles tant dans le domaine de la sociologie et la culture au cœur des nations européennes.

Au cours de ce sommet international à Budapest, capitale de la Hongrie, Éric Zemmour, toujours présent dans le débat présidentiel en France, a reçu les honneurs de Victor Orban, Premier ministre hongrois ainsi que ceux de Mike Pence, 48e vice-président des États-Unis de 2017 à 2021. De telles rencontres à ce niveau ne sont pas anodines et dépourvues d’un certain intérêt politique et stratégique. D’ailleurs, Marion Maréchal, par sa présence à ce congrès, n’a pas hésité un seul instant à animer et vivifier la pensée conservatrice et libérale qui résiste courageusement dans nos démocraties occidentales. Marine Le Pen ne sait-elle donc pas que les absents ont toujours tort ?

À moins, qu’elle ne souhaitait pas rencontrer en pareille circonstance Éric Zemmour et Marion Maréchal à Budapest ? Indéniablement, quelle que soit sa motivation réelle pour refuser de se rendre au récent Congrès du sommet démographique de Budapest, elle accrédite à son corps défendant les propos de Jean Marie Le Pen à son sujet, publiés dans le deuxième tome de ses Mémoires en 2019 : « Elle n’a pas confiance en elle. Cela explique ses fautes ».

Henri Ramoneda