Escapade à Rabat, le soir de Noël

Publié le 24 décembre 2017 - par - 24 commentaires - 2 157 vues
Share

Mon amie Carole (1) passe actuellement ses vacances de Noël à Rabat, Maroc. Elle m’a fait part de ses premières impressions dans un email savoureux que je n’ai pu résister à adresser à Riposte Laïque, avec son accord bien entendu…

Mon cher Jean,

Je t’écris de Rabat, pas très éloignée du central de « modération » de la liberté de pensée des Français… Demain Noël mais aucune crèche à l’horizon, Dieu soit loué. Toutefois les supermarchés arborent des sapins de Noël, des montagnes de boules multicolores et de cadeaux, parmi lesquels déambulent des barbes en qamis et des qamis à barbe, ainsi que des prunelles en emballage noir dont on ne sait si elles portent la barbe : on se croirait presque en France. Mais ces spécimens antiques ne représentent toutefois qu’une minorité, du moins chez les mâles. Quelques femelles portent ostensiblement les cheveux longs, un genre qui nous change de la France.

Sous la pression de ses filles Latif a acheté son sapin de Noël pur plastique made in China en pleine médina, derrière le Marché Central. On se les arrache pour seulement 300 dirhams (27 euros). Pendant ce temps nos têtes de nœud gouvernementales font en France la chasse aux crèches.

Pour son saucisson et son jambon pur porc Latif s’approvisionne dans la plupart des supermarchés, ou sinon à la charcuterie de l’Agdal. L’alcool coule à flot, pour une clientèle essentiellement marocaine.

Les gens sont gentils, l’ambiance est sereine, seulement troublée par des explosions populaires organisées en faveur de la Palestine, Oumma oblige (l’Oumma c’est textuellement la Matrice), des explosions antisémites et anti-américaines — mais on n’entend à la radio que des variétés américaines ! Pas une seule chanson de Johnny n’a été diffusée, Dieu soit loué. Aucune de Jean d’Ormesson non plus.

La radio : on écoute surtout Médi 1, « Radio Méditerranée Internationale », une antenne franco-marocaine située à Tanger spécialisée en langue de bois socialo bien pensante. La France et sa presse enfarine jusqu’ici ! J’ai entendu son chroniqueur Pierre Boussel donner une leçon bien sentie au président américain à propos de Jérusalem ; je ne pense pas que le malheureux Donald s’en remette.

Comme tu le sais Latif et Latifa habitent Cité Yacoub-El-Mansour, Jacob-le-Victorieux, un quartier populaire très vivant en bordure de l’océan mais hélas proche d’une mosquée qui leur pourrit la vie nuit et jour. En effet, alors qu’on s’y attend le moins retentit soudain une longue et lugubre plainte diffusée par hauts parleurs, à un volume si fort que j’ai cru la première fois qu’il s’agissait d’un attentat.

C’était en fait l’appel à la prière, nécessaire paraît-il pour satisfaire les besoins d’adoration du dernier né des dieux uniques, le très Grand Allah — plus Grand que lui-même, dit-on. Un challenge. Faute de se livrer alors à la récitation coranique obligatoire accompagnée d’une gymnastique savante propice au transit intestinal, le fidèle adorateur ne pourrait prétendre à l’usage de l’une voire de plusieurs parmi les septante-douze houris vierges aux grands yeux profonds qui s’offriraient à lui au Firdaous, le Paradis, le moment venu après sa mort.

Je précise que c’est un on-dit car personne n’en est encore revenu pour en rapporter témoignage. À ma question sur l’usage que pourraient faire les pieuses musulmanes de ces septante-douze houris, ou bien si elles bénéficieraient elles aussi de septante-douze puceaux n’ayant jamais servi, on me répondit que le Coran était muet sur ce chapitre.

Sauf que le Prophète (saws) avait constaté lors d’une visite d’inspection que El-Aâfia, l’Enfer, était surtout peuplé de femmes, car porteuses de tous les vices. À ce prix-là pourquoi prient-elles ? ai-je questionné. Cela fait partie des mystères de la foi, m’a répondu Latifa en riant tandis que Latif se servait un second whisky pour « oublier ces conneries ! » (sic). Et il ajouta, furieux : « On n’a pas le choix ! »

Latif et Latifa ont mis leurs deux filles à l’École Jeanne-d’Arc, au quartier de l’Agdal, ancienne école primaire catholique aujourd’hui de confession musulmane, bien qu’appartenant toujours à l’Évêché, lequel est présent à Rabat comme à Casa où la Cathédrale officie tous les dimanches. Contrairement à une idée reçue il y a des églises un peu partout dans le Royaume, ainsi que des synagogues.

Les droits d’écolage sont si élevés dans les établissements français, autonomes financièrement c’est-à-dire officiellement non subventionnés par la France, que seuls les grandes familles bourgeoises et les trafiquants de cannabis peuvent y mettre leurs enfants. La classe moyenne en est écartée de ce fait.

Quant aux classes populaires, elles sont maintenues dans un enseignement arabophone afin de leur interdire plus tard l’accès aux postes de direction, réservés à l’élite francophone. C’est du moins ce que prétend Latif. Le gratin, lui, envoie ses rejetons aux USA. Cela permet, dit-il, de maintenir des classes sociales bien distinctes, nécessaires au bon fonctionnement d’une économie libérale. Et ça marche plutôt bien… Qui parlait de ce meilleur des mondes avec des Alpha-plus et des Bêta-moins ?

Ça marche plutôt bien en effet, si j’en juge par la quantité de voitures neuves qui circulent. Le luxe des voitures contraste avec la France, l’argent semble couler à flots ici. Toutes les tractations importantes se font en espèces. Un exemple : Latif a dû remplacer sa vieille Toyota de quinze ans d’âge par une Dacia montée à Tanger ; le concessionnaire lui a demandé de payer en espèces, à cause des chèques douteux ; sa banque elle-même lui a déconseillé le chèque de banque qui aurait pris une semaine pour son établissement par le siège de Casablanca et aurait entraîné des frais ; Latif a dû se transformer en porteur de valise… pas très rassuré ! Ça dépayse de la France.

Petite anecdote. Je profite d’un feu rouge pour m’échapper d’un « Petit-taxi » dont le conducteur à la barbe fleurie m’imposait des sourates à plein tube. Je me plains à l’agent de police de faction, lequel n’arrête pas le taxi « qui n’a commis aucune infraction », me répond-il, mais siffle un autre « Petit-taxi » à mon intention, où cette fois c’est un Berbère berbérisant, joyeux bavard francophone qui me donne avec une sympathique bonhommie un petit cours de tamazight jusqu’à ma destination. Les Arabes, il ne les aime pas et il le dit… Pays de contrastes !

Latif m’expliquera par la suite que Salé, la ville jumelle de Rabat, est entièrement salafiste, où ces intégristes sont déguisés en Bédouins. Cela pourrait surprendre quand on sait que la population marocaine est majoritairement d’origine berbère, parmi laquelle de nombreux juifs de la diaspora convertis à l’islam, d’autres juifs exilés d’Andalousie au XVe siècle également convertis, de Vandales qui se sont fondus dans la population du Rif, de Noirs issus de l’esclavage, de Romains, Espagnols, Portugais et Français, issus de l’esclavage ou non, et pour finir de très peu d’Arabes de souche, et que la langue populaire, le darija, est incompréhensible pour un Arabe du Moyen Orient, sans parler du tamazight des Berbères — ce qui en fait un pays arabe !

Je ne t’apprendrai rien en te disant qu’en fait le ciment est l’islam, sans lequel le pays exploserait en tribus et clans hostiles les uns aux autres, le bled siba de la dissidence d’avant Lyautey. D’où le maintien d’une religion d’État obligatoire, ce que fut le rôle du christianisme en France. Le roi est Amir Al Mouminine, Émir des Croyants, pour consolider cette communion.

Mohammed VI est le fils aîné de Hassan II, qui fut exilé avec son père Mohammed V par la France entre 1954 et 1956 chez « Madame Gascar ». Il est apprécié par son peuple, qui lui reconnaît sa grande capacité de travail et ses résultats. Il est partout. Il attire la compassion par sa maladie, le diabète dit-on, dont le traitement à la « courtisane » (il s’agirait de la cortisone) l’a fait tant grossir. Il n’a certes pas le charisme de son père Hassan II mais il a su maintenir la cohésion du pays et le développer, tant au niveau des infrastructures régionales qu’à celui des relations africaines et internationales.

C’est ce constat qui m’a fait prendre conscience des avantages de la royauté, où le chef de l’État n’est ni dans un camp ni dans l’autre mais au-dessus des partis politiques, arbitre au-dessus de la mêlée. De plus il dispose de temps pour entreprendre des projets à long terme. Enfin il constitue un repère pour la nation — repère qui semble aujourd’hui faire défaut dans nos démocraties républicaines.

Un bon système si le monarque est bon, une dictature qui peut être insupportable dans le cas contraire, en tout cas un système moins agité que celui où nos élus éphémères consacrent la première moitié de leur quinquennat à défaire ce qu’a fait leur prédécesseur et la seconde moitié à préparer leur ré-élection espérée — ce qui se traduit par des dépenses considérables pour un résultat catastrophique… Un message qui aura du mal à passer dans nos pays socialo-soviétiques.

À noter que le Maroc est lui aussi confronté à une invasion migratoire, apparemment de Noirs en recherche d’esclavage. Et comme les Droits de l’Homme ont contaminé le pays, les autorités semblent assez perturbées, voire paralysées, ne sachant trop qu’en faire, en tout cas incapables d’imaginer que ces migrants puissent reprendre en sens inverse le chemin par lequel ils sont arrivés. La population locale les regarde avec méfiance et perplexité, d’autant plus que la plupart, souvent chrétiens, ne parlent pas arabe. Des chrétiens noirs ici ça fait désordre. Ils sont très respectueux et nous interpellent « Papa » et « Maman » ; on se sent en famille. À part la couleur.

Il n’y a pas que les migrants qui se multiplient mais aussi les forces de l’ordre, c’est impressionnant. Chaque carrefour est gardé par un à trois agents ou agentes de police, de nombreuses femmes en uniforme en effet ; la première fois qu’on en voit une, toute mignonne, ça fait quelque chose. Ils et elles sont là semble-t-il pour domestiquer les files continues de 4×4 toute neuves, qui ne peuvent s’arrêter car il n’y a plus aucune place de stationnement disponible à Rabat. Seuls les feux rouges autorisent une courte pause. Puis elles repartent pour un tour. Jusqu’à épuisement.

Voilà, je t’ai tout dit. Je pense à Yidir et à toi qui devez être bien malheureux à l’idée de passer ces fêtes de Noël et de fin d’année en zone occupée.

Je t’embrasse — Carole

Jean Ducluzeau

(1) — Carole Maillac est co-auteur avec Yidir Aberkane de « Pronostic vital engagé… Islamectomie ! », Éditions Riposte Laïque, 2013, une bombe d’une actualité brûlante.

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
gzz40

Ravi de vous lire Carole…ça me renvoie…en…82/84..et ..je ne suis pas dépaysé..
A l’époque ,officier pilote hélico,j’ai passé 2 ans au titre de la coopération, dans l’Armée de l’Air Marocaine..et j’ai gardé un excellent souvenir,tant des Cadres pilotes à instruire qui sont devenus mes amis,(au dessus de mon ordi,j’ai un tableau représentant une « fantasia » peint par un sous-officier ..Belhorma…)…que de mes voisins du quartier Agdal où j’habitais avec ma famille.
Mes enfants allaient au Lycée Descartes…
Né en Algérie..et Pied Noir ..de père en fils..si je devais retourner en Afrique du Nord,ce ne serait pas en Algérie…mais au Maroc…où j’ai conservé de trop bons …souvenirs..que vous me confirmez dans votre document…
Merci Carole !

SUCCOJA Michèle

Superbe article Carole. Bientôt il faudra retraverser la méditerranée pour vivre librement.

NADJAZA

Admirable article,réaliste et ô combien humoristique.Vraiment,un bon moment passé à sa lecture. On en redemande!

Ivan Greindl

Ah, le traitement à la « courtisane », — j’adore !
Autre son de cloche, les velléités initiales du roi (il s’était engagé à combattre la corruption à tous les étages) ne semblent guère couronnées de succès : le bakchich à chaque échelon est toujours à l’honneur, dans l’administration et partout ailleurs.

Jean Ducluzeau

… alors qu’en France la corruption n’existe pas ! Je ne parle même pas de l’affaire Tapie… Cette vieille pratique n’est-elle pas répandue partout au monde ? Chirac n’a-t-il pas sa résidence à Taroudannt ? Sarkozy à Marrakech ? Vous pensez que le Qatar et l’Arabie ne font pas de cadeaux ? Et vice-versa… Total, Lafarge, etc. sont blancs comme neige ? Comment croyez-vous qu’on arrive au pouvoir en France ? Par les urnes ? Un bureau aurait été mis en place par l’administration marocaine il y a quelques années pour recevoir les plaintes des citoyens en butte à des demandes de bakchich.

montecristo

Le Roi rend visite lui même aux personnes sensées avoir reçu une quelconque subvention pour s »assurer qu’elle a bien été versée ! Si l’argent a été détourné … bonjour les dégâts !
Ceci dit il représente également la 8ème fortune du monde ….
Sans commentaire !

patphil

j’ai entendu dire que les « migrants » s’étaient révolté dans une ville marocaine, insatisfaits des condition inhumaines de vie etc.
même là bas… il parait que la police n’a pas toléré …

Jean Ducluzeau

Effectivement j’ai vu passer un article à ce sujet dans la presse en ligne diffusée je crois depuis Casablanca. Mais si cinquante migrants débarquent à l’improviste dans ton appartement, souhaiteras-tu et même pourras-tu leur offrir des conditions humaines de vie ? Stop les bisounours !

BALT

Est-ce un conte de Noël?
Joyeux Noël en tout cas.

Joël

« mais il a su maintenir la cohésion du pays et le développer »
Ça doit être pour ça que l’on subit actuellement un déferlement de « réfugiés » (tout comme l’Algérie et la Tunisie) fuyant leur pays. A croire que la guerre d’Algérie non seulement s’est rallumée après plus de 60 ans de léthargie, mais s’est étendue à tout le Maghreb.
Visiblement, la fuite de « ses cerveaux » ne l’interpelle pas plus que ça.

Jean Ducluzeau

Voir ci-dessous ma réponse à montecristo.

sada bani

Le problème de la France,c’est le gauchisme ,ce terrible virus qui s’attaque au cerveau et y chamboule tout :le bien devient le mal et la liberté de penser une honte.Si la France veut survivre,elle doit impérativement se débarrasser de ses gauchistes…l’islamisme et le reste ne seront plus ,dès lors,qu’un détail gênant mais facile à régler.

cayssials

le gauchisme est un virus, oui tout a fait un virus qui détruit tous les cerveaux sauf le mien
cette infamme maladie qui ravage nos pays car on est pas les seuls
détruit toutes les générations depuis pas mal d’années

daniel champy

tu n’es pas tout seul,malgres mes 80ans le virus du gauchisme ne m’a pas atteinds le cerveau,au est au moins deux

Paskal

Plus exactement des ex gauchistes dégénérés. Ils devraient logiquement être à l’avant garde de la lutte contre l’islam.

haddock

Pas d’accord, je m’étonne de lire tous les jours que c’est la « faute à la gauche »,… Enfin sous Sarkozy c’était la même chose non ? Je me souviens avoir vu en avril 2010 le square à Aubervilliers/limite périph occupé par des clandestins arrivés de Tunisie,… Que sont-ils devenus ?… Renvoyés chez eux ?… J’en doute,… Clandos soutenus par des assos,… Pour moi gauche et droite sont autant responsables

Paskal

Sarko qui veut nous métisser par des « mesures contraignantes » ne se dit pas de gauche.

Ivan Greindl

@Haddock – Je partage votre avis, « Capitaine » : on le vérifie par l’alternance rythmée, gauche-droite, qu’il s’agisse d’élections ou de compromissions dans les innombrables « affaires ».
À gauche comme à droite, à l’extrême-gauche comme à l’extrême-droite, on ne compte plus les mises en examen, les condamnations ou les soupçons de turpitudes diverses…
Le fait d’être élu occulterait-il ce qui reste de conscience et de probité, chez la plupart des politiques ??

montecristo

haddock
Tout à fait ! Mais le virus atteint aussi bien ceux de droite que de gauche ! C’est bien en cela qu’il est une épidémie dangereuse et qu’il nous faut une prophylaxie d’urgence !

Simone GUTIERREZ

Encore faut-il s’ entendre sur le sens du mot  » gauchisme  » , Sada .
Pour moi , ce terme englobe des gens qui vont de Edwy Plenel ( un cas vraiment extrême et irrécupérable , je vous l’ accorde ) jusqu’ à Laurent Wauquiez ( car comme tous les LR il s’ est toujours couché devant la gauche ) ….. en passant naturellement par tout une gamme de bouffons incolores dont vous connaissez les noms aussi bien que moi .

montecristo

Excellent ! Tout est absolument vrai ! Je peux en témoigner !
Les sapins de Noël, le jambon pur porc, l’alcool qui coule à flot, la mosquée qui vous pourrit la vie, l’Ecole Jeanne d’Arc ( A Fés elle s’appelle encore Ste Thérèse) le parc de voitures neuves (et de grand luxe), les petits taxis (de couleur différente dans chaque ville) les Berbères qui n’aiment pas les Arabes (il y a même des dissidents) l’immigration des noirs dont ils ne savent plus que faire (et qui font la manche à tous les carrefours) les flics partout (surtout en barrage sur les routes sauf dans le bled) ETC … ETC …
La question est : pourquoi viennent-ils en France ?

Jean Ducluzeau

Peut-être parce que la France les invite ? Et peut-être aussi les jeunes que leurs parents envoient en France faire des études supérieures, et qui y restent ? Et peut-être aussi des paresseux chômeurs qui voient dans la France un État providence ? Et peut-être aussi des djihadistes qui partent à la conquête de la France mécréante ? Et peut-être aussi des gauchistes que la monarchie libérale indispose ? Et peut-être aussi des naïfs qui croient la rumeur d’une France paradisiaque, surtout lorsqu’ils voient revenir pour les vacances, dans de belles voitures pleines de marchandises, les ouvriers qui y sont partis pauvres quelques années plus tôt ?
J’aimerais vous rencontrer, montecristo… Via RL ?

montecristo

Avec plaisir Jean ! Je n’ai pas peur de diffuser mon adresse : montecristo666@hotmail.fr

jan le Connaissant

intéressant !